Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bruxelles

  • Les oiseaux de Norge

    mosaïque oiseau 1.jpgFrançois s’est tu. Il a parlé doucement aux oiseaux, il en garde un des plus menus blotti dans sa main et sent battre son cœur comme une petite feuille secouée par le vent.

    Et d’autres volant en cercle formaient une joyeuse couronne autour de son sourire.

    mosaïque oiseau 3.jpg

     

     

    Il se fit alors un chant très vif et très mystérieux, un hymne touchant et multiplié, et François à son tour fut enseigné par les oiseaux.

     

    mosaïque oiseau 2.jpg

     

     

    Mais comment apporter aux hommes des mots d’une langue si légère ?

    Comment dire le moment de lumière et l’odeur, le juste ton de la musique et la ferveur de l’écoute ?

    Norge, Les oiseaux (Joie aux âmes, 1941

    – début du Poème de la salutation)

    Mosaïques sur T&P

    * * *

    Pour info : Michel Kacenelenbogen jouera La promesse de l'aube
    (
    Romain Gary) 
    en extérieur au Château du Karreveld
    (renseignements ici) les 28 et 29 août (21h).

  • Couleurs et formes

    Voici les derniers de ces « billets de sortie » que je vous ai postés depuis le début des grandes vacances pour commencer la semaine, billets « légers » pour un été trop lourd cette année. Nous avons croisé depuis lors bien d’autres « belles de trottoir », certaines plus neuves que d’autres, d’une variété réjouissante.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    Pauvre B…, écrivait Baudelaire. J’y ai pensé en découvrant cette dalle qui arbore nos couleurs nationales : « ma belle(g)ique » a de beaux restes, mais elle s’écaille par endroits. Comme notre Etat qui ne se trouve plus d’alliance majoritaire pour gouverner ? Sans commentaire, mais on n’en pense pas moins.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    Nous avons été inquiets pour le petit peuple des arbres dans l’îlot. Quelques mésanges bleues s’étaient cognées aux vitres, sans dommage, mais en laissant le temps de constater qu’elles étaient pâlichonnes, leur plumage ébouriffé, signes peut-être de la maladie qui les a décimées en Allemagne. Puis nous n’en avons plus vu sur la terrasse où elles se posaient souvent. Le mois d’août nous a ramené quelques charbonnières et puis des bleues tout de même, ouf, que nous (y compris le chat) revoyons sautiller de branche en branche dans le sycomore.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    Plus de fleurs que d’arbres sur les pavés mosaïques, il me semble, mais j’ai tout de même aperçu sur mon chemin ces beaux bouleaux aux feuillages d’automne et, dans une autre rue, cette composition végétale plus abstraite qui ne manque pas d’allure. Avec des cerises.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    On se demande parfois ce qui se cache derrière le choix d’un motif pour égayer le trottoir devant sa porte. Une raie ! Une écrevisse !  Comme elles semblent perdues en ville. Souvenir de vacances ou d’un hobby ? Dommage qu’il n’y ait personne à la porte, on poserait la question. Remarquez qu’elle est posée sur une assiette, cette écrevisse, près d’un crayon noir et de points d’interrogation.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    Encore plus inattendu, très joliment figuré avec ses yeux ronds et ses pattes à cinq doigts, un gecko. Bravo au mosaïste, il ou elle a trouvé de très jolies couleurs pour cette apparition lumineuse sur fond gris. Ce petit lézard est sacré dans certains pays d’Asie et il porterait bonheur. C’est certainement pour cela qu’une amie m’a offert le joli gecko en métal qui grimpe au mur dans l’entrée.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,1030

    Pour la suite du bestiaire de trottoir, rendez-vous demain.

  • Les arbres inspirent

    Si les parcs accueillent volontiers des sculptures, l’art peut aussi s’exprimer dans un agencement inédit. Au parc de Woluwe, ce trio m’a séduite, chaque arbre entre deux pierres dressées. De profil, on a l’impression de voir les pierres porter des branches. De plus près, on peut presque entendre une conversation entre amis. C’est très beau.

    Parc de Woluwe (17).jpg

    Le site de Bruxelles environnement renseigne sur cette œuvre originale intitulée « Les arbres protégés » (1998) : « La sculpture de Nathalie Joiris (1964) a été sélectionnée dans le cadre du concours annuel organisé par la Fondation européenne pour la sculpture. Trois aubépines poussent chacune entre deux stèles de granit, comme protégées par elles. Le vivant et le statique s’allient, l’art et la nature se marient. »

    Les arbres inspirent, comme le montrait Anne, l’ArtisAnne-textile, il y a peu, avec les « anastyloses » de Valentine Armand exposées à Brantôme, une autre manière de « retenir la présence de l’arbre » (V. A.) et de le recréer.

  • D'un parc à l'autre

    Le parc de Woluwe, où j’ai tant de souvenirs, s’étend sur près de 70 hectares, plus de trois fois plus que le parc Josaphat à Schaerbeek où je me promène habituellement. Cela me frappe quand j’y retourne et ma dernière visite à la Bibliotheca Wittockiana m’en a donné l’envie : la rue du Bemel (un ruisseau) longe le parc, comme on le voit sur une jolie photo nocturne de Wikipedia.

    Parc de Woluwe (3).jpg

    Ce tilleul énorme figure sans doute à l’Inventaire des arbres remarquables. Il y manque des photos pour que je puisse l’identifier et vous donner sa taille exacte, mais vous pouvez vous en faire une idée en voyant la clôture qui l’entoure et protège sans doute aussi des branches basses – un câble assure déjà l’une ou l’autre. Plus loin, un beau châtaignier tout rond promet une belle récolte, à voir ses nombreuses bogues.

    Parc de Woluwe (14).jpg

    Le petit peuple des étangs s’affaire sans se soucier des promeneurs : foulques, moins nombreux qu’à Tervueren, oies, canards qui se précipitent pour se rapprocher de la rive où des promeneurs ont peut-être quelque chose pour eux. Un héron, juché sur un piquet, joue les statues, déplie son long cou pour mieux voir, reprend la pose.

    Parc de Woluwe (15).jpg

    Sous le ciel d’azur de ce premier jour du mois d’août, les eaux, les arbres, les algues, les reflets et les ombres composaient un tableau qu’on aimerait peindre si on était peintre – on a aperçu deux dessinatrices sur une autre rive.

    Parc de Woluwe (21).jpg

    En suivant les avenues qui traversent le parc, nous nous sommes rappelé le temps pas si lointain où on y passait en voiture. Tout est large, l’espace se déploie dans ce parc vallonné dont les allées invitent à des parcours divers et variés, au soleil ou à l’ombre, en silence ou en conversant, l’œil glissant sur les feuillages et se posant ici ou là, quand quelque chose arrête le regard, comme ces arbres qui s’étreignent.

  • Publicité murale

    Autour de Train World (27) Caulier.jpgSur le mur pignon gauche du bel immeuble « In het Boerineke » subsiste une publicité murale peinte pour une bière belge, la « 28 » de la brasserie Caulier. Comme celle des « Risques de guerre » près du Moeraske, cette publicité peinte fait partie du petit patrimoine préservé.

    Sur son site, vous découvrirez, si cela vous intéresse, l’histoire d’une brasserie belge qui débute en 1933 avec Charles Caulier, ancien ouvrier mineur, à distinguer d’un autre brasseur qui exploite actuellement ce nom de marque, une affaire de patrimoine commercial que je ne démêlerai pas.