Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

schaerbeek

  • La vie de ses parents

    alain berenboom,monsieur optimiste,récit,littérature française,belgique,bruxelles,schaerbeek,pologne,juifs,parents,histoire,famille,culture,origines,optimisme,deuxième guerre mondiale,occupation allemande« Qui se soucie de la vie de ses parents ? Qui a la curiosité, la force ou simplement l’idée de percer leurs secrets, de violer leur jardin personnel ? Pour un enfant, les parents n’ont pas d’âge, pas d’histoire, pas de passé et surtout pas de mystère. A l’adolescence, on ne s’intéresse qu’à soi. Plus tard, après avoir quitté le nid, on ne les voit plus qu’un dimanche de temps en temps, puis aux fêtes d’anniversaire, à la nouvelle année. Et que reste-t-il de nos parents quand la tentation nous prend enfin d’ouvrir la boîte de Pandore ? Des morceaux d’histoires qui leur ont échappé et qu’on a miraculeusement retenus, on ne sait pourquoi : le nom d’un ancien ami – ou d’un ennemi – à qui ils n’ont jamais pardonné, des rancœurs familiales à l’origine obscure. »

    Alain Berenboom, Monsieur Optimiste

  • Monsieur Optimiste

    A la mort de son père, Alain Berenboom ne sait pas grand-chose de son passé. Ce pharmacien toujours occupé ne lui a laissé aucune photo, aucun récit familial, lui qui pourtant était toujours prêt à parler de son village natal (Maków, son « shtetl » près de Varsovie), de l’Europe ou du monde. « Mon père croyait à la marche irréversible de la civilisation, au recul de la barbarie, vaincue par le mot ou l’éducation, enfin ce genre de choses. » Tomas, un client d’origine allemande devenu son ami, lui avait dit un jour : « On devrait t’appeler monsieur Optimiste » – le surnom lui était resté.

    alain berenboom,monsieur optimiste,récit,littérature française,belgique,bruxelles,schaerbeek,pologne,juifs,parents,histoire,famille,culture,origines,optimisme,deuxième guerre mondiale,occupation allemande
    L'affiche de l'adaptation théâtrale en 2015

    Monsieur Optimiste raconte ce dont l’auteur se souvient et ce que des archives ont permis de découvrir à ce fils unique né d’un père de quarante ans et d’une mère de trente-deux. Lorsque celle-ci décède, dix ans après le père, Alain B. trie leurs papiers et tombe sur un extrait du registre des Juifs de la commune de Schaerbeek où s’est inscrit, le 28 novembre 1940, Chaïm Berenbaum.

    Pourquoi s’y être déclaré, lui qui avait fui la Pologne, qui détestait les rabbins, lui « le laïc, le gauchiste, l’internationaliste » ? En Belgique depuis 1928, une fois son diplôme de pharmacien obtenu à l’université de Liège, son père était devenu aide-pharmacien « dans les beaux quartiers de Schaerbeek ». Tomas, l’ami ingénieur qu’il admirait pour avoir quitté l’Allemagne à la prise de pouvoir d’Hitler, disparu lors de l’invasion de la Belgique, était en réalité un officier allemand de « la cinquième colonne » ; il était revenu à la pharmacie en uniforme, à la stupéfaction du père, mais il ne l’avait pas dénoncé à la Gestapo.

    Le mariage des parents en janvier 1940 avait été fêté chez des amis avec très peu de famille : Esther, une des deux sœurs du père ; Harry et Herta, oncle et tante de sa mère Rebecca, « une superbe brune à la peau mate ». En mai, ils étaient partis en voyage de noces à vélo vers le Pas-de-Calais, mais le désordre épouvantable à Boulogne, où Chaïm a failli être enrôlé de force comme soldat polonais, les a vite fait revenir dans Bruxelles occupée.

    Au retour, la pharmacie rouvre. En 1942, son père est convoqué à la caserne Dossin à Malines (17000 Juifs obéirent à la convocation… pour Auschwitz-Birkenau). Quand l’agent de police du quartier, un de ses clients, vient lui intimer l’ordre de partir… ou de disparaître sans laisser d’adresse, les Berenbaum changent de peau et s’en vont devenir en cachette de bons Belges de souche, les Janssens, avec de « vraies-fausses cartes d’identité » établies à Jette.

    La guerre finie, « Janssens » deviendra « Berenboom », « arbre aux ours » en flamand – « Toute personne parlant néerlandais comprend immédiatement la supercherie. Berenboom est aussi faux flamand que le magicien qui l’a imaginé. » Alain Berenboom s’interroge sur son identité, mais qui questionner ? Sa grand-mère paternelle, qui a vécu avec eux juste après la guerre, a émigré en Israël quand il avait six, sept ans. « Elle parlait polonais, yiddish et hébreu, pas français. » Il ne l’a revue qu’une fois, il ne connaît que le français et le flamand. Quant à son prénom, son père lui a dit un jour qu’il en avait un autre « pour les Juifs » : « Aba », le prénom de son grand-père, qui signifie « père », tandis que « Chaïm » signifie « vie ».

    Quand il repeint une chambre, après la mort de son père, des couches de vieux journaux sous le papier, des pages du Soir des années trente, font défiler la jeunesse de Chaïm pendant qu’il tentait de maîtriser le français. Dans les dossiers de la Police des étrangers, Alain B. découvre les faits et gestes de ses parents depuis leur demande de visa et même une carte de la clinique informant la police de l’admission de sa mère à la maternité en 1947. Suivant tantôt la trace de son père, tantôt celle de sa mère, l’auteur restitue avec leur parcours tout le contexte de l’époque.

    Résistance, livre de cuisine rédigé par sa mère cachée, évocation des membres de la famille dont il a retrouvé des lettres, cyclisme, lecture de la Bible, les chapitres de Monsieur Optimiste, prix Rossel 2013, rendent compte, sans rien inventer, de ce que fut la vie de ses parents. Jusqu’aux « potions magiques » du pharmacien de la rue des Pâquerettes à Schaerbeek (au 33) et à la « Fontaine d’amour » du parc Josaphat qui fascinait le petit Alain et sa grand-mère.

    Alain Berenboom, avocat, écrivain et chroniqueur au Soir, fait revivre tout cela avec simplicité et honnêteté : « Tout est juste, magnifiquement campé avec une pudeur pleine d’humour et de tendresse pour des personnages réels devenus de fiction. » (Sophie Creuz dans L’Echo) Le fils de monsieur Optimiste s’est déclaré en 2010 « Trots op België et fier de l’être », un texte à lire sur son site.

  • Rénovation

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture,rénovationLa rénovation de l’immeuble au 416 du boulevard Lambermont, entre le quartier des Fleurs et le parc Josaphat, est à présent terminée ; il comporte cinq appartements (prix de vente : près de deux millions d’euros). Que de changements par rapport à la première façade montrée sur une photo ancienne !

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture,rénovation

    D’abord maison bourgeoise de style éclectique d’inspiration Art nouveau (1912, E. Van Nooten), elle a été transformée en 1937 en maison de rapport de style Art Déco par l’architecte Adolphe Staatje. Le bas-relief en céramique entre les fenêtres du troisième étage est d’origine, et aussi « la remarquable grille du jardinet, à lignes Art nouveau, chapelet de boules et motifs de lances » (Inventaire du Patrimoine architectural).

     

  • Art Déco & Modernisme

    Au programme de l’Estivale du 12 août, la Maison Ajoux et le quartier des Fleurs, de l’autre côté du parc Josaphat par rapport au quartier des Azalées. Un quartier conçu par Octave Houssa au début du XXe siècle « dans la vallée Josaphat », lorsque Schaerbeek se développe et s’urbanise. Je vous l’ai déjà présenté il y a quatre ans. Curieuse de découvrir l’intérieur d’une maison originale, j’ai suivi cette fois les explications de Cécile Dubois, centrées sur l’Art Déco & le Modernisme, deux styles bien représentés ici, parmi d’autres.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    La promenade guidée commence à l’église Sainte-Suzanne où les travaux de rénovation ont bien avancé, même si le clocher est encore sous les échafaudages. De l’autre côté de l’église, la cité-jardin et le parc Terdelt (sur l’ancien cimetière de Schaerbeek) avaient une vocation sociale, comme l’école communale. Le quartier des Fleurs était destiné aux bourgeois, qui disposeront d’une école catholique à proximité (Saint Dominique).

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Il y a 90 ans que Sainte-Suzanne a été inaugurée, le 11 août 1928. Louise Thiéry, épouse du Général Maes mort en 1915, a fourni le terrain et les fonds pour construire cette église en mémoire de sa fille Suzanne décédée en 1914. L’architecte Jean Combaz, fils de l’affichiste Art nouveau Gisbert Combaz, l’a construite dans un style résolument moderne, teinté d’Art Déco.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Nous y entrons pour découvrir la verrière du chœur remise à jour – elle avait été occultée ainsi que celles du plafond, parce que l’église avait été jugée trop lumineuse. Je vous renvoie au site Iris monument (Inventaire du Patrimoine architectural) pour l’histoire des vitraux. Le contour en vert, jaune et rouge de cette verrière surprend – des tons très différents des grands vitraux latéraux plus tardifs –, il est d’origine ; la partie centrale a été recréée sur base d’archives.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Dans l’avenue des Glycines, nous nous arrêtons devant un immeuble de style paquebot. La guide présente à peu près les mêmes bâtiments que ceux montrés dans mon ancien billet sur le quartier des Fleurs, aussi je préfère noter ici l’une ou l’autre remarque nouvelle, comme la volonté de l’urbaniste, dès le départ, de bâtir dans ce quartier une succession de maisons mitoyennes, par série de cinq, interrompue par un espace de jardin pour maisons trois façades, une sorte de « respiration » visuelle.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Voici d’autres éléments de style paquebot, au 55 de la rue des Mimosas : cette villa Art Déco de 1935 présente un grand relief floral sur son pan coupé à l’angle de l’avenue des Héliotropes. Cécile Dubois la compare avec l’hôtel de maître juste en face (au 44), signé Adrien Blomme, construit à la fin des années trente dans un style plus épuré, plus sobre. C’est un choix esthétique et non économique, comme en témoignent les ferronneries aux signes du zodiaque (idem pour la rampe d’escalier à l’intérieur), l’entrée et sa grande verrière, l’aile droite pour les domestiques (aujourd’hui louée séparément), etc.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Au 2A de l’avenue des Héliotropes, une villa moderniste à trois façades (Jean De Ligne, 1933) répond davantage aux critères d’un modernisme strict : suprématie de la fonction sur la forme, emploi de volumes géométriques élémentaires, toiture plate, fenêtres en bandeau et matériaux modernes comme le béton armé (source IPA). La porte de garage ajoutée nuit à l’harmonie, mais nous admirons ses fins châssis d’origine « à petits-fers » et aussi la ligne de géraniums sur la toiture-terrasse (ci-dessous, à droite).

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Beaucoup d’autres arrêts (une maison louée par Magritte et sa dernière maison (photo 2), entre autres) ont été marqués sur ce parcours qui se terminait à l’angle de la rue des Mimosas et de l’avenue des Jacinthes. Nous y sommes entrés dans une maison moderniste de 1935, due à René Ajoux, l’architecte de l’immeuble « Cascade » près des étangs d’Ixelles. A l’extérieur comme à l’intérieur, elle emboîte les arrondis.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture

    Un chat et un jeune ginkgo biloba pour nous accueillir dans le jardin, voilà qui me plaît. Il faut aimer l’architecture pour bien conserver une habitation de ce genre ; de nombreux prescrits urbanistiques protègent ce quartier classé, et il n’est pas facile, par exemple, de placer du double vitrage sur des châssis à guillotine.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture
    Autre photo de la maison Ajoux sur Iris Monument

    Dès le passage de la porte (arc en plein cintre), nous admirons les courbes, du sol (céramique, parquet en acajou) au plafond qui intègre un éclairage indirect circulaire. Un escalier tournant mène à l’étage. Les nouveaux propriétaires de la maison ont à cœur de respecter son style, ils ont très bien mis ses formes en valeur : canapé arrondi, tables rondes design, luminaires à boules… Un intérieur chaleureux.

    estivales,2018,schaerbeek,promenade guidée,quartier des fleurs,maison ajoux,architecture,art déco,modernisme,culture
    Source : https://www.banad.brussels/fr/activites/maison-ajoux 

    C’est vraiment sympathique d’ouvrir ainsi sa porte à un groupe d’amateurs du patrimoine, comme lors du dernier BANAD festival, un des plaisirs qu’offrent les Estivales de Schaerbeek, en attendant les Journées du Patrimoine.

  • Flamboyant

    Comment ne pas s’arrêter devant cette façade de 1913, avenue des Azalées, sans admirer sa porte et son décor de style néogothique flamboyant (à droite) ? Elle forme un duo avec la maison voisine, conçue en 1920 par les mêmes architecte et propriétaire, elle aussi ornée de plusieurs sculptures (dues à Georges Fiers).

    Azalées (66) 2.jpg

    Azalées (70).JPGAzalées (71).JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Accroupis à gauche et à droite de la belle porte,
    un érudit et un musicien.  

    estivales,2018,promenade guidée,schaerbeek,patris,avenue des azalées,patrimoine,architecture,sculpture,culture

    Le plus étonnant se situe sur la logette (petit ouvrage en surplomb sur un seul étage) : un fou, avec tous ses attributs. Il est surmonté d’un porc-épic faisant face à un serpent, entre deux écureuils. De part et d’autre de la logette figurent les noms de l’architecte Félix Van Meir et du sculpteur L. Talpe. Aux passants, à tous les étages, ils offrent depuis plus d’un siècle motifs végétaux, animaux, mascarons, blason…

    Azalées (68).JPG