Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

promenade - Page 9

  • Côté rue

    Même là où nous sommes déjà souvent passés, un jour ou l’autre, question de lumière ou d’humeur, un détail attire soudain l’attention. Cela m’arrive régulièrement quand je flâne dans ma commune au hasard des rues. Et chaque fois, excusez-moi de le répéter, Schaerbeek me fait de l’œil : il y a tant à voir quand on a le temps de s’attarder. 

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Une énigme, pour commencer : ce « door ons, voor ons » (par nous, pour nous) inscrit dans la pierre en haut d’un pilastre, rue d’Anethan, derrière l’église Sainte Elisabeth. Cette maison rénovée abrite aujourd’hui une asbl d’aide à l’enfant, gérée par la communauté flamande. Je serais curieuse de connaître l’ancienne affectation de ce bâtiment et son histoire. 

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Dans une autre artère qui part de la Cage aux Ours (nom populaire mieux connu à Bruxelles que celui de la place Verboekhoven) – je vous parlerai une autre fois de sa métamorphose en cours, l’installation récente d’une passerelle métallique au-dessus du chemin de fer commence à faire jaser, pour des raisons esthétiques autant que budgétaires, le retard apporté aux finitions du site n’arrangeant rien –, la commune a placé sous la plaque de rue une brève notice sur l’artiste dont elle porte le nom, ici Jean-François Portaels, un peintre belge. Tout près, ce bel encadrement sculpté dans la pierre bleue, de style art nouveau, garde aussi son mystère qu’une photo trouvée sur Wikimedia n’éclaire pas. Tout renseignement vous vaudra ma gratitude.

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Les Schaerbeekois qui passent par là – ne disons pas où, il ne faudrait pas attirer les coquins – ont déjà tous repéré ce nouveau membre de la Cité des Anes, qui décore joliment la cour d’une maison (la photo date de l'été dernier). Un clin d’œil à Camille et Gribouille, nos chères mascottes du parc Josaphat, qui ont de nouvelles attributions « au secours de l’environnement », ai-je lu dans Info Schaerbeek : les souffleuses de feuilles y ont été bannies, pour le confort des promeneurs et l’économie, je suppose.

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    De temps en temps, je photographie des arbres par-ci par-là. En automne, certains sont encore plus remarquables, mais ce sera pour un autre billet que je projette d’écrire. Voici tout de même un feuillage de saison, n’est-ce pas que la rue en est enchantée ?

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Les portes et les fenêtres dessinent le visage d’une façade, j’aime les observer. Ici un splendide auvent de pierre surmonté d’un sgraffite, commande d’un franc-maçon, comme l’indiquent l’équerre et le compas. Là les courbes du fer forgé dessinent un panier fleuri au-dessus d’une porte ; les grilles décoratives qui protègent les vitrages ou entourent les cours et jardinets font parfois le cachet d’une rue.

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Des campagnes de sensibilisation attirent de temps à autre l’attention sur ce petit patrimoine qui embellit un bâtiment, riche ou modeste. Bien l’entretenir est la meilleure façon de le préserver d’une restauration coûteuse ou pire, d’une disparition pure et simple. Certains propriétaires le négligent. Heureusement, d’autres bichonnent ces détails décoratifs. La Région bruxelloise offre une aide aux particuliers, qui l’ignorent trop souvent.

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    C’est parfois tout en haut que résident les plus beaux atours d’une façade. Que dites-vous de ces superbes sgraffites art nouveau, ces femmes des quatre saisons, sans doute de Paul Cauchie ? Si vous ne le connaissez pas, je vous conseille de visiter un jour la maison du plus célèbre des sgraffiteurs bruxellois, à Etterbeek.  

    bruxelles,schaerbeek,patrimoine,promenade,maisons,façades,architecture,culture

    Enfin, à hauteur des passants, s’ils ne sont pas perdus dans leurs pensées ou trop pressés, de belles choses se présentent qui méritent un regard, un sourire, comme ces corbeilles de roses qui nous charment à toutes les saisons. Peut-être voulaient-elles signifier à l’origine que le commanditaire avait les moyens, ou du goût pour l’artisanat. Qu’importe aujourd’hui : ces fleurs de pierre nous offrent, à chaque passage, un certain parfum d’autrefois.

  • Vous m'avez dit

    Vous m'avez dit, tel soir, des paroles si belles

    Que sans doute les fleurs, qui se penchaient vers nous,

    Soudain nous ont aimés et que l'une d'entre elles,

    Pour nous toucher tous deux, tomba sur nos genoux. 

    Caillou-qui-bique Vous m'avez dit.jpg

    Vous me parliez des temps prochains où nos années,

    Comme des fruits trop mûrs, se laisseraient cueillir ;

    Comment éclaterait le glas des destinées,

    Comment on s'aimerait, en se sentant vieillir. 

    Caillou-qui-bique flèche musée.jpg

    Votre voix m'enlaçait comme une chère étreinte,

    Et votre cœur brûlait si tranquillement beau

    Qu'en ce moment, j'aurais pu voir s'ouvrir sans crainte 

    Les tortueux chemins qui vont vers le tombeau.


    Emile Verhaeren, Les heures d'après-midi

  • Au Caillou qui bique

    L’année dernière, à Saint-Amand, nous nous étions promis de nous rendre au Caillou-qui-bique cher à Verhaeren, après avoir visité la belle exposition du Musée provincial consacrée à ce lieu mythique. De 1899 à 1914, le poète belge, qui avait quitté Bruxelles pour s’installer à Saint-Cloud, y séjournait régulièrement avec sa femme dans la petite maison mise à sa disposition par la famille Laurent, non loin du célèbre Caillou. 

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    C’est la femme de Rodenbach qui a fait découvrir cet endroit à Verhaeren, à la fin d’une période noire pour le poète, marquée par le deuil de ses parents et des crises de neurasthénie. Rodenbach, son ami, venait de mourir et la famille de sa veuve « lui dénicha la ferme des Laurent au site du Caillou-qui-Bique, une bâtisse noyée dans les taillis où les promeneurs de la région avaient l'habitude de manger les excellents repas préparés par Madame Laurent. »

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    De mars à mai, d’août à novembre – sujet au rhume des foins, il évitait d’y passer le plein été – Emile Verhaeren venait se reposer à Roisin avec Marthe, lire, écrire, se promener, recevoir des amis : Zweig, Montald et sa femme, Emile Claus... Il vivait là très simplement (voir le récit de C. Debiève) dans une annexe aménagée pour lui au fil des ans.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture 

    En suivant les flèches vers « l’Espace Muséal Verhaeren », on roule en direction de Roisin sur un ruban de route qui monte vers le ciel au milieu des champs et là, déjà, on devine ce que le poète a aimé ici : l’espace complètement ouvert, la paix, la nature pour seul horizon. 

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Les bannières du lieu portent le beau logo de Verhaeren en marche, silhouette pleine d’écriture. Et voici quelques maisons, un parking, un panneau « musée ».  

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    En pénétrant dans la cour, nous apercevons le profil des Verhaeren sur le mur d’une maisonnette.  Nous avons oublié que le musée n’ouvre que le week-end et les jours fériés, dans l’après-midi ; en semaine, il se visite sur rendez-vous. Heureusement, en faisant le tour de l’autre côté, nous rencontrons une personne très aimable qui possède la clé de ce petit musée à la mémoire d’Emile Verhaeren à Roisin.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Nous y entrons (le musée est situé dans une annexe) en musique : de jeunes flamands répètent ici et là, trompettes, saxos, logés sans doute au foyer d’hébergement du Caillou qui bique. Quelques dessins nous retiennent près du seuil, dont une jolie gravure inspirée par les jonquilles locales très appréciées des promeneurs au printemps.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culturehttp://www.emileverhaerenroisin.net/

    Des panneaux racontent la vie de Verhaeren, en français et en néerlandais. Le buste du poète sculpté par César Schroeven, dont nous avions vu la version en bronze à Saint-Amand, donne de la présence au poète dans cet espace jaune et bleu qui lui est dédié. 

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Belle couverture d’un livre posthume portant le nom du lieu, dessins, correspondances, reproductions de peintures, photographies, poèmes de ses différents recueils, l’hommage au poète est présenté avec soin. Valère Brussov, son premier traducteur russe, lui écrit de Moscou en 1906 : « Cher maître, (…) je serai toujours fier d’avoir été le premier prophète de votre poésie chez nous. » Stefan Zweig, fin août 1909, lui écrit sur papier à en-tête d’un hôtel à Saint Blasien, Schwarzwald, à propos d’un article à sa gloire : « ce n’est plus un essay (sic), c’est une fanfare ! » Plus loin, quatre feuillets signés Verlaine, « A vous de coeur. » 

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Dans une lettre à Rodin, datée de Saint-Cloud, 23 mai 1916, Verhaeren évoque la comtesse de Caraman, la reine Elisabeth, La Panne, et conseille au sculpteur d’attendre un signe de la comtesse avant de se déplacer en Belgique « sans péril ». A la fin du parcours, le terrible télégramme annonçant la mort de Verhaeren à la gare de Rouen : « Verhaeren victime épouvantable accident – veuillez préparer Madame Verhaeren (…) » 

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    En contrebas des habitations, près d’une barrière blanche, c’est le début de la promenade des pierres : au pied du monument à Verhaeren, de grandes dalles grises. On y a gravé des vers du poète, et on en retrouvera tout le long de cette boucle qui nous fait d'abord descendre dans les bois pour traverser la Honnelle.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture
    La légende du Caillou : http://www.pnhp.be/html/fr/curiosites.html

    On longe la rivière jusqu’au Caillou éponyme, le fameux poudingue, curiosité naturelle : un énorme caillou qui « bique », c’est-à-dire qui se tient en équilibre sur un autre. Bel endroit sauvage où pierres et arbres se tutoient au bord de l’eau.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Un peu plus loin, on laisse à droite une maison de briques aux fenêtres joliment arrondies pour monter à la terrasse du Chalet du Garde. Ne croyez pas que je l’invente, un aimable chat tigré gris nous y attendait sur les vers du poète.

    verhaeren,caillou qui bique,espace muséal verhaeren,roisin,musée,promenade,honnelle,culture

    Le temps d’un thé dans ce décor bucolique, puis nous retraversons la Honnelle pour remonter vers les champs. Au sortir du bois, après quelques maisons, c’est à nouveau l’espace grand ouvert, « mon ami le paysage », chanté par Verhaeren.

  • Au parc de Woluwe

    C’est l’été encore, même si à Bruxelles, août ramène déjà un air plus frais poussé par le vent d’ouest. Un temps propice aux promenades, et cette fois, pas au parc Josaphat tout proche, mais dans le parc de mon enfance, à Woluwe-Saint-Pierre (on prononce Woluwé, commune et parc tirent leur nom d’un ruisseau, la Woluwe). 

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    L’hiver, on y emmenait sa luge, les patins à glace (rares étaient les hivers où les étangs Mellaerts, de l’autre côté du boulevard du Souverain, gelaient assez pour permettre de s’élancer à leur surface). L’été, on y va pour flâner, pique-niquer, lire, bronzer, jouer… Certains sont adeptes du mini-golf, d’autres du canotage. Les botanistes amateurs, les amis des oiseaux y ont de quoi s’occuper. (Penser la prochaine fois à emporter un Guide des arbres pour combiner l’observation et la marche.)

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    Au bas de la passerelle qui a pris la place de l’ancien pont du chemin de fer au-dessus de l’avenue de Tervueren, quand au lieu de prendre la grande allée, on se dirige à droite vers les étangs, après de petites chutes pittoresques, on a déjà un beau point de vue sur le coin des oiseaux où un cormoran est resté longtemps à se sécher les ailes, déployées comme les bras d’un danseur.

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    Vertes pelouses et miroirs des étangs, grands arbres et ponts en rocaille, c’est un décor pour photographies de mariage ou rendez-vous entre amis. Ce parc à l’anglaise couvre environ septante hectares, il date de la fin du XIXe siècle.

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    Pour l’Exposition Universelle de 1897, Léopold II, roi bâtisseur, voulait un grand parc le long de la nouvelle avenue de Tervueren qui relie les deux sites de l’exposition, le Cinquantenaire et le « musée colonial » de Tervueren, aujourd’hui Musée royal de l’Afrique centrale. Et ainsi attirer la bourgeoisie – pari réussi, cette avenue est une des plus prestigieuses de Bruxelles. Joseph Hoffman y bâtira le fameux Palais Stoclet, du nom de son commanditaire.

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture 

    Une des avenues du parc de Woluwe porte le nom d’Emile Lainé, un architecte-paysagiste français qui contribua également à l’aménagement des parcs de Forest et de Tervueren (Tervuren en flamand). Tout en pentes, en face du Chien Vert, le parc de Woluwe offre des vues très variées. On peut y profiter largement du soleil, mais on y trouve aussi des allées ombragées.

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    A cette saison où tous les verts tendent à se ressembler, un cercle de jeunes hêtres pourpres, l’éclat argenté d’un arbrisseau, les bogues vert tendre des châtaignes attirent l’œil.

    parc de woluwe,woluwe-saint-pierre,bruxelles,espaces verts,étangs mellaerts,avenue de tervueren,promenade,culture

    Mais ce que je préfère, en me promenant, c’est suivre le jeu de la lumière dans les feuillages, à contre-jour, et en particulier lorsque les feuilles des branches basses se laissent traverser par le soleil. Dans les sous-bois, la lumière fait le spectacle – on serait peintre, on y planterait son chevalet.

  • La maison espagnole

    C’est le surnom du « Gordaalmolen », le moulin de la vallée du Marais, récemment restauré, le long des étangs du parc de Tervueren. Sa nouvelle affectation n’est pas encore connue : musée ? lieu de restauration ? Les villageois de Tervuren et de Duisburg apportaient leur grain à moudre dans ce moulin à eau de la vallée de la Voer, près du château des Ducs de Brabant.

    Tervuren (9).JPG

    « Le moulin du Marais fait partie des meubles de l’histoire de la commune et du pays : sa première mention remonte au XIIIe siècle lors de la période des ducs de brabant. Le château des ducs trônait non loin du moulin avant sa destruction au XVIIIe siècle. Désaffecté à partir du XIXe siècle, le moulin est resté complètement vide à partir de 1981, aggravant son délabrement. » (Le Soir, 1990)