Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

promenade - Page 7

  • Grilles de jardins

    Elles m’enchantent, ces grilles de jardins, de jardinets plus précisément, côté rue, entre espace privé et espace public, qui ornent certaines avenues de Schaerbeek. Ces grilles séparent mais laissent voir des plantations, un décor, une entrée, pour le plaisir des passants. J’aimerais en apprendre davantage sur leur origine : à quand remonte cette mode du fer forgé ? était-ce une obligation urbanistique ? La description des demeures reprises à l’Inventaire du Patrimoine architectural les mentionne toujours.  

    grilles,jardinets,bruxelles,schaerbeek,fer forgé,urbanisme,promenade,plaisir des yeux,culture

    Schaerbeek n’est pas Neuilly-sur-Seine, mais c’est là que j’ai trouvé (en ligne) des infos sur cette « richesse patrimoniale à préserver », héritage de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. On y décrit les composants des clôtures : barreaux, volutes, fers de lance… « Les ferronneries témoignent d’un savoir-faire. Connues par leur solidité et leur durabilité, elles présentent la richesse des époques. Leur sauvegarde est indispensable puisqu’elles s’inscrivent dans le patrimoine architectural. Les clôtures en fer forgé traditionnelles offrent un panorama esthétique, avec de grandes opportunités de décoration (motifs, armoiries, volutes, rosaces...). Associées à du végétal, elles créent une parfaite harmonie. »  

    grilles,jardinets,bruxelles,schaerbeek,fer forgé,urbanisme,promenade,plaisir des yeux,culture

    Pourquoi du noir, le plus souvent ? « Les clôtures peintes d’une couleur foncée s’intègrent parfaitement dans l’environnement paysager, s’harmonisant avec les végétaux et les façades. Elles ont même tendance à s’effacer si les couleurs choisies varient entre le noir et le vert foncé. » A claire-voie, les grilles permettent au regard de circuler du trottoir vers le jardinet, la façade, et pour les habitants du rez-de-chaussée, de suivre les allées et venues.  

    grilles,jardinets,bruxelles,schaerbeek,fer forgé,urbanisme,promenade,plaisir des yeux,culture

    Les grilles ouvrent l’espace à l’échange, contrairement aux clôtures occultantes souvent inesthétiques derrière lesquelles quelques-uns de nos contemporains se mettent à l’abri (une tendance observée sur les balcons aussi). Le règlement d’urbanisme à Schaerbeek interdit certains matériaux pour les clôtures côté rue, notamment le plastique, mais semble avoir du mal à le faire respecter (antennes et paraboles ne devraient pas non plus être visibles depuis l’espace public).  

    grilles,jardinets,bruxelles,schaerbeek,fer forgé,urbanisme,promenade,plaisir des yeux,culture

    J’ai pris quelques photos dans les environs pour illustrer la variété des styles de ces ferronneries. La protection du petit patrimoine me tient à cœur, vous le savez, et je me réjouis de voir ces grilles entretenues – certaines souffrent de ce qu’on appelle « l’abandon des communs » – indifférence ou négligence. Aussi la commune encourage l’aménagement ou l’entretien de « vrais jardinets de façade » par loctroi dune « prime verte ».  

    grilles,jardinets,bruxelles,schaerbeek,fer forgé,urbanisme,promenade,plaisir des yeux,culture

    C’est toujours pour moi une heureuse surprise, au hasard d’une promenade, de découvrir des motifs originaux ou bien des grilles remises en état après un chantier de rénovation – mieux encore, d’en voir de nouvelles agrémenter un trottoir. Si la continuité avec le patrimoine voisin est le plus souvent de mise, cela n’empêche que s’affiche, dans le langage des grilles, un certain goût pour le classicisme ou pour la fantaisie.

  • Toponymie

    QF Mimosas fleurs.jpg

     

    Dans la rue des Mimosas, une petite maison illustre joliment la toponymie du quartier des fleurs, choisie pour rappeler le passé campagnard de Schaerbeek.  

    QF Mimosas fleurs fenêtre et balcon.jpg

    Le motif floral repris dans les grilles, la porte, les vitraux, lui donne bien du charme. 

    QF Mimosas fleurs 2.jpg

     

     

  • Quartier des Fleurs

    Le dernier dimanche d’août, un gros groupe s’est rendu à l’invitation de PatriS pour découvrir le Quartier des Fleurs. Je m’y promène souvent, c’était l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce quartier plein de charme construit non loin du parc Josaphat, de l’autre côté du boulevard Lambermont, dans l’entre-deux-guerres. Entre style pittoresque et art déco. (Photos du 4 septembre, sous un ciel plus riant.) 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture
    Avenue des Jacinthes

    Devant l’église Sainte Suzanne, Anne-Cécile Maréchal, la guide, nous a montré sur un plan d’époque la situation du quartier, conçu pour des résidences bourgeoises, dans la courbe du boulevard, tandis que de l’autre côté du cimetière de Schaerbeek (aujourd’hui à Evere), s’étendait un quartier populaire, celui de la Cité Terdelt, avec une école communale et des logements sociaux, le Foyer schaerbeekois. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Sainte-Suzanne date de 1928. Révolutionnaire, cette première église bruxelloise en béton a été édifiée en pleine campagne, comme on peut le voir sur des photos du début du XXe siècle (visibles à l’intérieur) – les alentours étaient très peu bâtis. Elle attend depuis longtemps une restauration des façades promise pour bientôt. Inspiré par Augustin Perret, Jean Combaz dessine un empilement de cubes au modernisme tempéré par quelques ornements extérieurs. L’intérieur sans colonnes est un immense rectangle aux soubassements de marbre art déco, coupé aux quatre coins pour des locaux divers.  

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture
    Détail d'un vitrail : Le bon pasteur

    Les premiers paroissiens n’ont pas apprécié les énormes baies et, pour rendre à l’église une obscurité propice au recueillement, on a noirci les plafonds, voilé puis muré le grand vitrail derrière le maître autel. Les vitraux dus au peintre Simon Steger et au maître verrier Jacques Colpaert datent des années cinquante : à l’origine, c’étaient de simples vitraux clairs, peu à peu remplacés par des scènes colorées, dont le style varie. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Mais promenons-nous, puisque le soleil a bien voulu se montrer après la pluie. Dans l’avenue des Glycines (n° 22), nous admirons un immeuble de style paquebot dû à Jos Bal. Grandes horizontales (un appartement par étage), balcons ponctués de larmiers, hublots, bouches de poissons au bas des colonnes à l’entrée, des finitions très soignées. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Plus loin (n°s 8 et 10), deux maisons de style « cottage » illustrent l’architecture pittoresque en vogue dans les années vingt : l’une a été peinte avec de faux colombages, dans le style normand ; l’autre, un peu plus art déco, comporte aussi de nombreux décrochages, auvents, niches qui lui donnent grande allure. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    En face, à l’angle de la rue des Mimosas, une maison à toit plat de 1936, aujourd’hui couverte de lierre, rompt par son absence d’ornements avec ce style décoratif. Dans la jolie rue des Mimosas, l’architecte Dehaen a placé un aigle sur le toit de sa propre maison – il en a construit beaucoup dans les environs. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Un grand hôtel de maître aux châssis verts (n° 15) m’a toujours intriguée par son minimalisme, si sobre qu’il paraît inhabité. On l’a construit pour un ministre des colonies. Les joints creux ont été maintenus entre les briques, dont le jeu orne à lui seul l’entrée et la façade.   

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    A l’angle de l’avenue des Héliotropes, plusieurs maisons ont fait place récemment à un immeuble de style contemporain. Certains éléments antérieurs ont été conservés, un enduit taupe assure l’unité de l’ensemble. Le portail en bois brut surprend, plutôt massif. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Nous suivons la guide jusqu’à l’angle du boulevard Lambermont pour observer une énorme villa en retrait, occupée par une notaire, puis au n° 378 du boulevard, une double « maison de rapport » d’avant la première guerre. Sous la très belle corniche, les deux façades d’inspiration art nouveau invitent au « jeu des sept erreurs » avec leurs ornements différents mais en parallèle de fausses jumelles. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Non loin de là, un passage mène à un clos en intérieur d’îlot dont peu connaissent l’existence. Six maisons de style « pittoresque » y goûtent le calme à l’écart du boulevard. D’après un participant, le cinéaste André Delvaux y aurait habité. Au 416, un immeuble art nouveau transformé en art déco, longtemps occupé par une ambassade, présente une façade en piteux état – les grilles très originales ont heureusement été conservées. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Après un arrêt avenue des Jacinthes, nous revenons à la rue des Mimosas où se trouve la dernière maison de Magritte, de style cottage. Plus loin, une trois façades moderne primée offre un beau contraste à l’hollandaise entre briques jaunes et châssis noirs.  

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    La promenade s’est terminée devant une superbe demeure au n° 44, vendue récemment. Adrien Blomme l’a conçue en 1938 pour un ingénieur allemand, ce sera quelque temps l’ambassade d’Allemagne. Une balustrade ornée des signes du zodiaque entoure cette propriété de vingt ares. Un mystère non résolu : le motif du voilier au-dessus de l’entrée. 

    quartier des fleurs,schaerbeek,promenade,patris,patrimoine,urbanisme,entre-deux-guerres,architecture,culture

    Schaerbeek veille à maintenir « l’authenticité, la qualité et la cohérence architecturale » du Quartier des Fleurs, très recherché. Il n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais il est ouvert à tous, je vous le recommande pour une balade urbaine très agréable et variée.

  • Au jardin japonais

    Un torii, portail traditionnel, marque l’entrée du jardin japonais d’Hasselt, le plus grand d’Europe. Cerisiers et magnolias auraient mérité une visite un mois plus tôt, mais même sous un ciel gris de mai, le charme opère dès le début de la promenade. Dans ce jardin où l’eau, le bois et la pierre jouent un rôle particulier, l’impression dominante est d’équilibre et de quiétude. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Depuis 1985, des liens d’amitié unissent les villes d’Itami (Japon) et de Hasselt (chef-lieu du Limbourg belge). En échange d’une tour à carillon, les Japonais ont aménagé ce jardin près d’un grand parc, selon leurs principes : respect et utilisation de l’environnement naturel, maintien des arbres et arbustes présents, passages aérés « sans marquer démesurément les limites » (Guide de la promenade). 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Contre le petit bâtiment en bois du guichet, une magnifique viorne illumine l’entrée (première photo). Ce Viburnum plicatum 'Watanabe' présente une masse d’inflorescences blanches et plates comme celles de l’hydrangea – de petites étiquettes vertes permettent d’identifier les arbres et arbustes du jardin. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    L’eau serpente à proximité du chemin, des rochers encadrent une chute. Ces pierres, parfois de plusieurs tonnes, imitent et symbolisent un paysage montagneux. Impérissables, elles sont les éléments permanents du décor. Au-dessus du chenal en courbes douces, de petits ponts japonais. De fines baguettes de bambou, simplement glissées dans les petits trous des piquets en bois, bordent le passage des visiteurs. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Bientôt les marronniers à fleurs rouges laissent la place à de superbes érables japonais. Des verts et des pourpres se côtoient souvent, ce qui met en valeur leurs fins feuillages au port étalé. On est passé en douceur d’un jardin de transition au jardin japonais proprement dit.  

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Comme dans l’art du bonsaï, les Japonais veillent à donner une silhouette élégante aux arbres et à laisser la lumière, le regard les traverser. Sur l’autre rive, on aperçoit des échafaudages en bambou qui maintiennent à l’horizontale des branches de pins sylvestres : ainsi exposées à la pleine lumière, elles bourgeonnent magnifiquement. On peut préférer les arbres au naturel, mais l’art du jardin japonais est une culture, et selon sa tradition, c’est à l’homme de révéler la beauté cachée de l’arbre en le taillant, de rendre hommage au paysage en le miniaturisant. La nature est idéalisée, stylisée, apprivoisée. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Le chenal s’élargit peu à peu vers l’étang central. Et voici une grande lanterne japonaise ou tōrō, au bord de l’eau ; comme le torii, elle marque à l’origine l’entrée d’un sanctuaire. Cette lanterne de pierre offre un beau point d’appui à la vue vers la maison japonaise en bois, construite en partie sur l’étang, avec sa galerie qui permet d’admirer la vue et de superbes koïs. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Une plage de gros galets en pente douce invite à se rapprocher de l’eau. Les carpes colorées, tachetées viennent y défiler, par gourmandise sans doute. Plus loin, dans la dernière partie du jardin, un grand espace équipé de tables et de bancs permet de pique-niquer à l’ombre des arbres et des glycines, dans la cerisaie. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Avant de visiter la maison, nous allons au petit temple un peu plus loin, une réplique d’un temple shinto à Hiroshima. On peut accrocher ses vœux au portique d’entrée en bambou, glisser un papier roulé dans une encoche ou suspendre une plaquette. Dans le temple miniature, un miroir, symbole de sagesse, renvoie au visiteur son reflet et l’appelle à tourner son regard vers l’intérieur de lui-même. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Un large pont mène à la maison de cérémonie : de beaux espaces séparés par des cloisons mobiles en papier. Des sièges à même le sol, autour d’une table laquée. Des coussins dans le grand salon, des tatamis. Du bois, des pierres naturelles, du bambou, de l’argile… Les ouvertures révèlent une architecture en harmonie avec le jardin et l’étang où elle se reflète.

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Un peu plus haut, une maison de thé, entre des bambous et des des pins sylvestres. Un dimanche par mois, on y organise une cérémonie du théLorsqu'on fait le tour de l’étang, la vision du site change à chaque pas et permet d’apprécier la disposition des pierres et des végétaux, la surface de l’eau toujours changeante. 

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture 

    Au bord du chemin, différents cornouillers, dont un très beau cornus kousa. Dans le jardin japonais d’Hasselt, on peut aussi marcher sur l’eau, je vous en laisse la surprise. J’imagine ce jardin sous la neige, ce doit être merveilleux. C’est un espace où cheminer lentement, qui appelle à contempler.  

    jardin japonais,hasselt,promenade,art,jardin,japon,paysage,arbres,eau,koï,culture

    Il y a plein de détails « à la japonaise » à observer dans l’aménagement du jardin. Et quand on approche de la sortie, un tapis de pétales au pied d’un arbre, les courbes d’une haie, d’une branche basse, d’une clôture, l’élan d’un érable champêtre vers le ciel, tout paraît différent, subtil, harmonieux.