Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parc josaphat

  • Un et double

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs,arbres,ginkgo biloba,poésie,goetheLa feuille de cet arbre, qui, de l’Orient,
    Est confiée à mon jardin,
    Offre un sens caché
    Qui charme l’initié.

    Est-ce un être vivant,
    Qui s’est scindé en lui-même,
    Sont-ils deux qui se choisissent,
    Si bien qu’on les prend pour un seul ?

    Pour répondre à ces questions,
    Je crois avoir la vraie manière :
    Ne sens-tu pas, à mes chants,
    Que je suis à la fois un et double ?

    Johann Wolfgang von Goethe, Le Divan oriental-occidental

    (traduction de Henri Lichtenberger)

    Ginkgo biloba devant un "géant" pourpre du parc Josaphat

  • Nuances de pourpre

    Ils ne figurent pas dans la liste des arbres remarquables du parc Josaphat et pourtant, dimanche, en remontant de la place du Kiosque, je suis restée bouche bée devant les nouvelles parures des hêtres pourpres, qui donnent au parc un charme supplémentaire. Il s’y tenait un marché aux plantes avec quelques stands d’artisans (dont celui de Kriekebiche, que je suis bien contente de retrouver depuis que le magasin a dû fermer, bien que sa boutique en ligne soit ouverte à toute heure).

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs

    En début d’après-midi, le ciel était encore menaçant, mais c’était surtout le vent qui soufflait fort, ce qui ne se voit guère sur cette photo prise d’en bas de la plaine du Tir à l’arc. On y distingue à peine au sommet des arbres quelques mèches balayées vers la gauche au niveau du boulevard. De près, de loin, j'apprécie la variété des feuillages et des couleurs.

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs

    Peu de promeneurs dans le haut du parc en ce dimanche à la météo incertaine, mais beaucoup de monde dans son creux, à la terrasse de la Laiterie, aux tables qui entouraient le marché sur la place devant le Kiosque. Et là, plus aucun vent, un cadre accueillant pour ce rendez-vous printanier au cœur de l’ancienne vallée du Roodebeek, où le parc a été aménagé il y a un peu plus d’un siècle.

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs,arbres

    Le hêtre pourpre est la « vedette classique des grands parcs paysagés », selon Wikipedia : « Ses feuilles sont lisses à bord ondulé et présentent une couleur pourpre à cause d’une teneur élevée en anthocyanidine, mais selon les saisons elles peuvent varier avec du rose ou une forme de pourpre brillant qui masque la teinte verte de la chlorophylle. »

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs

    Voilà exactement ce qui m’a émerveillée en remontant vers le boulevard : ce brouillard coloré à travers lequel la ramure des grands hêtres reste visible en ce moment de l’année. Rien de tel qu’une silhouette humaine pour nous permettre d’apprécier leur taille. Voyez celui-ci au pied duquel un homme était assis dans l’ombre en compagnie de son chien.

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs

    Ou cet autre au feuillage plus rouge, vraiment royal, couronné lui aussi d’une trouée de ciel bleu. Ne dirait-on pas qu’autour de lui, de jeunes arbres reverdis de frais lui font la cour ?

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs

    Couleurs changeantes du temps, couleurs changeantes des arbres. Sous un autre angle, le feuillage des hêtres arborait encore d’autres teintes indéfinissables. A un distrait, ces nuances de pourpre pourraient évoquer l’automne, autre grande saison des hêtres, mais nul tapis de feuilles à présent sous les arbres dont l’ombre s’étend sur le velours vert des pelouses.

    parc josaphat,schaerbeek,hêtres pourpres,printemps,nature,couleurs
    Au parc Josaphat, Schaerbeek, dimanche 28 avril 2024.

    C’est à regret que j’ai laissé derrière moi cette toile vivante du parc Josaphat que j’imaginais bien en touches vibrantes sur le chevalet d’un peintre. Le lendemain, la lumière avait changé, les hêtres pourpres ne portaient plus leurs habits brillants du dimanche. Ils n’avaient rien perdu de leur majesté.

  • Signes du printemps

    Nous sommes au printemps et cela fait quelques semaines que j’en grappille les signes annonciateurs. Ce camélia était déjà couvert de fleurs à la mi-février, un arbuste qui me rappelle toujours les deux qui m’avaient été offerts peu après notre emménagement. Malheureusement, sur mon jardin suspendu, ils n’avaient pas franchi l’hiver, malgré leur protection. On a planté de nouveaux camélias dans les jardinets du quartier, de différentes couleurs. En pleine terre, ils devraient prospérer comme celui-ci.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Et puis sont apparus les crocus, bien sûr, si jolis quand ils forment des bouquets serrés au pied d’un arbre. On en plante de plus en plus dans les espaces publics et c’est un plaisir de les voir égayer en quelques jours une pelouse restée tristounette tout l’hiver d’un joyeux plumetis blanc, jaune et mauve. On se réjouit aussi d’y voir les premières abeilles s’enivrer de pollen.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Au début du mois de mars, nous avons eu un jour de soleil radieux comme il nous en a beaucoup manqué depuis le début de l’année. Quel bonheur alors de retrouver les magnolias du parc Josaphat, leurs fleurs prêtes à s’ouvrir ! Le massif de forsythias faisait déjà son effet sur une pelouse qui accueillait ses premiers amateurs de sieste dans l’herbe.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populairemosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    D’habitude, les perruches à collier sont en bande et elles filent dans le ciel en poussant leurs cris stridents. Cette perruche verte solitaire était si affairée à grignoter ses friandises, des bourgeons naissants pleins de sève, j’imagine, que j’ai pu la photographier de près bien à mon aise.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Même si les jours gris restent bien plus nombreux que les jours de lumière, on se réjouit en se promenant  d’apercevoir de loin les premiers arbres en fleurs et de s’en approcher. Le joli rose des prunus en particulier, si pimpant près des arbres encore nus, et qui annonce, dans quelques semaines, le festival des cerisiers du Japon autour du square.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populairemosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Ce magnolia planté près d’une jolie maison aux châssis rouges qui le protège des vents forts a été le premier dans le quartier à déployer sa parure. Ses coupelles art nouveau sont si séduisantes avec leurs nuances de rose et de blanc. A présent, un tapis de pétales rappelle que la beauté est éphémère en ce monde, une offrande appréciée de ceux qui vivent là et de ceux qui passent par là.

    mosaïque,trottoir,schaerbeek,balade,art populaire

    Une surprise pour terminer : un cacatoès blanc prenait l’air, juché sur une branche dans un jardinet de l’avenue voisine. Il semblait ravi que nous nous arrêtions pour l’admirer et faire un brin de causette, pendant que sa maîtresse lui caressait le cou content d’être dehors, comme nous.

  • Lumière d'avril

    Quatre pissenlits en fleurs dans le bac du ginkgo biloba sur lequel pointent à peine de minuscules boules vertes qui deviendront feuilles… Avril a commencé sous le soleil. C’était le moment d’aller saluer le printemps au parc Josaphat. Un peu tôt pour la floraison des cerisiers au-dessus de l’allée d’entrée près du boulevard, mais juste à temps pour admirer encore les magnolias.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    En ce lundi de Pâques, jour férié et pour la première fois hors des vacances scolaires des francophones – les vacances « de printemps » commenceront le premier mai dans le nouveau calendrier –, j’ai choisi de vous montrer ce ciel d’azur qui nous a réjouis au début de la semaine dernière et qui faisait chanter les couleurs : roses ou blancs, les magnolias deviennent arbres de lumière, et les massifs de forsythias ne sont pas en reste.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    Nous étions nombreux à prendre des photos au parc ce jour-là, comme cette maman occupée à photographier sa fille installée sur une branche basse, dont la veste rose s’harmonisait parfaitement avec cette féerie florale.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    Admirez la belle allure de l’élagueur devant les forsythias en fleurs. Derrière lui, mon arbre préféré au parc Josaphat, un remarquable platane à feuilles d’érables que je vous ai déjà montré, dont la beauté m’émeut particulièrement quand il n’est que ramure – et quelle ramure ! – et qu’un léger brouillard printanier frémit au bout de ses branches.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    Dans le Quartier des Fleurs que j’aime traverser en empruntant la rue des Mimosas, d’autres magnolias me font de l’œil, comme celui de l’avenue des Jacinthes près de la maison Ajoux – maison toute en rondeurs visitée il y a quelques années à l’occasion d’une promenade guidée –, un énorme bouquet posé près de ses fenêtres.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    Superbe aussi, ce magnolia de l’avenue des Glycines : on l’aperçoit du trottoir dans le jardin d’une belle maison blanche qui a son entrée au-dessus d’un petit perron sur le côté. J’ai longtemps rêvé d’y habiter.

    avril,printemps,parc josaphat,floraisons,nature,promenade guidée

    J’ai été très étonnée quand j’ai vu à l’Inventaire du patrimoine architectural qu’elle avait été conçue en briques rouges ; pour moi, son charme est lié au crépi blanc de ses murs et en particulier  à cette façade tournée vers le sud. Ensoleillée, elle joue au printemps un irrésistible duo avec le magnolia en fleurs.

  • Les oiseaux du parc

    Il y a peu, je vous parlais des oiseaux de la friche, voici Le printemps des oiseaux, une exposition de photographies de Philippe Massart à la bibliothèque Sésame (à voir jusqu’à la fin du mois) et un livre, Les oiseaux du parc Josaphat et de Schaerbeek, qui nous ravit ! A l’expo, un diaporama sonore permet aussi d’apprendre à reconnaître leur cri et leur chant.

    le printemps des oiseaux,philippe massart,exposition,photographie,oiseaux,schaerbeek,parc josaphat,bibliothèque sésame,vie sauvage,nature,ville

    Depuis que nous avons la chance d’habiter près de la cime d’un érable sycomore, avec vue sur un intérieur d’îlot, nous identifions peu à peu les oiseaux qui le fréquentent, quelque dix-sept espèces jusqu’à présent, de la pie bavarde au pouillot véloce. Pour la première fois depuis une dizaine d’années, nous entendons et apercevons avec un énorme plaisir des moineaux, devenus si rares en ville, qui piaillent et volent entre quelques gros feuillages accueillants dans l’avenue voisine.

    le printemps des oiseaux,philippe massart,exposition,photographie,oiseaux,schaerbeek,parc josaphat,bibliothèque sésame,vie sauvage,nature,ville

    Les oiseaux que Philippe Massart a photographiés sont beaucoup plus nombreux, comme vous avez déjà pu vous en rendre compte si vous avez ouvert le lien vers la galerie photos sur son site. Comme l’écrit Thomas Jean, photographe et vidéaste animalier spécialisé dans l’observation de la faune sauvage en milieu urbain (La minute sauvage) dans une courte préface, « Philippe Massart nous invite à entrevoir le beau, le discret, l’invisible. Cette vie sauvage qui subsiste en pleine ville. »

    le printemps des oiseaux,philippe massart,exposition,photographie,oiseaux,schaerbeek,parc josaphat,bibliothèque sésame,vie sauvage,nature,ville

    Les oiseaux du parc Josaphat et de Schaerbeek (250 photos) ont droit chacun à une double page : à gauche, une photographie pleine page ; à droite, plusieurs clichés pour illustrer les divers aspects ou états de son espèce, plus une notice qui attire l’attention sur le plumage ou le comportement et aussi, de façon très amusante, une évocation personnalisée de son chant. La mésange charbonnière, par exemple, zinzinule ou titine ainsi : « City 2, City 2 » (un complexe commercial bien connu des Bruxellois) !

    le printemps des oiseaux,philippe massart,exposition,photographie,oiseaux,schaerbeek,parc josaphat,bibliothèque sésame,vie sauvage,nature,ville

    Après les magnolias, les cerisiers sont en fleurs au parc Josaphat. Philippe Massart y organise régulièrement des promenades ornithologiques, j’espère pouvoir y participer un jour. J’aimerais observer une de ces orites à longue queue qu’une merveilleuse photo nous montre serrées les unes contre les autres sur une branche ou ce roitelet huppé avec son bandeau jaune sur la tête – il y en a tant à découvrir !