Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arbres

  • Mimas

    richard powers,l'arbre-monde,roman,littérature anglaise,etats-unis,avenir,planète,forêts,séquoias de californie,environnement,écologie,engagement,arbres,nature,société,culture« « Le voilà, dit Loki, inutilement. C’est Mimas. »
    Des sons surgissent et s’échappent de la bouche de Nick, des syllabes qui veulent dire, en gros :
    Oh nom de Dieu c’est pas possible. Cela fait des semaines qu’il voit des arbres géants, mais jamais un monstre pareil.
    Mimas : plus large en diamètre que la vieille ferme de son arrière-arrière-arrière-grand-père. D’ici, tandis que le couchant les drape, la sensation est primitive : le darshan, une exposition en face à face avec la divinité. L’arbre s’élève tout droit comme une butte rocheuse du désert et oublie de s’arrêter. Vu d’en dessous, ce pourrait être Yggdrasil, l’Arbre-Monde, qui a ses racines dans le monde souterrain et sa cime dans le monde céleste. A huit mètres de hauteur, un tronc secondaire surgit de l’étendue du flanc, en une branche plus grosse que le Châtaignier d’Hoel. Deux autres troncs bifurquent plus haut. Le tout ressemble à un exercice de cladistique, l’Arbre de Vie, l’Arbre de l’Evolution : une grande idée qui éclate en une famille de branches nouvelles, tout là-haut au fil du temps long. »

    Richard Powers, L’Arbre-Monde.

    Yggdrasil, peinture attribuée à Oluf Bagge (Edda, 1847), Wikimedia Commons

  • Arbre Monde Vie

    Le bandeau 10/18 annonce deux prix attribués à L’Arbre-Monde de Richard Powers (The Overstory, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Serge Chauvin) : le Grand Prix de littérature américaine en 2018, le Pulitzer en 2019. Voilà qui encourage à lire ce roman de plus de sept cents pages (10/18) en quatre parties intitulées « Racines », « Tronc », « Cime », « Graines ». 

    richard powers,l'arbre-monde,roman,littérature anglaise,etats-unis,avenir,planète,forêts,séquoias de californie,environnement,écologie,engagement,arbres,nature,société,culture

    « Au début il n’y avait rien. Et puis il y eut tout. » L’ouverture est quasi mystique. Une femme assise contre un pin entend l’arbre lui dire « des choses, en mots d’avant les mots. » « Racines » raconte successivement comment les neuf protagonistes du roman, dont un couple, qui évoluent au départ dans des sphères très différentes, ont noué chacun une relation particulière avec des arbres.

    Le premier chapitre s’ouvre sur un festin de châtaignes grillées. Au dix-neuvième siècle, Hoel, un Filnlandais qui travaille sur les chantiers navals de Brooklyn, épouse Vi, une voisine irlandaise. La nationalité américaine obtenue, ils s’installent dans l’Iowa pour cultiver la terre sur une vingtaine d’hectares. Au printemps, Vi est enceinte et son mari enfonce dans la prairie sans arbres autour de leur cabane six châtaignes retrouvées dans une poche, loin de l’habitat naturel des châtaigniers, dans l’idée qu’un jour, ses enfants « secoueront les troncs et mangeront gratis. » Magnifique chapitre sur « le Châtaignier d’Hoel » qui deviendra un point de repère dans le paysage, un « arbre sentinelle ».

    L’Arbre-Monde est aussi arbre-temps : la vie d’un arbre ne se mesure pas à la vie d’un homme. Les décennies, les générations se succèdent. Le romancier alterne arrêts sur images et accélérés. C’est à notre époque, aux Etats-Unis, que se déroule un combat très dur pour sauver ce qui reste des forêts primaires, une lutte collective pour préserver des arbres de l’abattage industriel ou urbain. Tous les personnages vont être liés d’une manière ou d’une autre à cette problématique – on pourrait dire cette fuite en avant.

    Tout ce qu’on sait aujourd’hui sur la survie des arbres et les écosystèmes, Richard Powers, qui a eu une formation scientifique, l’intègre dans ce roman qui fait place aussi bien à la recherche universitaire qu’à l’activisme écologiste radical et aux affrontements épiques entre les militants de la cause des arbres (on voit comment ceux-ci s’organisent pour habiter leur ramure) et les bûcherons, les promoteurs, les exploitants, la police.

    Le combat pour la protection des plus vieux séquoias du monde en Californie, vers lequel convergent les différents personnages, est d’une violence terrible. Quand chacun d’eux prend conscience de ce qui se passe, du danger, c’est un devoir d’en rendre les autres conscients à leur tour. L’attention à l’environnement peut faiblir chez ceux qui s’échappent dans un monde virtuel, comme l’auteur le montre à travers la fabuleuse réussite de Neelay, un génie des jeux vidéo.

    Même si le roman est long et si l’incessant va-et-vient entre les personnages lasse parfois, L’Arbre-Monde est un énorme cri d’alarme pour l’avenir de la planète. Il met en scène des personnages sentinelles, des hommes et des femmes très différents, qui vont jusqu’au bout de leur engagement et en payent souvent le prix fort. Le roman dénonce les dérives de notre époque et ne laisse guère de place à l’optimisme.

    richard powers,l'arbre-monde,roman,littérature anglaise,etats-unis,avenir,planète,forêts,séquoias de californie,environnement,écologie,engagement,arbres,nature,société,culture

    C’est pourtant un appel puissant à regarder, à comprendre, à planter, à construire plutôt qu’à détruire. Richard Powers souligne la nécessité de faire cause commune entre arbres et humains pour défendre notre survie terrestre. Nous avons beaucoup à apprendre des forêts, clame L’Arbre-Monde ; même si nous n’entendons pas parler les arbres, nous pouvons, nous devons nous mettre à leur écoute.

  • Aller à pied

    Arbres square Riga (7).jpgQuasi tout le territoire de Schaerbeek est devenu une « zone 30 » pour les automobilistes depuis le mois de septembre dernier. Tout bénéfice pour la sécurité des piétons, en principe.

    Pour promouvoir la « mobilité douce », la commune a édité une « carte piéton » qui mentionne les temps de marche estimés entre des endroits « stratégiques » (carte disponible en ligne). Des poteaux indicateurs y encouragent aussi  en indiquant le nombre de minutes pour aller à pied d’un endroit à l’autre.

    Je viens de remarquer celui-ci, à l’angle du square Riga et de l’avenue Huart Hamoir, il me semble avoir été installé récemment. Il ne manque pas d’élégance, avec sa localisation sur fond rouge : « Quartier Helmet-Hamoir ».

  • Arbres du square Riga

    Que dit le cœur jaune sur cet arbre du square où je fais ma promenade matinale ? « Ne porte pas la hache au pied de l’arbre qui t’a donné de la pluie. »

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,nature,schaerbeek 

    Je vous ai déjà parlé de la menace qui plane sur le square Riga, en fête à chaque floraison des cerisiers du Japon. Le nouveau gouvernement bruxellois vient de confirmer le projet de nouvelles lignes de métro, tram et bus. Un jour, il y aura donc une station de métro sur ce beau square en haut de l’avenue Huart Hamoir. L’abattage initialement prévu de tous ses arbres, qui a suscité une levée de boucliers, semble abandonné pour faire place à une station plus discrète. Les riverains, les amoureux des arbres, restent inquiets – d’où ce joli cœur sur le marronnier.

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek

    Et cet arbre-ci, n’est-il pas magnifique ? L’inventaire du patrimoine naturel m’apprend que c’est le troisième plus gros ptérocaryer à feuilles de frêne dans la région de Bruxelles-Capitale, en raison de sa circonférence : « Mesuré à une hauteur de 1, 50 m, son tronc présente une circonférence de 354 cm (mesuré en 2015). Cet arbre s’élève jusqu'à 23 m de haut environ. Le diamètre de sa couronne est de 18 m. Son fût monte sur une hauteur de 4 m. » J’aime les lignes sculptées de son écorce.

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek

    Le hêtre pourpre est plus courant. Celui que j’ai photographié n’est pas le plus gros des trois répertoriés à l’inventaire. De loin, on admire sa couleur, sa forme. De près, les cicatrices de son tronc attirent le regard. Comme sur une peau humaine, la vie, les années y laissent des traces.

  • Les magnolias du parc

    Au printemps, je ne voudrais pas rater le moment où fleurissent les cerisiers du Japon de la belle allée en berceau à l’entrée du parc Josaphat, en haut de l’avenue Louis Bertrand. C’était encore trop tôt, le vendredi 22 mars, mais d’autres arbres à grand spectacle jouaient les vedettes.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Au carrefour où nous allions traverser, en face du parc, le grand magnolia rose de l’hôtel à l’angle du boulevard Lambermont faisait déjà signe. C’était un beau repère quand je rentrais chez moi après les cours : en attendant que le feu passe au vert pour la traversée, je le contemplais à chaque floraison. Un magnolia semblable, plus grand encore, illuminait alors le jardin de l’école – il l’illumine encore, j’espère.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Au bout de l’allée pas encore en fleurs, de part et d’autre du chemin, deux magnolias blancs accueillent les promeneurs qui entrent par ce côté du parc. On les aperçoit d’abord à contre-jour et entre eux, la haute flèche du tir à l’arc. Vue de la grande pelouse, cette blancheur contraste joliment avec le vert brillant des houx près desquels ils ont été plantés.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Blanc aussi, mais avec un cœur rose, voici près de l’étang un magnolia plus jeune qui penche vers l’eau. Je ne suis pas la seule à le photographier. D’abord, il sert de gracieux avant-plan pour le pont rustique en rocaille ; ensuite, quand on arrive à sa hauteur, ses pétales jouent merveilleusement avec les étincelles de lumière à la surface de l’étang en contrebas. Un festival d’étoiles.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Emprunter le chemin qui remonte à gauche du pont permet d’admirer de loin le massif de forsythias qui sert de faire-valoir à deux superbes magnolias de couleur différente, un rose foncé, un rose clair. Chacune de leurs fleurs forme une coupe précieuse. Un promeneur n’y résiste pas, en cueille une et la dépose sur la paume de sa compagne. Un couple d’arbres harmonieux, où chacun met l’autre en valeur. Qu’ils sont beaux et de loin et de près et aussi quand on les regarde par en dessous ! Quelques personnes se sont installées sur le talus à proximité, elles ont bien choisi leur place.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Tout au bout des étangs, il ne reste que les rochers du « paysage alpestre », l’eau de l’ancienne cascade a disparu depuis belle lurette. De là, nous remontons vers les maisonnettes du parc, où s’est installé récemment un atelier de musicothérapie. Nul doute qu’on y entretient des liens de bon voisinage avec le magnolia rose sur le côté.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Plus loin, voici encore un magnolia blanc, il a perdu son vis-à-vis. Les vents tempétueux ont fait des dégâts ces derniers mois dans les parcs de la capitale. Près de l’avenue des Azalées, un tronc déraciné exhibe ses racines encore pleines de terre. Il devait avoir un bel âge. Sur le chemin du retour, je lis sur le sol une inscription à la craie : « Ne tue pas la terre » – un nouveau commandement pour notre temps.