Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Balades

  • De la clarté

    De mon mystérieux voyage
    Je ne t’ai gardé qu’une image,
    Et qu’une chanson, les voici :
    Je ne t’apporte pas de roses,
    Car je n’ai pas touché aux choses,
    Elles aiment à vivre aussi.

    Le Ventoux au loin.JPG

    Mais pour toi, de mes yeux ardents,
    J’ai regardé dans l’air et l’onde,
    Dans le feu clair et dans le vent,
    Dans toutes les splendeurs du monde,
    Afin d’apprendre à mieux te voir
    Dans toutes les ombres du soir.

    Le troupeau rassemblé.jpg

    Afin d’apprendre à mieux t’entendre
    J’ai mis l’oreille à tous les sons,
    Ecouté toutes les chansons,
    Tous les murmures, et la danse
    De la clarté dans le silence.

    La Drôme à Crest.jpg

    Afin d’apprendre comme on touche
    Ton sein qui frissonne ou ta bouche,
    Comme en un rêve, j’ai posé
    Sur l’eau qui brille, et la lumière,
    Ma main légère, et mon baiser.

     

    Charles Van Lerberghe (1861-1907)

    Le Ventoux au loin / Le troupeau rassemblé / La Drôme à Crest
    (septembre 2019)

  • La Fonderie

    journées du patrimoine,2019,bruxelles,un lieu pour l'art,culturePour les Journées du Patrimoine 2019, La Fonderie (Molenbeek-Saint-Jean) sort exceptionnellement de ses réserves des pièces qui évoquent le travail d’une ancienne fonderie d’art bruxelloise de réputation internationale, la Compagnie des bronzes. On y prévoit aussi des visites guidées en langue des signes, comme dans beaucoup d’autres endroits.

    Ce musée bruxellois des industries et du travail expose jusqu’en octobre des photographies de Patrice Niset : « La Gueule de l’Emploi ». Le photographe montre en grand format les nobles « gueules », les gestes et les univers d’artisans et de travailleurs qui participent au dynamisme de la ville.

  • Patrimoine & art

    La brochure des prochaines Journées du Patrimoine, les 14 & 15 septembre à Bruxelles, est arrivée dans ma boîte aux lettres. Je la conserverai. Le thème de 2019 est très alléchant : « Un lieu pour l’art ». Endroits à visiter, conférences, promenades, concerts… Le choix est vaste pour qui s’intéresse au patrimoine bruxellois et aux arts, beaux-arts ou autres. Au fil des pages, j’ai noté quelques découvertes qui m’ont donné l’idée de ce billet.

    Journées du patrimoine 2019.jpg

    En premier, un site passionnant consacré au patrimoine vivant de la forêt urbaine : « Wood Wide Web vous propose d’ouvrir vos yeux : regarder Bruxelles comme si c’était une forêt. » Complémentaire à l’Inventaire du patrimoine naturel qui présente les arbres remarquables de la région bruxelloise, Wood Wide Web a toutes sortes de documents et de photos à vous proposer, comme l’histoire d’un merisier « gardien d’une porte de la forêt de Soignes ». Savez-vous qu’il existe aussi des jumelages entre des arbres ?

    Le cinéma Palace vient de renaître, au boulevard Anspach. Depuis sa construction en 1913, il a connu plusieurs affectations. Arkadia y organisera des visites guidées. Le Palace est aussi sur le parcours d’un jeu de piste « sur les boulevards », pour lequel il faut s’inscrire. Les renseignements pratiques figurent dans la brochure ou sur le site des Journées du Patrimoine.

    Toutes sortes de promenades sont prévues, à pied, à vélo, en bus, sur les thèmes du cinéma, du théâtre, des musées et des galeries d’art, des sculptures dans l’espace public – « ces statues que tous voient, mais que personne ne regarde ! » –, des quartiers qui ont inspiré des peintres, sans oublier le street art – les fresques ne manquent pas dans la ville, notamment sur les personnages de bandes dessinées.

    journées du patrimoine,2019,bruxelles,un lieu pour l'art,culture
    Les marionnettes de Toone

    Pourquoi pas un « voyage littéraire » sur les traces des écrivains à Bruxelles ? ou au musée Maurice Carême ? Ces Journées du Patrimoine permettent de découvrir les théâtres bruxellois sous un autre angle : histoire du bâtiment, visite des coulisses ou d’espaces d’ordinaire non accessibles au public. Le Théâtre royal de Toone, dans son impasse de l’îlot sacré, représentera Les trois mousquetaires à 16 heures, les deux jours.

    La musique n’est pas oubliée, que ce soit au Conservatoire ou à Flagey, au MIM ou au musée Charlier, entre autres. Poésie-concert aussi à la Bibliotheca Wittockiana : « Le quatuor de violoncelles de Bruxelles TetraCelli propose de vous faire voyager dans l’œuvre de Jean Cocteau. » Il est conseillé de réserver.

    Au Rouge-Cloître à Auderghem, les ateliers d’artistes seront ouverts au public. A Forest, j’aimerais bien visiter l’ancienne maison de Louise de Hem, peintre et sculptrice, dont je vous avais montré un pastel à l’occasion d’une exposition sur les peintresses belges. Après sa mort, son atelier est devenu celui du peintre Victor de Groux. Une restauration est annoncée pour bientôt.

    journées du patrimoine,2019,bruxelles,un lieu pour l'art,culture
    Détail du sgraffite de Privat-Livemont au 17, rue Vogler (Inventaire du patrimoine architectural)

    A Schaerbeek, différents peintres ont travaillé à l’Atelier Vogler qui continue à accueillir des artistes. Sa façade avec vitrail et sgraffite art nouveau de Privat-Livemont « s’intègre parfaitement dans une enfilade de maisons de style éclectique ». Une promenade dans la commune sera dédiée aux « maisons et ateliers d’artistes à Schaerbeek ».

    A Saint-Josse-ten-Noode, place Rogier, Belfius art gallery, « la plus grande collection privée d’art belge du pays », propose un parcours à la découverte des femmes artistes dans l’art belge sous le titre « Women. Underexposed » – il faut s’inscrire au préalable. J’espère que cette exposition sera encore accessible par la suite.

    Si vous souhaitez prolonger ce week-end des 14 et 15 septembre par la lecture, les Halles Saint-Géry, « point info des Journées du Patrimoine », abriteront un marché aux livres, avec des promotions spéciales. Sur le site, une carte permet de situer tous les lieux dédiés à l’art de cette édition 2019. Bon week-end aux amoureux d’histoire, d’architecture et des arts !

  • Aller à pied

    Arbres square Riga (7).jpgQuasi tout le territoire de Schaerbeek est devenu une « zone 30 » pour les automobilistes depuis le mois de septembre dernier. Tout bénéfice pour la sécurité des piétons, en principe.

    Pour promouvoir la « mobilité douce », la commune a édité une « carte piéton » qui mentionne les temps de marche estimés entre des endroits « stratégiques » (carte disponible en ligne). Des poteaux indicateurs y encouragent aussi  en indiquant le nombre de minutes pour aller à pied d’un endroit à l’autre.

    Je viens de remarquer celui-ci, à l’angle du square Riga et de l’avenue Huart Hamoir, il me semble avoir été installé récemment. Il ne manque pas d’élégance, avec sa localisation sur fond rouge : « Quartier Helmet-Hamoir ».

  • Arbres du square Riga

    Que dit le cœur jaune sur cet arbre du square où je fais ma promenade matinale ? « Ne porte pas la hache au pied de l’arbre qui t’a donné de la pluie. »

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,nature,schaerbeek 

    Je vous ai déjà parlé de la menace qui plane sur le square Riga, en fête à chaque floraison des cerisiers du Japon. Le nouveau gouvernement bruxellois vient de confirmer le projet de nouvelles lignes de métro, tram et bus. Un jour, il y aura donc une station de métro sur ce beau square en haut de l’avenue Huart Hamoir. L’abattage initialement prévu de tous ses arbres, qui a suscité une levée de boucliers, semble abandonné pour faire place à une station plus discrète. Les riverains, les amoureux des arbres, restent inquiets – d’où ce joli cœur sur le marronnier.

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek
    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek

    Et cet arbre-ci, n’est-il pas magnifique ? L’inventaire du patrimoine naturel m’apprend que c’est le troisième plus gros ptérocaryer à feuilles de frêne dans la région de Bruxelles-Capitale, en raison de sa circonférence : « Mesuré à une hauteur de 1, 50 m, son tronc présente une circonférence de 354 cm (mesuré en 2015). Cet arbre s’élève jusqu'à 23 m de haut environ. Le diamètre de sa couronne est de 18 m. Son fût monte sur une hauteur de 4 m. » J’aime les lignes sculptées de son écorce.

    arbres,square riga,métro riga,préservation,patrimoine naturel,balade,culture,schaerbeek

    Le hêtre pourpre est plus courant. Celui que j’ai photographié n’est pas le plus gros des trois répertoriés à l’inventaire. De loin, on admire sa couleur, sa forme. De près, les cicatrices de son tronc attirent le regard. Comme sur une peau humaine, la vie, les années y laissent des traces.