Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

art nouveau

  • Végétaliser

    Jardins intérieurs (29) vitrail.jpg« A cette époque [au début du XIXe siècle], l’art floral se vulgarise quelque peu. Et plus seulement dans les maisons. Les appartements sont peuplés de lilas, de capucines et de volubilis. On décore également les salles à manger en arrière-saison avec des plantes à baies, mais également des arbres fruitiers (oranger, ananas, dattes, kakis, pamplemousses). Végétaliser son intérieur est l’affaire de tous. Désormais, cultiver une plante éloigne du cabaret et élève l’esprit vers de pacifiques sentiments… »

    Jardins intérieurs (31) thé.jpg


    Exposition « Jardins intérieurs »
    à la Maison Autrique,

    Chaussée de Haecht 266, 1030 Schaerbeek
    > 06.03.2022

    Et pourquoi pas un thé tout près, au Boentje Café ?
    Avec des fleurs...

  • Jardins intérieurs

    L’exposition en cours à la Maison Autrique, « Jardins intérieurs », offre un agrément supplémentaire à la visite de cette maison schaerbeekoise (1893), œuvre de jeunesse de Victor Horta, l’architecte phare de l’art nouveau à Bruxelles. De « Horta » à « horticulture », le glissement est facile et pertinent : le motif floral, les courbes végétales sont au cœur de ce courant artistique.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture
    Au-dessus du comptoir, "Lost paradise" 2002 © Marie-Jo Lafontaine

    De grandes photographies de Marie-Jo Lafontaine, artiste plasticienne, sont accrochées au rez-de-chaussée. Dans un cadre noir, des gros plans de fleurs aux couleurs somptueuses resplendissent dans ces trois pièces en enfilade typiques de l’architecture bruxelloise. dont « Experience Paradise » où l’on reconnaît une fleur de dahlia, au-dessus du piano à queue de la maison. Une grande sensualité émane de ses fleurs « de nuit » dans la pièce centrale.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    « Jardins intérieurs » remonte au début du XIXe siècle : en 1822, la Société de Flore de Bruxelles se constitue, animée par des aristocrates ou de riches bourgeois. Producteurs et amateurs de plantes se rencontrent dans diverses associations qui organisent des expositions, des concours. Schaerbeek est alors un des faubourgs campagnards de Bruxelles où s’installent des personnes qui fuient « le bruit, les odeurs et la saleté de la ville » (dossier de presse).

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    A tous les étages, l’exposition présente des revues horticoles, leurs planches soignées destinées à des amateurs qui acquièrent des plantes, se soucient de leur entretien, s’intéressent aux espèces les plus recherchées, comme les orchidées, les chrysanthèmes. Cette nouvelle passion qui perdurera au XXe siècle influence autant le décor intérieur des maisons que les plantations au jardin ou dans des parterres. Dans la Tribune horticole du 10 novembre 1906, on s’émerveille de la « luxuriante floraison » au parc Josaphat et on plaide pour la présence de fleurs dans les parcs publics souvent trop austères.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    La Maison Autrique se visite du bas (cuisine, offices, buanderie au sous-sol) vers le haut (grenier). A chaque niveau sont affichés des textes très intéressants sur les revues horticoles, les salons, les expositions, etc. – ce serait bien de les proposer aussi sur des feuilles volantes plastifiées pour en faciliter la lecture. Ils sont disponibles en ligne (en français, néerlandais et anglais). L’engouement pour l’horticulture va revaloriser le genre de la peinture de fleurs et renforcer leur rôle dans la décoration d’intérieur.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    De belles planches botaniques, des affiches d’exposition, des livres témoignent de l’enthousiasme des amateurs de la belle époque. Une affiche de La Roseraie Belge (Maison Charles Mees) – « Fleurs naturelles de luxe », « Art floral », « Horticulture » – annonce les « Fêtes fleuries du Nouvel An » et signale en note que « La demande pour les hortensias bleus étant très forte pour le Jour de l’An et les plantes limitées », il vaut mieux « s’inscrire d’avance. Grand succès pour cette nouveauté. » Art floral et horticulture peuvent même se conjuguer avec une « exposition de pomologie ». Joli ex libris pour Le Cercle horticole du Vert Chasseur !

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    Un coup d’œil par la fenêtre pour admirer des jardins extérieurs, puis on reprend l’escalier pour découvrir les aquarelles de Lucie Collot. L’inspiration art nouveau est bien visible chez cette guide-conférencière de Nancy devenue aquarelliste. C’est un foisonnement de couleurs vives et de courbes où « les ombellifères et autres plantes s’épanouissent en un univers harmonieux ». Un coup de cœur ! Une reproduction d’une belle porte est en vente, ainsi qu’une carte postale d’un croquis à la Villa Majorelle. Une artiste à découvrir sur son site.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture
    (800), 2020 © Lucie Collot

    Dans la chambre à coucher – faut-il rappeler ce qui participe ici au charme des lieux, à savoir que cette maison art nouveau est meublée ? –, une peinture verticale assez sombre fait face à la fenêtre, il est difficile de déterminer ce que fait précisément la dame élégante du portrait. Au comptoir d’accueil, on me renseigne aimablement : il s’agit du Bijou d’Herman Richir, une peinture reprise à l’Inventaire du patrimoine mobilier dont j’ignorais l’existence – merci ! L’éclaircir par ordinateur permet de mieux comprendre l’attitude et aussi de mieux admirer la robe de cette dame. Montons encore.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    Dans une grande vitrine, voici un diplôme remarquable décerné par la Société Royale d’Horticulture et d’Agriculture de Laeken au Jardin botanique de l’Etat à Bruxelles en 1903, « médaille de vermeil » (transféré à Meise en 1939). Quelques tableaux de fleurs signés Charles Hermans (Fleurs), Georges Van Zevenberghen (ci-dessous) ou Emile Bulcke (Pluie d’or), des peintres belges, complètent ce parcours pour et sur les amoureux des fleurs. Sur une cheminée, une paire de vases art nouveau leur fait écho.

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture
    © Georges Van Zevenberghen, Serre d'azalées, Musée Charlier Museum, Bruxelles

    Etienne Schreder, bédéiste, a dessiné pour le feuillet de « Jardins intérieurs » une illustration bien dans l’esprit du lieu, à dominante verte, où figure le beau vitrail de la cage d’escalier. Cet « ambassadeur de la bande dessinée à l’étranger » est au cœur du projet Kronikas, dont « les missions sont centrées sur la création et la production de bandes dessinées dans des villes où l’architecture réveille l’imaginaire ».

    maison autrique,jardins intérieurs,exposition,bruxelles,schaerbeek,fleurs,horticulture,art nouveau,affiches,planches botaniques,peintures,photographie,marie-jo lafontaine,lucie collot,culture

    Envie de vous inscrire pour visiter la Maison Autrique ? Rien n’est plus simple : cliquer ici. L’exposition reste en place jusqu’au 6 mars 2022.

  • Encorbellement

    2020,estivale,schaerbeek,patrimoine,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,cultureJe n’avais jamais remarqué ces trois maisons art nouveau rue Verwée (22, 24, 26) malgré leur toiture bombée peu ordinaire : conçues par Henri Jacobs en 1903, sur des parcelles de moins d’un mètre cinquante de profondeur, elles abritaient des échoppes au rez-de-chaussée. L’encorbellement aux étages porte leur profondeur à deux mètres soixante.

     

    2020,estivale,schaerbeek,patrimoine,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture

    Discrètes et jolies, elles prouvent une fois de plus que rien ne vaut une visite guidée et à pied (merci à Geneviève van Tichelen) pour découvrir vraiment un quartier où l’on passe en voiture sans voir grand-chose.

  • Colignon & alentour

    Première des trois « estivales » où j’ai pu m’inscrire, la visite guidée de la place Colignon et de ses alentours m’a permis, dimanche dernier, de découvrir d’autres curiosités du patrimoine schaerbeekois. La guide avait donné rendez-vous devant l’Hôtel communal où le vent fort s’amusait à relever sa visière. Chaque participant (masqué) a reçu un récepteur et des oreillettes – une nouveauté qui s’est avérée très pratique pour le respect des distances et pour le confort à l’audition.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    L'Hôtel communal de Schaerbeek

    Lorsque la Belgique devient indépendante en 1830, Schaerbeek ne compte que 1.800 habitants. Rien n’est construit là où nous nous tenions, au milieu des champs, mais la perspective de la rue Royale Sainte-Marie (dans l’axe entre l’église Sainte-Marie et la gare) était déjà en projet. La population augmentant (51.000 habitants en 1870), le besoin d’un hôtel communal s’impose et on projette de l’édifier sur ces terrains communaux. Le 21 juillet 1887, le roi Léopold II inaugure le tout nouvel hôtel de ville construit d’après les plans de Jules-Jacques Van Ysendyck. La place reçoit le nom du bourgmestre de l’époque (de 1879 à 1891), Achille Hyppolite Colignon.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    La devise de Schaerbeek, en face de l'Hôtel communal

    En 1911, un incendie criminel dévaste l’hôtel communal et c’est le fils de l’architecte qui va le reconstruire et l’agrandir en passant de 40 à 70 mètres de profondeur, dans ce style néo-Renaissance flamande très prisé à l’époque pour se démarquer des styles français : jeux de briques, frises colorées, décor imposant au-dessus de l’entrée monumentale… Une vue aérienne sur le site de l’IPA vous donnera une bonne idée du volume des bâtiments si vous ne connaissez pas l’hôtel communal de Schaerbeek.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Quelques maisons dans l'ovale de la place Colignon, en face de l'Hôtel communal

    Celui-ci devient le noyau d’un nouveau quartier qu’on veut dynamique, mais les parcelles qui entourent la place tardent à trouver preneur. Alors on lance un concours d’architecture imposant un bâti de qualité pour les maisons qui y seront construites : elles auront au moins 7 mètres de large, 15 m de haut ; le rez-de-chaussée doit être au niveau du trottoir, pour favoriser l’installation de commerces ; chaque maison sera dotée d’un cartouche à son nom.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Vers la rue Royale Sainte-Marie, en face de l'Hôtel communal

    Les deux immeubles identiques avec tourelle qui font face à l’hôtel communal, de part et d’autre de la rue Royale Sainte-Marie, ouvrent une enfilade cohérente dans le style néo-Renaissance ; ils sont nommés dans les deux langues, au n° 1 « In de Boogen » côté place et « Aux Arcades » côté rue, au n° 2 « In ‘t Zicht des Gemeentehuis » et « A la vue de la Maison communale ». Un peu plus loin dans la rue, côté impair, la guide montre une série de six maisons bourgeoises de style éclectique conçues par le même architecte, et, en haut d’une maison d’inspiration néo-gothique signée Albert Dankelman, elle nous fait remarquer les chats en pierre bleue de part et d’autre d’une lucarne surmontée d’une arcade.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Lucarne aux chats, rue Royale Sainte-Marie, 241

    Sept artères partent de la place Colignon. Nous nous dirigeons d’abord vers la rue Verhas, du nom d’un des premiers peintres belges à peindre dans la nature à la fin du XIXe siècle. En face des numéros 38 et 40, elle fait remarquer côte à côte les deux styles les plus répandus dans ce quartier, alors « nouveaux » : néo-Renaissance et néo-classique. Ce dernier caractérise une enfilade de maisons rue Emmanuel Hiel, où la guide attire notre attention sur les hauteurs de porte impressionnantes.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verhas, 38 et 40

    Aux 35 et 37, l’architecte-entrepreneur Frans Van Ophem a choisi un style néogothique d’inspiration brugeoise pour sa demeure personnelle dotée d’écuries (aujourd’hui transformées en habitations). Les mascarons de la façade ont des expressions différentes, les blasons de la tourelle représentent divers métiers. N’hésitez pas à cliquer sur les liens vers l’Inventaire du patrimoine architectural (IPA), dont les notices sont bien illustrées.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Emmanuel Hiel, 35 et 37

    En passant par la rue Rubens, où une maison très soigneusement restaurée attire notre attention au numéro 79 – elle est signée Ernest Delune, dont j’avais vu de magnifiques réalisations près des étangs d’Ixelles –, nous arrivons dans la rue Renkin. Nous y admirons au 33 l’ancienne maison-atelier de Frans Van Ophem, qui opte en 1897 pour une nouvelle habitation art nouveau en grès rose. Les arts et métiers sont illustrés dans une frise de sgraffites au-dessus des fenêtres de droite du rez-de-chaussée et dans un tympan, à gauche, la sculpture, avec un bas-relief où figurent une femme allongée et la coupole de l’église Sainte-Marie. En dessous de cette fenêtre, un remarquable graphisme art nouveau pour la signature de l’architecte et la boîte aux lettres.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Renkin, 33 et 38

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture

    Rue Renkin aussi, on peut admirer une belle enfilade néo-classique de huit maisons, où une seule comporte un étage ajouté (38). A côté de l’hôtel particulier de 1910 dû à l’architecte Paul Saintenoy que nous regarderons plus loin, au 76, de style Beaux-Arts et d’inspiration Louis XV, une petite porte a gardé son fronton classique indiquant l’entrée de l’atelier d’un peintre, symbolisé par sa palette.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Gallait, Ecole communale n° 2

    Nous verrons aussi des écoles. A la rue Gallait, la façade néo-Renaissance de l’importante école communale n° 2 (1897) vaut la peine d’être détaillée, riche en ornements symboliques : lyre, globe terrestre, livre... Rue Verwée, la façade néo-classique de l’Athénée royal. Rue Rubens, Mariaschool, une école flamande, porte encore le nom de la paroisse Saint-Servais dans les deux langues, autour d’un bas-relief art déco montrant au pied de la croix un pélican nourrissant ses petits, entre alpha et oméga.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verwée, Athénée royal Alfred Verwée

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Rubens, Mariaschool

    En laissant derrière nous la place du Pavillon, qui doit son nom au pavillon servant jadis d’embarcadère royal « implanté à l'ouest de la voie de chemin de fer en provenance de la gare du Nord » (IPA), nous empruntons la rue des Ailes, jadis petite rue du Moulin (à vent). Au 117, une des plus anciennes maisons de Schaerbeek, une ancienne étable-laiterie, est en restauration.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 117

    Un petit crochet par la rue Vondel nous fait découvrir, au 121, une maison d’architecte néo-Renaissance de 1897 qui a conservé une céramique très schaerbeekoise, un chérubin aux cerises – la griotte est comme l’âne un symbole communal. La guide nous fait remarquer que les maisons néo-classiques sont souvent dénaturées par des parements de briquettes ou par des couleurs plus marquées qu’à l’origine.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Vondel, 121

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 82

    Retour à la rue des Ailes où la maison du 82 est joliment restaurée. Au 71, l’ancien atelier du sculpteur Godefroid Devreese, « conçu en 1894 par son ami et collaborateur l'architecte Victor Horta » a été profondément transformé à partir de 1965 en style dit « brutaliste » (l’IPA montre les plans d’origine).

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 71

    Nous revenons vers l’hôtel communal par la rue Maréchal Foch où trois belles maisons art nouveau d’Henri Jacobs nous retiennent : l’élégante façade du 7 est en très bel état, elle date de 1905, construite après sa voisine de 1899, au 9, qui était son habitation personnelle avec atelier. Le décor est splendide, avec un immense sgraffite végétal de Privat Livemont sous la corniche et plein d’autres ornements remarquables, comme la grille d’aération aux initiales de l’architecte. Plusieurs fois vendue, elle est en restauration. A côté, le 11 abrite un foyer pour jeunes. L’IPA vous en montre de beaux détails.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Maréchal Foch, 7, 9 et 11

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Monument en hommage à Alfred Verwée

    Les inscriptions à l’arrière et sur le côté de l’hôtel communal vaudraient des commentaires, mais nous irons terminer notre promenade guidée autour de la place Colignon à la maison Verwée, dont l’angle intègre un monument-fontaine sculpté par Charles Van der Stappen en l’honneur du peintre animalier Alfred Verwée, décédé en 1895 dans la commune. Le roi Albert Ier et la reine Elisabeth étaient venus à son inauguration en 1904 et avaient eu droit à la drache nationale !

    (Mise à jour 11/7/2020 - merci à Cécile Dubois de m'avoir signalé quelques erreurs.)

  • Dans le parc

    TVR La lecture au jardin hôtel solvay.jpg« Cette vaste composition décore l’escalier de l’Hôtel Solvay construit par Victor Horta. Les attitudes hiératiques des personnages sont contrebalancées par la facture pointilliste et le caractère chaleureux des coloris répond à ceux des matières utilisées par l’architecte. »

    TVR La lecture au parc 2.jpg

     

     

    René Dalemans, 100 ans d’arts plastiques en Belgique. D’un siècle à l’autre, 1883-1914, Artis-Historia, Bruxelles, 1986.

     

     

    Théo Van Rysselberghe, La lecture dans le parc,  1902, 320 x 448 cm,
    Hôtel Solvay, Collection Wittamer, Bruxelles