Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

soleil

  • Le nid du cygne

    Ciel bien dégagé pour ce deuxième dimanche de mars : après une nuit de gel, une légère brume matinale, le thermomètre remonte lentement. Si nous allions au Rouge-Cloître cet après-midi ?

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    En passant devant la maison du meunier, une pensée pour le peintre Bastien qui y a habité. Pas étonnant que cet endroit ait inspiré des artistes, le cadre est pittoresque à souhait, en toute saison.

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Beaucoup de promeneurs le long des étangs, dans les allées. Les bancs face au soleil remportent leur succès habituel et quelques pêcheurs ont même jeté leurs lignes dans les eaux tranquilles.

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Plus loin, un chemin s’écarte vers la droite et nous rejoignons un groupe d’observateurs immobiles qui gardent le silence : des photographes et des curieux se sont arrêtés pour regarder le manège des écureuils, des mésanges, des sitelles…

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Il y a là quelques troncs couchés, un fouillis de branchages, et puis, sur les poteaux en bois de la clôture au bord du chemin, des graines pour attirer la faune locale. Difficile de saisir l’instant dans ce ballet improvisé quand on ne dispose pas d’un de ces magnifiques appareils munis de téléobjectifs !

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Mais la plus belle surprise du jour nous attend plus loin : au bord d’un sentier moins passant, tout près de l’eau, un cygne s’affaire sur son nid en construction. Installé en plein milieu, il allonge le cou pour disposer les rameaux autour de lui, fait une pause pour juger du résultat, recommence, sans trop s’inquiéter du voisinage humain.

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Nous le laissons derrière nous avec regret – tant de blancheur, tant de grâce. Un peu plus loin, un panneau « zone de protection » rappelle de ne pas s’écarter du chemin et de tenir son chien en laisse, c’est bien le moins. Quelle confiance chez ce cygne envers les flâneurs du dimanche !

    promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

    Emue par ce spectacle, à présent je trouve à tout une grâce particulière, comme à cette frêle ramure au-dessus de l’eau aussi délicate qu’une dentelle.

  • De la neige au parc

    Samedi dernier, la neige est tombée sans discontinuer, et le lendemain, le soleil, en s’accrochant à ses mille paillettes, a révélé la ville métamorphosée : toits blancs, ourlets cotonneux sur les arbres, perles d’eau gelée. A quoi ressemblait le parc Josaphat sous la neige ? Allons-y voir. 

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Rares étaient ceux qui avaient pris la peine de dégager un passage sur les trottoirs verglacés. Traverser les rues n’est pas non plus sans piège quand la température reste négative, et même dans le parc, il fallait éviter les glissades – sauf pour le plaisir, évidemment. Mais quel décor !

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Comme toujours, quand je marche face au soleil, j’admire les contre-jours, si difficiles à rendre en photo. C’est dimanche, il y a bien sûr des amateurs pour descendre en luge sur les pelouses enneigées avec de grands cris d’excitation. D’autres restent immobiles au soleil, regardent, s’imprègnent, méditent. Ou téléphonent, figés, sans voir le chien qui trépigne. 

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Un pinceau d’artiste a souligné de blanc certaines branches, posé de petits points sur les plus fins rameaux, on a l’impression de se promener dans un de ces paysages d’hiver idylliques des cartes de vœux.  

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Les statues du parc souvent maltraitées par les tagueurs – ou pire, ici aussi, parfois, on décapite – retiennent la neige çà et là, et c’est du plus bel effet. Eve et le serpent semblent paisibles, une mère réchauffe son bébé contre elle. 

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Pas question aujourd’hui de marcher pour marcher, il y a trop à découvrir : en haut, où les cimes des arbres sont parées ; en bas, vers le ballet des herbes immaculées. 

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Plus loin, on va à la pêche aux reflets. Oh le joli chapeau pointu du kiosque ! Les canards semblent à l’aise sur l’étang où quelqu’un a rapidement tracé des zigzags à l’encre de Chine. 

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Le parc Josaphat, si romantique, cache sa mélancolie en des coins plus sombres, mais là où il arrive à se frayer un chemin, le soleil joue à l’éclairagiste de théâtre, égaie même un saule pleureur.  

    pard josaphat,hiver,neige,soleil,promenade

    Un vrai temps d’hiver, un dimanche de vacances, de la neige au parc, profitons-en : c’est la trêve des confiseurs et pour les promeneurs, un plaisir rare.

     

    *
    * * *
          *      *      *     
    * * * * * * * * * *
     *      *      *
     * * *
     *

     Bonne et heureuse année riche en lectures, balades, expos
    &

    au plaisir de vous retrouver dans la blogosphère ! 


    Tania

     

     

     

  • Ors du soir

    Magie des ciels au couchant, cadeau royal d’un cinquième étage avec vueAu cœur de juillet, déjà, il arrive que Bruxelles le soir s’enveloppe d’une écharpe chaude. En août, le soleil quitte l’Atomium, revient sur ses pas, s’accroche aux barres d’immeubles.  

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    « L’or du soir qui tombe » suffit en lui-même à composer un spectacle. Mais il faut aux grands ciels d’apparat des nuages. Leur ombre ajoute à la lumière, leurs formes à la féerie. L’étole alors devient toile abstraite, patchwork aux coutures invisibles, mousseline, gaze. 

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    Une paupière se soulève, de la poussière d’or sur les cils. La terre, alourdie de fatigue, s’immobilise sous les dernières flambées solaires. « Encore une journée divine » s’exclame Winnie au lever du rideau. Avant qu’il ne se baisse, parfois, un festival de rayons s’improvise au filtre des nuages. Un soir céleste, encore un.

     soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,bruxelles,coucher de soleil,culture

    Au tour de Notre-Dame de Laeken de s’embraser. Les rougeoiements du soleil sur l’horizon laissent la place à de doux dégradés. Changements à vue. Le bleu touche au violet, le rose à l’orange, le jaune au pourpre. Un grand soir, le ciel ose des fulgurances inédites, habillé par Yves-Saint-Laurent.  

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    Septembre. Les jours fondent depuis des semaines, on le sent tout à coup davantage – « Voici que la saison décline ». Les traînées des avions se métamorphosent, s’amollissent, se colorent, s’illuminent, tracent un arc par-dessus la ville, ouvrent une porte à l’infini.  

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    soir,couchant,ciel,soleil,couleurs,spectacle,nature,ville,culture

    Que de signes dans le ciel, d’écritures évanescentes ! Au théâtre du couchant, quand le soleil fait son cinéma, j’aime m’imprégner des ors du soir et suivre leur cortège, de ma fenêtre.