Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bruxelles

  • Champ de repos

    « Naguère les défunts étaient inhumés à l’intérieur ou autour de l’église paroissiale Saint-Vincent », rappelle un panneau dans la rue Saint-Vincent, près de la grille qui permet de jeter un coup d’œil à l’ancien cimetière d’Evere.

    Evere ancien cimetière (1).jpg

    En 1880, la commune a acheté là trente-cinq ares de terrain pour le premier « champ de repos communal ». Il faut suivre le mur couvert de vigne vierge pour y entrer, à l’angle avec l’avenue Champ de Repos. Je vous ai déjà parlé des pelouses, de la végétation abondante dans ce jardin des morts entretenu avec soin, mais pas montré ces véritables couloirs de verdure.

    Evere ancien cimetière (5).jpgancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    Des haies bien taillées – quel travail pour les jardiniers – s’ouvrent sur des parcelles où les tombes se font face, à l’ombre des arbres. Parfois il n’y en a plus que d’un seul côté. Dans la partie du cimetière où se dressent des caveaux anciens, une couverture de lierre a enveloppé l’un d’eux ; cela m’a rappelé les tombes des frères Van Gogh à Auvers-sur-Oise, reliées par le lierre, symbole de fidélité et d’immortalité.

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,cultureancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    Au début du XXe siècle, certaines familles qui en avaient les moyens offraient à leurs défunts des sculptures d’anges ou de pleureuses. On découvre sur les monuments funéraires de cette époque toutes sortes de motifs, religieux ou autres, un répertoire de symboles parfois mystérieux.

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,cultureancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    Cette poignée de mains illustre l’alliance conjugale (une manchette de femme, une autre d’homme), mais pas seulement. « L'alliance est le terme utilisé par les marbriers pour désigner deux mains entrecroisées dont la supérieure est généralement celle d'une femme à l'annulaire présentant une alliance. Ce bijou est un cercle parfait – forme sans début ni fin – qui symbolise la permanence du couple malgré la mort. Les mains unies deviennent "la griffe", une manière particulière de se serrer la main qui permet aux compagnons du Tour de France ou aux francs-maçons de se reconnaître. »

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    Que d’amour exprimé dans cette jolie plaquette sculptée au message plein de tendresse : « à mon cher fiancé de sa Poussi ». J’admire les lignes art nouveau de cette jeune fille agenouillée dans son voile qu’elle retient de la main pour déposer des roses, les palmes au-dessus du souvenir – « La palme peut être présente sur la sépulture des jeunes qui, comme nombre de martyrs, sont décédés en pleine force de l’âge. »

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    Sous un autre profil de femme, sur un tombeau des années vingt, un seul mot : « Silence ». Sur certaines pierres tombales, un livre. S’il n’est pas accompagné d’un encrier et d’une plume, ce qui est réservé aux écrivains, il s’agit le plus souvent d’une référence à la Bible, fréquente chez les protestants et pour les prêtres catholiques aussi.

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture
    "A notre bien-aimé mari et père" (en néerlandais)

    Un monument spectaculaire de style art déco me touche particulièrement (mon père était pilote) : le soleil, les nuages, une aile d’avion qui se détache avant qu’il ne s’écrase, le casque en cuir et les lunettes anciennes sur le front de l’aviateur. Sous le nom du défunt, on indique qu’il est tombé « en service commandé » en 1934. Le panneau communal rappelle la proximité d’un aérodrome désaffecté après la deuxième guerre mondiale (à l’emplacement des bâtiments de l’OTAN), qui explique la présence ici de plusieurs tombes de pilotes.

    ancien cimetière d'evere,bruxelles,art funéraire,tombes anciennes,culture

    L’ancien cimetière d’Evere fait découvrir tout un monde de signes dont le sens peut nous échapper. Au XXIe siècle, ils ne sont pas tous aussi lisibles que les têtes de Christ aux épines et les croix chrétiennes. Si la symbolique funéraire vous intéresse, elle est bien résumée sur ce site français où j’ai copié quelques explications. Comme les ornements architecturaux que j’aime observer sur les façades d’antan, les ornements des tombes choisis par les proches des défunts pour leur rendre hommage offrent encore leur message à tous les passants.

  • La fin de l'été

    Comme chaque année en septembre, la semaine de la mobilité, d’initiative européenne, a offert aux Bruxellois la traditionnelle « journée sans voiture ». L’édition 2020 s’est déroulée sous un soleil éclatant, le dimanche 20 septembre. Beaucoup en profitent pour redécouvrir la ville débarrassée pour un jour du trafic automobile.

    Port de Bxl (8).jpg

    L’enthousiasme des familles à vélo est toujours sympathique ; le spectacle des cyclistes roulant n’importe où, même à contresens sur le boulevard, sans se soucier des rares véhicules motorisés ayant obtenu une dérogation, toujours crispant. Mais cette année, le plus étrange était de devoir se promener à pied en portant un masque, frôlé par « tout Bruxelles à vélo et sans masque ».

    Port de Bxl (9).jpg

    Aussi avons-nous renoncé à longer le canal du côté des Docks Bruxsel pour nous diriger de l’autre côté du pont Van Praet et descendre cette allée peu fréquentée où nous n’avions jamais mis les pieds. A travers le feuillage, on devine sur l’autre rive le mastodonte de l’incinérateur de Bruxelles, mais ce qui nous attirait de ce côté-ci, c’étaient les bateaux.

    Port de Bxl (10).jpg

    Bruxelles possède là son port de plaisance, au Brussels Royal Yacht Club. Fondé en 1906, à proximité du bassin réservé alors au yacht du roi Léopold II, il fait partie de la Donation royale. Principal club nautique de la capitale, avec une école de voile, il possède son club-house. Toutes les places étaient occupées sur la terrasse.

    Port de Bxl (17).jpg

    Vous pouvez lire son histoire sur le site du BRYC : après l’incendie du Club en 1936, on a reconstruit « un Clubhouse beaucoup plus vaste et plus moderne dont le plancher sera récupéré sur le yacht à vapeur « Erin » qui appartenait à Sir Thomas Lipton [bien connu des buveurs de thé]. Certains meubles et la balustrade de la mezzanine proviennent des malles Ostende-Douvres. »

    Port de Bxl (13).jpg

    Quand le temps sera revenu pour moi d’aller manger avec insouciance à l’intérieur d’un restaurant, il faudra aller voir cela de plus près et essayer la carte. En attendant, c’était bien agréable de se promener près de l’eau et des bateaux en oubliant qu’approchait déjà la fin de l’été.

  • Les arbres inspirent

    Si les parcs accueillent volontiers des sculptures, l’art peut aussi s’exprimer dans un agencement inédit. Au parc de Woluwe, ce trio m’a séduite, chaque arbre entre deux pierres dressées. De profil, on a l’impression de voir les pierres porter des branches. De plus près, on peut presque entendre une conversation entre amis. C’est très beau.

    Parc de Woluwe (17).jpg

    Le site de Bruxelles environnement renseigne sur cette œuvre originale intitulée « Les arbres protégés » (1998) : « La sculpture de Nathalie Joiris (1964) a été sélectionnée dans le cadre du concours annuel organisé par la Fondation européenne pour la sculpture. Trois aubépines poussent chacune entre deux stèles de granit, comme protégées par elles. Le vivant et le statique s’allient, l’art et la nature se marient. »

    Les arbres inspirent, comme le montrait Anne, l’ArtisAnne-textile, il y a peu, avec les « anastyloses » de Valentine Armand exposées à Brantôme, une autre manière de « retenir la présence de l’arbre » (V. A.) et de le recréer.

  • D'un parc à l'autre

    Le parc de Woluwe, où j’ai tant de souvenirs, s’étend sur près de 70 hectares, plus de trois fois plus que le parc Josaphat à Schaerbeek où je me promène habituellement. Cela me frappe quand j’y retourne et ma dernière visite à la Bibliotheca Wittockiana m’en a donné l’envie : la rue du Bemel (un ruisseau) longe le parc, comme on le voit sur une jolie photo nocturne de Wikipedia.

    Parc de Woluwe (3).jpg

    Ce tilleul énorme figure sans doute à l’Inventaire des arbres remarquables. Il y manque des photos pour que je puisse l’identifier et vous donner sa taille exacte, mais vous pouvez vous en faire une idée en voyant la clôture qui l’entoure et protège sans doute aussi des branches basses – un câble assure déjà l’une ou l’autre. Plus loin, un beau châtaignier tout rond promet une belle récolte, à voir ses nombreuses bogues.

    Parc de Woluwe (14).jpg

    Le petit peuple des étangs s’affaire sans se soucier des promeneurs : foulques, moins nombreux qu’à Tervueren, oies, canards qui se précipitent pour se rapprocher de la rive où des promeneurs ont peut-être quelque chose pour eux. Un héron, juché sur un piquet, joue les statues, déplie son long cou pour mieux voir, reprend la pose.

    Parc de Woluwe (15).jpg

    Sous le ciel d’azur de ce premier jour du mois d’août, les eaux, les arbres, les algues, les reflets et les ombres composaient un tableau qu’on aimerait peindre si on était peintre – on a aperçu deux dessinatrices sur une autre rive.

    Parc de Woluwe (21).jpg

    En suivant les avenues qui traversent le parc, nous nous sommes rappelé le temps pas si lointain où on y passait en voiture. Tout est large, l’espace se déploie dans ce parc vallonné dont les allées invitent à des parcours divers et variés, au soleil ou à l’ombre, en silence ou en conversant, l’œil glissant sur les feuillages et se posant ici ou là, quand quelque chose arrête le regard, comme ces arbres qui s’étreignent.

  • Contraste

    pont albert,canal de willebroeck,réverbères,pont bow-string,béton armé,patrimoine,culture,schaerbeek,bruxelles,laekenPlus habituée à traverser le canal sur le pont Van Praet que sur le pont Albert dont je ne connaissais même pas le nom (ni celui de la Rampe du Lion qu'il prolonge), j’ai été surprise en m’y promenant par ces charmants réverbères en fonte d’inspiration art nouveau.

    Quel contraste avec ce pont « bow string » (Wikipedia), érigé entre 1923 et 1925, dont le béton armé vieillit mal.

    La description du pont Albert à l’Inventaire du patrimoine architectural (datée de 2016) le confirme : « En mauvais état, l’ouvrage serait aujourd’hui menacé de démolition. »