Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Balades

  • Pimpant Namur

    Une belle expo au musée Rops, c’était bien sûr aussi l’occasion d’une promenade dans Namur. J’ai trouvé la ville particulièrement pimpante sous le soleil de juillet (une date bien choisie, le lendemain il pleuvait). Au-dessus de la Meuse, les flâneurs apprécient l’Enjambée, cette passerelle ouverte en 2020 qui relie Jambes et Namur.

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : l'Enjambée sur la Meuse

    Cet été, on peut découvrir à Namur « Le jardin extraordinaire de Kalbut ». L’artiste wallon conçoit ses œuvres à partir de matériaux de récupération et représente des animaux de la région. Juché sur une branche d’arbre près de l’église Saint-Loup (église baroque qui a fasciné entre autres Victor Hugo et Baudelaire), Martin le pêcheur nous a séduits par son allure et ses couleurs. (Les maquettes des neuf sculptures sont exposées à l’Office du tourisme.)

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Martin le pêcheur © Kalbut

    En plus du grand patrimoine architectural namurois, c’est un plaisir, en se promenant dans la vieille ville, d’observer des détails aux façades des maisons comme ce bas-relief « A la maison blanche » au-dessus de la porte d’un établissement désaffecté.

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Agrandir pour voir "A la maison blanche" au-dessus de la porte

    Dans la rue Haute Marcelle, une fresque de Kahef rend hommage au folklore local : « Vive Nameur po tot » (Vive Namur pour tous) peut-on lire près du gamin ouvrant un livre d’où sortent deux échasseurs (« du wallon namurois « chacheu » qui désigne le jouteur sur échasses » dixit Wikipedia). Les échasseurs namurois, qui ont plus de six siècles d’existence, sont aussi représentés par une statue en bronze (au rond-point des Échasseurs). 

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : street art signé Kahef

    De nombreuses potales (« du wallon potè, qui signifie petit trou ») ont survécu aux façades, ces niches qui abritent une statue de la Vierge ou d’un saint. Celle de « La vieille maison », sur une façade datée de 1775, est mise en valeur entre deux lanternes au-dessus de la porte de ce café-bar et de la jolie croix ouvragée de l’imposte.

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : L'ancienne maison

    Il y a des boutiques attrayantes dans les ruelles, comme la sympathique enseigne d’« Il fera beau demain » où nous sommes entrés, juste pour ressentir cette ambiance de caverne d’Ali Baba qui contribue « à entretenir un petit coin de rêve, de charme, de poésie au sein du vieux Namur » (site). J’y ai photographié cette vaisselle Copenhague que nous utilisions chez ma grand-mère, un classique qui garde la cote, apparemment.

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : vaisselle Copenhague (Il fera beau demain)

    Voici le merveilleux Gérard le renard de Kalbut, sur une place dont je vous parlerai prochainement. Son socle accueillait quelques amatrices de crèmes glacées, d’autres passants cédaient à l’envie de se faire tirer le portrait en sa compagnie. Ses couleurs sont bien choisies et ses griffes semblent redoutables.

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Gérard le renard © Kalbut

    Autre personnage du folklore namurois, le Molon, un coq à la main gauche et une boîte de quête à la main droite. Avec un « 40 » au-dessus du « M » de son chapeau, la statue se dresse devant la maison natale de Nicolas Bosret, auteur de l’hymne namurois « Li Bia Bouquet », le premier directeur « des 40 molons ». La royale société Moncrabeau, « probablement la plus ancienne société folklorique de Wallonie », à vocation philanthropique et musicale, organise un concours de menteries au monument dédié à Nicolas Bosret, un buste à l’arrière duquel se trouve le siège où doit s’asseoir le candidat menteur (détails ici).

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Le Molon ©  Vinciane Renard

    Parmi les animaux figurés par Kalbut, les oiseaux ont ma préférence. Voici Léon le héron, un poisson dans le bec, sur l’esplanade de la Confluence où arrive l’Enjambée et où les enfants peuvent se rafraîchir aux jets d’eau aléatoires. Un peu plus loin, un autre volatile, Victor le pic-vert : il a l’air malicieux, non ?

    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Léon le héron & Victor le pic-vert © Kalbut
    namur,belgique,wallonie,patrimoine,folklore,balade,kalbut,confluence,culture
    Namur : Vue de la Confluence vers la Citadelle (la Tortue brille sur l'herbe, à droite)

    Nous montons là les escaliers pour admirer d’en haut le confluent de la Sambre et de la Meuse. On se retourne vers l’esplanade pour admirer, au-dessus des briques rouges du Parlement wallon, la citadelle de Namur où brille désormais la Tortue dorée de Jan Fabre, Searching for Utopia, posée là lors d’une exposition en 2015 et conservée depuis lors. Nous irons la voir de plus près à l’occasion d’une autre balade namuroise en bonne compagnie.

  • Atelier d'une reine

    Des marguerites égaient le jardin d’une maisonnette au toit de chaume, selon le souhait de la reine Elisabeth (1876-1965), épouse du roi Albert Ier : son atelier de sculpture et de peinture. Elle n’était pas seulement mélomane – faut-il rappeler qu’elle a fondé le Concours musical Eugène Ysaÿe renommé ensuite Concours musical international Reine Elisabeth ? L’édition Violon 2024 est en cours en ce mois de mai.

    Laeken (24).jpg

    Comme cet atelier est relié à la Serre des Azalées, les visiteurs des serres de Laeken ont accès de l’intérieur à cet endroit chaleureux décoré de ses sculptures. Ils peuvent observer en détail, à travers une vitre, ce sympathique atelier-salon.

    Laeken (50).jpg
    « Madame,
    Sachant tout l’intérêt que Votre Majesté porte aux exercices « terrestres »,
    dont Elle est Elle-même une grande adepte !
    je me permets de Lui remettre, ci-joint,
    quelques figurines qui donnent une idée approximative […] ».

    Surprise : sur un guéridon de verre, on a posé autour d’un coffret qui les contenait de charmantes petites figures féminines en plein exercice physique – des postures de yoga ? On y voit une carte, dont le texte est malheureusement interrompu, de la comtesse Greffulhe (l’inspiratrice de la duchesse de Guermantes dans la Recherche de Marcel Proust). J’aurais aimé lire la suite !

     

  • Serres et jardins

    Ma dernière visite des Serres royales de Laeken datait de 2011. Cette fois, le parcours long débute par une promenade inédite dans les jardins du Domaine royal. Une fine pluie tombe en ce 15 mai 2024, peu propice aux belles photos. Dès l’entrée, des massifs de rhododendrons en fleurs réjouissent les visiteurs.

    Laeken (1).jpg
    Vers le Château de Laeken

    On traverse l’orangerie (les orangers sont déjà dehors) puis la Serre du Théâtre avant de découvrir les jardins. Cette architecture de fer et de verre conçue par l’architecte Alphonse Balat pour Léopold II impressionne par sa hauteur, ses courbes, sa transparence, lumineuse et légère malgré ses formidables dimensions. A peine est-on sorti que les regards et les appareils photo sont attirés vers la grande rotonde du Jardin d’hiver surmontée de la couronne royale. (Dès la fermeture au public, la restauration des serres est programmée.)

    Laeken (8).jpg
    Couloir de verre et sortie vers les jardins

    De jolies allées se dessinent sur le côté, autour d’une fontaine. Quand on se retourne, comment ne pas être séduit par ce couloir de verre le long des bâtiments ! Sous une pluie légère, on descend un grand escalier qui mène à la découverte des jardins du château de Laeken. Le parcours balisé permet d’en apprécier l’immensité.

    Laeken (13).jpg
    (Cliquer pour agrandir et mieux voir la perspective vers la ville à l’arrière-plan.)

    Laeken (15).jpg
    A gauche, la Serre du Congo. Plus loin, l'Embarcadère.

    La taille des serres, des géantes de près, s’amenuise quand on les voit de loin, elles s’intègrent harmonieusement dans le paysage avec leurs montants de couleur verte. Dans ces jardins à l’anglaise, voici un coin romantique avec les ruines d’un petit temple près d’un étang, un spectaculaire arbuste pourpre pleureur. Des ouettes d’Egypte ne semblent pas dérangées par le passage.

    Laeken (19).jpg

    Les vieux buis sont dégarnis, mangés par la pyrale comme partout (les jardins sont entretenus sans pesticides). De nouveaux arbres sont régulièrement plantés. Nous passons près d’un bouquet de cinq jeunes liquidambars qui promettent de belles couleurs pour l’automne. Plus loin, un tulipier isolé a grande allure.

    Laeken (21).jpgLaeken (22).jpg
    Eglise de fer, près du pavillon des Palmiers

    Avant d’entrer dans les serres, on admire des roseraies, des érables japonais, de beaux arbustes  et les massifs fleuris autour de l’ancienne « église de fer » qui n’a servi qu’une dizaine d’années « jusqu’à ce que l’architecte Charles Girault intègre une nouvelle chapelle dans la nouvelle aile droite du château » (IPA). Elle ne se visite pas. Dans un hors-série du Soir magazine (2002), j’ai lu qu’elle avait été transformée en piscine sous Léopold III.

    Laeken (26).jpg

    Nous voici au royaume des fuchsias et des géraniums ! Chaque fois que je visite les serres de Laeken, je suis enchantée de ces lanternes suspendues au plafond et de leurs innombrables variétés : petites, grandes, plus rondes ou plus effilées, et surtout de différentes combinaisons de couleurs – des merveilles !

    Laeken (28).jpg

    Puis on découvre les fougères arborescentes, par exemple l’alsophila australis (cyathea), merveilleusement présentées dans un écrin de verdure : de très jolies plantes couvrent le sol dans deux tons, vert clair et vert foncé, des anthuriums à fleurs blanches ou roses font un joli décor.

    Laeken (35).jpg

    En haut d’un escalier largement bordé d’hydrangéas roses et blancs, un grand kentia s’épanouit dans une belle céramique sous les arceaux métalliques de la verrière. Encore un bel endroit pour se faire photographier, les visiteurs ne s’en privent pas. Et nous revoici sous les fuchsias, chouette !

    Laeken (43).jpg
    Escalier vers le pavillon des Palmiers

    On admire des pélargoniums aux fleurs parfois bicolores, des hortensias aux fleurs étoilées, et puis voici l’exubérante Serre des azalées : toute la gamme du rose se déploie sous de beaux érables japonais au feuillage très fin. Ici et là, des plantes vertes, des fougères, de l’eau qui coule entre les pierres…

    Laeken (49).jpg

    Laeken (51) carré.jpg

    S’il y a beaucoup de géraniums palissés sur les côtés des tunnels de verre, certains ont des fleurs très particulières : un cœur rose foncé entre des pétales rose clair bordés finement du même rose foncé, ou l’inverse. On aimerait s’attarder des heures à observer toutes ces nuances. Dans le couloir de verdure de Diane chasseresse, de délicats bégonias grandis au port léger sont du plus bel effet.

    Laeken (59).jpg
    Des fougères : le platycerium bifurcatum (corne d'élan) et la capillaire

    Viennent ensuite des chambres de verdure aux murs tapissés de petites feuilles. On y a accroché des « appliques » : de beaux exemplaires très décoratifs de platycerium bifurcatum, une plante australienne que je ne connaissais pas du tout, surnommée « corne d’élan », « probablement la plus magnifique et la plus extraordinaire de toutes les fougères » (Comment soigner vos plantes d’intérieur). 

    Laeken (64).jpg
    Grande rotonde du Jardin d'hiver

    Notre parcours se termine dans la Serre du Congo et le Jardin d’hiver, avec leurs magnifiques palmiers, certains centenaires et d’autres très rares, magnifique décor pour les réceptions royales. Pour info, dès l’annonce des dates d’ouverture (trois semaines au printemps), le site de réservation en ligne est pris d’assaut, le nombre d’entrées est limité. Pensez-y si vous comptez visiter un jour les Serres de Laeken.

  • Nouvelles venues

    mosaïsque,trottoir,schaerbeek,art populaire,promenade

    Si je vous parle des belles de trottoir, vous pensez peut-être à tout autre chose qu’à ces nouvelles mosaïques découvertes dans notre quartier.

    Format pavé pour le renard et la rose : quel joli clin d’œil de fans du Petit Prince !

    Merci.

     

    mosaïsque,trottoir,schaerbeek,art populaire,promenade

    Les tons pastels de cette dalle mosaïque au colibri traverseront les saisons, au-delà du printemps.

    En regardant ma photo de plus près, je me demande tout à coup si c’est une mosaïque ou un trompe-l’œil. Le joyeux feuillage a l’air peint, les carreaux très alignés…

    Peu importe au fond : l’œil s’y arrête et l’on sourit au colibri.

     

    mosaïsque,trottoir,schaerbeek,art populaire,promenade

    Parmi les nouvelles venues, celles-ci forment un charmant duo :

    la rose et la grenouille.

    Reste à écrire une fable pour raconter leur histoire 

    – celle d’un renard transformé en grenouille ?

  • Signes du printemps

    Nous sommes au printemps et cela fait quelques semaines que j’en grappille les signes annonciateurs. Ce camélia était déjà couvert de fleurs à la mi-février, un arbuste qui me rappelle toujours les deux qui m’avaient été offerts peu après notre emménagement. Malheureusement, sur mon jardin suspendu, ils n’avaient pas franchi l’hiver, malgré leur protection. On a planté de nouveaux camélias dans les jardinets du quartier, de différentes couleurs. En pleine terre, ils devraient prospérer comme celui-ci.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Et puis sont apparus les crocus, bien sûr, si jolis quand ils forment des bouquets serrés au pied d’un arbre. On en plante de plus en plus dans les espaces publics et c’est un plaisir de les voir égayer en quelques jours une pelouse restée tristounette tout l’hiver d’un joyeux plumetis blanc, jaune et mauve. On se réjouit aussi d’y voir les premières abeilles s’enivrer de pollen.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Au début du mois de mars, nous avons eu un jour de soleil radieux comme il nous en a beaucoup manqué depuis le début de l’année. Quel bonheur alors de retrouver les magnolias du parc Josaphat, leurs fleurs prêtes à s’ouvrir ! Le massif de forsythias faisait déjà son effet sur une pelouse qui accueillait ses premiers amateurs de sieste dans l’herbe.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populairemosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    D’habitude, les perruches à collier sont en bande et elles filent dans le ciel en poussant leurs cris stridents. Cette perruche verte solitaire était si affairée à grignoter ses friandises, des bourgeons naissants pleins de sève, j’imagine, que j’ai pu la photographier de près bien à mon aise.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Même si les jours gris restent bien plus nombreux que les jours de lumière, on se réjouit en se promenant  d’apercevoir de loin les premiers arbres en fleurs et de s’en approcher. Le joli rose des prunus en particulier, si pimpant près des arbres encore nus, et qui annonce, dans quelques semaines, le festival des cerisiers du Japon autour du square.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populairemosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Ce magnolia planté près d’une jolie maison aux châssis rouges qui le protège des vents forts a été le premier dans le quartier à déployer sa parure. Ses coupelles art nouveau sont si séduisantes avec leurs nuances de rose et de blanc. A présent, un tapis de pétales rappelle que la beauté est éphémère en ce monde, une offrande appréciée de ceux qui vivent là et de ceux qui passent par là.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Une surprise pour terminer : un cacatoès blanc prenait l’air, juché sur une branche dans un jardinet de l’avenue voisine. Il semblait ravi que nous nous arrêtions pour l’admirer et faire un brin de causette, pendant que sa maîtresse lui caressait le cou content d’être dehors, comme nous.