Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Balades

  • Chemin faisant

    Evere chat sur le toit (1).jpg

     

    Dans une rue d’Evere, une façade végétale attire l’attention entre deux immeubles : y a-t-il une maison habitée derrière ces arbres ? La petite barrière près de la haie semble l’indiquer.

     

    Evere chat sur le toit (2).jpg

     

    En levant les yeux, autre surprise. Tranquille, un chat se déplace dans une autre dimension. Quelque chose l’arrête un moment, puis il continue sur le faîte du toit avant de descendre de l’autre côté.

     

    Evere chat sur le toit (3).jpg

     

     

    Voilà qui aurait intéressé mon chat d’appartement, privé de ce genre d’aventures, mais qui aime observer de nos fenêtres les allées et venues de ses congénères et bien sûr, tout ce qui vole ou se pose à proximité.

  • Un début lumineux

    Depuis la Toussaint, le soleil nous est revenu : matins clairs, longues balades d’après-midi, soirs où le ciel décline le bleu nuit en douceur, à la manière d’un Folon. Ce dimanche matin, la température s’adoucit et le ciel se voile.

    Nov Rouge Cloître (4).jpg

    Au Rouge-Cloître et ailleurs, beaucoup profitent des congés pour se promener. C’est un concours de couleurs sur les sols roussis, les troncs mousseux, dans le mélange des feuillages, les entrelacs des racines – l’anastomose, souvenez-vous.

    Nov Rouge Cloître (16).jpg

    A peine distrait par notre passage, un héron cendré guette sa proie sur un tronc au-dessus de l’étang, d’un côté puis de l’autre, sur deux pattes et puis une seule. Merci, l’oiseau, pour la pose.

    novembre,soleil,rouge cloître,héron,ancien cimetière d'evere,parc josaphat,automne

    La commune d’Evere jouxte celle de Schaerbeek. De l’église Saint-Vincent, où nous conduit souvent une balade au Moeraske, j’ai emprunté pour la première fois à pied la rue Saint-Vincent juste en face, jusqu’à l’ancien cimetière d’Evere.

    Nov Evere.jpg

    Je ne suis pas une visiteuse de cimetières, mais j’avais lu je ne sais où que celui-ci était très vert. Il l’est. Pas seulement sur la pelouse d’honneur, où l’alternance des chrysanthèmes jaunes et pourpres était du plus bel effet, mais aussi dans les haies bien taillées, les allées entre les tombes. De vieux cyprès y font honneur à leur réputation de gardiens de cimetières.

    Nov Josaphat.jpg

    Bien sûr, le parc Josaphat n’est pas en reste à cette saison. Le grand platane à feuilles d’érable vire à l’orange en flamboyant, mais je donne la prime du roux le plus remarquable à cette silhouette (anonyme) qui se singularise au bord de l’eau.

    Nov Josaphat 2.jpg

    Lumineux novembre, qui nous réconcilie avec l’automne.

  • Du positif

    « Avec la pénombre de cet automne, même une luciole nous éblouirait. Dès lors, tentons de déceler des aspects lumineux dans chaque contrainte imposée par le virus ou les autorités. Le télétravail nous épargne, par exemple, beaucoup de temps dans les transports. Il nous permet de voir davantage nos proches, d’être moins déconcentrés. Le confinement nous offre aussi l’occasion de redécouvrir de grands auteurs, des classiques du cinéma ou des séries inédites. » (Dorian de Meeûs)

    Automne 2020 (2).jpg

    Sous le titre « Admirer une luciole dans l’obscurité », le rédacteur en chef de La Libre Belgique a envoyé aux abonnés du journal une invitation à chercher ou à mettre du positif dans la vie. Depuis mardi dernier, dans cet esprit, ceux-ci reçoivent « La newsletter des bonnes nouvelles » de La Libre Belgique, une belle initiative.

    Automne 2020 (5).jpg

    La semaine dernière, on y parlait entre autres de la première rencontre entre le roi Philippe et sa demi-sœur Delphine – Delphine, anciennement Boël, devenue princesse Delphine de Saxe-Cobourg par décision de justice. Ce feuilleton judiciaire ouvert en 2013 par l’intéressée en demande d’une reconnaissance de paternité par notre ancien roi Albert II trouve enfin un dénouement digne. Celui-ci a reçu récemment sa fille Delphine dans sa résidence privée.

    Automne 2020 (6).jpg

    Cette semaine, on annonce que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles débloque des moyens supplémentaires pour équiper les écoles secondaires d’ordinateurs. Bonne nouvelle, même si on peut regretter les mois de retard pour que tout cela se concrétise ; dès le printemps dernier, l’enseignement flamand a fourni plus de douze mille ordinateurs aux élèves du secondaire qui n’en avaient pas chez eux. (En Belgique, l’enseignement relève des communautés linguistiques.)

    Automne 2020 (3).jpg

    Je vous ai déjà parlé de Daardaar, le site qui propose en français des articles parus dans la presse flamande. Si cela vous intéresse, vous trouverez sur ce site des podcasts d’une demi-heure, intitulés « dring dring ». Des journalistes parcourent la Flandre à vélo et interrogent ses habitants, dont vous pourrez entendre  les accents différents selon leur région. Voici déjà quatre épisodes à écouter :
    1 Les Flamands sont-ils racistes ?
    2 Flamands et Belges francophones sont-ils si différents ?
    3 Etre flamand, c’est quoi ?
    4 Que savent les Flamands des Wallons et des Bruxellois ?

    Automne 2020 (1).jpg

    Enfin, pour les Belges qui ont l’habitude de se tourner vers un géant américain pour leurs commandes de livres, une bonne nouvelle : Librel.be, portail qui proposait déjà des livres numériques, devient une plateforme d’accès aux livres « papier ». Grâce à une cinquantaine de librairies indépendantes qui « mutualisent » leur stock, celui-ci est de huit cent mille livres. On réserve en ligne, le paiement se fait en librairie lorsqu’on va chercher ses livres. Notez que la librairie Tropismes, qui s’y associe, livre à domicile dans les dix-neuf communes bruxelloises.

    Ce soir, tiens, je vais allumer une bougie.

    Photos T&P : Choses gaies à regarder en se promenant dans le quartier

  • La friche Josaphat

    Il était temps d’y aller faire un tour. La friche Josaphat, ouverte aux curieux cet été, ferme ses portes au public ce soir. Cela fait des années que les Schaerbeekois entendent parler de ce grand terrain de 25 hectares, le long du chemin de fer, à la limite d’Evere, la commune voisine. Les défenseurs de ce « joyau écologique » en péril continuent à se battre contre le plan d’aménagement urbain qui prévoit d’y construire mille six cents logements.

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    « Vivre et travailler dans un parc : voilà la « carte de visite » du futur quartier mixte et durable qui va s’installer sur le site ferroviaire désaffecté de l’ancienne gare de triage « Josaphat », annonce la Société d’Aménagement Urbain (SAU) de la Région de Bruxelles-Capitale. En cliquant sur les liens, vous découvrirez les arguments des uns et des autres, notamment ceux de la commune de Schaerbeek qui y est favorable, mais a refusé le plan proposé l’an dernier, jugé trop dense, trop peu durable et trop peu soucieux du maintien de la biodiversité dans cette zone.

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    Un ciel gris mais pas de pluie, découvrons donc ce que propose encore « L’été à Josaphat ». Au début de l’avenue Latinis, en venant du boulevard, on passe entre des voitures en stationnement pour pénétrer sur la friche. L’été est fini mais la Compagnie des Nouveaux Disparus, un théâtre forain créé en 1994, est encore là avec son chapiteau, son camion, et tout l’équipement aux couleurs joyeuses. On ne voit quasi personne en ce début d’après-midi. La guinguette, le terrain de pétanque, tout est désert, mais quelqu’un vient à notre rencontre et nous indique où commence le sentier de promenade aménagé dans la friche, bien balisé.

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    Une clôture en bois protège ces terres rendues temporairement à la vie sauvage, où certaines plantes fleurissent encore. Bernard Pasau, un naturaliste membre de Natagora, y a photographié en juillet une espèce d’abeille jamais observée en Belgique, « la 103e espèce d’abeilles recensées (…) dont 24 espèces sont rares ou très rares » (Vivre ici). Ses photos d’oiseaux, de fleurs et d’insectes, dont de nombreuses libellules, valent le détour : vous les trouverez dans les albums proposés sur le site de la RTBF et sur celui d’Ezelstad/Cité des Anes.

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    Tout le long du sentier, on a prévu des bancs fabriqués avec des palettes, des poubelles qui invitent au tri. On aperçoit l’une ou l’autre mare, des zones humides favorables à la faune comme à la flore locales. A lire Jacqueline Saintenoy-Simon, qui a observé cette friche urbaine depuis plus de vingt ans, « il ne reste que des miettes » de la belle flore qui faisait jadis l’admiration des botanistes belges, « miettes que les défenseurs du site essaient de protéger. »

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    Au chemin de terre succède un sentier couvert de paillis. La promenade ne mène à présent plus jusqu’au bout de la friche, près du pont d’Evere, elle forme une boucle vers le milieu du site. On revient le long du chemin de fer, dont les talus, derrière la clôture métallique, offrent encore des couleurs en ce premier mois d’automne : du blanc, du bleu, du jaune, des mauves et aussi des champignons sauvages : coprins chevelus et coprins noirs d’encre (ou coprins pies ?) aux pieds blancs.

    friche josaphat,l'été à josaphat,les nouveaux disparus,biodiversité,aménagement urbain,nature,habitat,protection de l'environnement,schaerbeek,région bruxelloise

    Je suis heureuse d’avoir pu observer cette friche de plus près et j’espère que l’opposition aux aménagements urbains excessifs – une pétition « Stop Béton (à Bruxelles) : sauvons la friche Josaphat » a récolté près de dix mille signatures jusqu’à présent – sera entendue. La sauvegarde de l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique, l’amélioration de la biodiversité, la qualité de la vie en ville, tout cela est ici en jeu, il suffit de s’y promener pour s’en rendre compte. Voilà pour les partisans de la transition écologique une belle occasion de passer des discours aux actes !