Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fleurs

  • L'été dans la rue

    En ville, les floraisons de l’été sont le plus souvent cachées à l’arrière des maisons. Schaerbeek, heureusement, soigne ses espaces verts, grands ou petits. Sur un talus où se dressaient jadis de splendides marronniers, les jardiniers communaux ont replanté quelques arbres dans le haut. De part et d’autre d’un escalier où l’on peut s’asseoir, le nouveau jardin commence à s’étoffer. Les grosses fleurs d’ail ornemental ont pâli – ici un duo –, et les verveines violettes de Buenos Aires donnent gaiement la réplique aux blancs hydrangeas Annabelle.

    L'été dans la rue (1).JPG

    L'été dans la rue (2).JPG

    L'été dans la rue (3).JPG

    L'été dans la rue (4).JPG

    Il y a longtemps que je vous ai présenté l’avenue Huart Hamoir, côté pair et côté impair. J’ai profité d’une promenade récente pour enfin photographier le haut de cette belle avenue, de part et d’autre de l’église de La Sainte Famille. Son clocher domine le square Riga dont les arbres ont gagné un été de plus avant l’abattage prévu pour une future station de métro. Côté ombre, vous apprécierez mieux les jeux de briques sur les façades en cliquant pour agrandir la photo. De l’autre côté de l’église, on remarque surtout une enfilade de façades de même inspiration néoclassique, avec leurs guirlandes au-dessus des fenêtres. La tourelle du bel immeuble d’angle sur le square a depuis longtemps perdu le lanternon qui coiffait son dôme (visible sur une vue ancienne à l’Inventaire du patrimoine architectural), dommage.

    L'été dans la rue (5).JPG

    L'été dans la rue (6).JPG

    L'été dans la rue (7).jpg

    L'été dans la rue (8).JPG

    Après l’agréable chemin ombragé du square Riga, je m’arrête près d’un platane survivant à l’angle de l’avenue Demolder où ses congénères ont disparu il y a peu. Des tilleuls prendront leur place quand les trottoirs de l’avenue auront été refaits. Pour l’instant, les roses trémières et autres vivaces y mettent encore leurs jolies notes de couleurs.

    L'été dans la rue (9).JPG

    L'été dans la rue (12).JPG

    L'été dans la rue (13).JPG

    bruxelles,schaerbeek,espaces verts,plantations,été,huart hamoir,square riga,fleurs,architecture,culture

    Vive l’été !

  • L'été au jardin

    « Et on verra toujours, quand seront venus les temps
    de politesse et d’élégance,
    les hommes bâtir avec majesté
    avant de jardiner avec finesse :
    comme si le jardinage était l’art suprême. »
    (Sir Francis Bacon, Of Gardens, 1625)

    Juin a fait fleurir les pivoines et les roses, les jardiniers récoltent les premiers fruits de leur travail à l’arrivée de l’été dans les jardins.

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    Quel bonheur de s’installer à l’ombre des arbres ou d’un vieux mur, quelle joie de faire le tour d’un jardin et de s’émerveiller des mille formes et nuances !

    « Que fera donc l’homme de goût qui vit pour vivre, qui sait jouir de lui-même, qui cherche les plaisirs vrais et simples, et qui veut se faire une promenade à la porte de la maison ? Il la fera si commode et si agréable qu’il s’y puisse plaire à toutes les heures de la journée, et pourtant si simple et si naturelle qu’il semble n’avoir rien fait. » (Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, 1761)

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    J’admire ceux qui cultivent leur terrain pour que le potager et le verger nourrissent la famille, les amis, pour que les arbres et les plates-bandes offrent près de la maison une ébauche de l’éden.

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    Aussi ai-je envie de remercier ici ces jardiniers, leurs jardins accueillants. Et de partager avec vous ces floraisons du début de l’été.

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    Voici quelques vers du dix-huitième siècle pour conclure, empruntés au grand poème d’Antoine-Marin Lemierre : Les jardins.

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    « Agréables jardins, et vous, vertes prairies,
    Partagez mes regards, mes pas, mes rêveries :
    Je ne suis ni ce fou qui, de bizarre humeur,
    Reclus dans son bosquet, végète avec sa fleur,
    Ni cet autre insensé ne respirant qu’en plaines,
    Qui préfère à l’œillet l’odeur des marjolaines.

    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers
    eté,jardin,roses,pivoines,fleurs,jardiniers

    Je me plais au milieu d’un clos délicieux
    Où la fleur, autrefois monotone à mes yeux,
    S’est des couleurs du prisme aujourd’hui revêtue ;
    Où l’homme qui l’élève et qui la perpétue,
    Enrichit la nature en suivant ses leçons,
    Et surprend ses secrets pour varier ses dons. »

  • Splendeur

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,madame orpha ou la sérénade de mai,littérature française,belgique,culture« L’année d’Orpha et Louis, après ce long hiver et ce soudain éclatement du printemps, un mois de mai admirable précipite son azur dans le jardin. Les marronniers d’Inde, les aubépines rouges et blanches, et le cytise dont le chemin est planté, fleurissent simultanément et partagent leur splendeur avec le miroir vivant. A côté du pont, un vieux cytise penché retombe en ramures et forme une sorte de chambrée close par la verdure jeune et la pluie d’or des grappes en fleurs.

    En ce chaud midi de mai, je me suis glissée dans l’étang et je nage longtemps, mêlée aux reflets des arbres, puis m’arrêtant, je fais la planche sous le cytise. L’or du soleil filtre en pluie avec les fleurs et un azur extraordinaire y brille. »

    Marie Gevers, Madame Orpha ou la sérénade de Mai

    Photo Visoflora.com

     

     

  • Jours de mai

    Des jours de mai si radieux, voilà qui n’est pas fréquent. 29° lundi dernier (28 mai) à Bruxelles, 23° à Palma de Majorque ou à Toulon, le climat européen perd-il le nord ? A nous, ce printemps, les repas en terrasse, les belles heures à lire dehors ou à suivre des yeux le vol des martinets jusqu’au coucher du soleil.

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culture

    Sur la terrasse, les lupins ont commencé à fleurir à la fin du mois d’avril, pendant notre séjour dans le Midi, à présent ils ont trop chaud en plein soleil et je crains qu’ils ne refleurissent plus cette année. Idem pour la clématite en pot. Mon jardin suspendu comporte principalement des vivaces, j’y ai invité quelques annuelles comme cet anthémis pour son rose éclatant, ces félicias pour leur fraîcheur guillerette, quelques géraniums qui assureront le spectacle sans continuer jusqu’à l’automne.

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culturemai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culture

    La spirée se couvre ces jours-ci de rose tendre, tandis que le bleu des campanules apparaît ici et là dans les bacs et les pots, des fidèles au rendez-vous de la belle saison, comme les lysimaques. La lavande leur volera bientôt la vedette. Plus discrètes, les fleurettes des ruines-de-Rome attirent pourtant aussi les insectes butineurs, des bourdons surtout, quelques abeilles (j’ai lu avec consternation que presque la moitié des colonies d’abeilles sont mortes cet hiver en région bruxelloise).

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culturemai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culture

    Les fleurs vanille du laurier-rose se sont montrées précoces cette année –il a si peu gelé qu’il n’a fallu le rentrer que quelques nuits d’hiver, le laurier-rose est moins frileux que les dipladénias dont la floraison se fait encore attendre.

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culturemai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culture

    Pourquoi mai me fait-il penser à Marie Gevers ? J’ouvre Plaisir des Météores et je lis : « Jamais le mois de mai ne parvient à épuiser toutes les beautés dont il dispose. Ces beautés inemployées constituent sans doute une immense réserve, qui foisonne, luit et chante en quelque lieu d’azur, où seule notre imagination peut nous mener. On devine, tout au long des jours et des nuits, cette profusion de beautés accumulées. C’est pour cela que mai, s’il est en proie à de durs nuages, traversé par des courants méchants, contrarié par les saints de glace, bref, attaqué par ce que nous nommerons l’anti-mai, ne nous semblera jamais terni, maussade, ni froid. (Les réserves de mai)

    mai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culturemai,beau temps,fleurs,marie gevers,plaisir des météores,liitérature française,belgique,culture

    Les splendeurs livrées par mai atteignent une grande force d’émotion. C’est parce que, limitées par le temps, il faut bien qu’elles se hâtent, fusent, éclatent. Leur clarté, leur azur, débordent les moments qui leur sont assignés ; et les jours en proie à l’anti-mai sont submergés de joie, de chants et de fleurs. Les moments rayonnants parviennent à se rejoindre par-dessus plus d’un jour de vilain temps.
    Mais les réserves de mai doivent être, pourtant, pleines de merveilles, et j’aime à m’y rendre en idée.
    Songez, par exemple, aux nombreux arcs-en-ciel empêchés de se former parce qu’un nuage malencontreux s’est mis devant le soleil ?
    Sans doute brillent-ils tous dans les réserves de mai. »