Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ciel

  • Rapidité des nuages

    Bonnefoy recueil.jpgLe lit, la vitre auprès, la vallée, le ciel,
    La magnifique rapidité de ces nuages.
    La griffe de la pluie sur la vitre, soudain,
    Comme si le néant paraphait le monde.

    Dans mon rêve d’hier
    Le grain d’autres années brûlait par flammes courtes
    Sur le sol carrelé, mais sans chaleur.
    Nos pieds nus l’écartaient comme une eau limpide.

    O mon amie,
    Comme était faible la distance entre nos corps !
    La lame de l’épée du temps qui rôde
    Y eût cherché en vain le lieu pour vaincre.


    Yves Bonnefoy, La rapidité des nuages (Ce qui fut sans lumière)

  • Impressions, Bonnefoy

    Le peintre qu’on nomme l’orage a bien travaillé, ce soir,
    Des figures de grande beauté sont assemblées
    Sous un porche à gauche du ciel, là où se perdent
    Ces marches phosphorescentes dans la mer.
    Et il y a de l’agitation dans cette foule,
    C’est comme si un dieu avait paru,
    Visage d’or parmi nombre d’autres sombres.

    yves bonnefoy,impressions,soleil couchant,poésie,littérature française,culture,orage
         © Linda Van der Meeren, Cooper’s Moon (détail), Expo Kleur (Asse, 2022)

    Mais ces cris de surprise, presque ces chants,
    Ces musiques de fifres et ces rires
    Ne nous viennent pas de ces êtres mais de leur forme.
    Les bras qui s’ouvrent se rompent, se multiplient,
    Les gestes se dilatent, se diluent,
    Sans cesse la couleur devient autre couleur
    Et autre chose que le couleur, ainsi des îles,
    Des bribes de grandes orgues dans la nuée.
    Si c’est là la résurrection des morts, celle-ci ressemble
    A la crête des vagues à l’instant où elles se brisent,
    Et maintenant le ciel est presque vide,
    Rien qu’une masse rouge qui se déplace
    Vers un drap d’oiseaux noirs, au nord, piaillant, la nuit.

    Ici ou là
    Une flaque encore, trouée
    Par un brandon de la beauté en cendres.


    Yves Bonnefoy, Impressions, soleil couchant (La vie errante)

  • Bleu d'azur

    Jour rare au ciel d’azur, voici deux semaines jour pour jour.

    Jour pour s’envoyer promener.

    ciel,bleu,étangs,tervueren,promenade,lumière,forêt de soignes

    Marcher dans les allées, le long des rives, aller d’une rive à l’autre.

    Marcher dans le soleil de janvier.

    ciel,bleu,étangs,tervueren,promenade,lumière,forêt de soignes

    Bleu d’azur sur la hêtraie.

    Bleu d’azur qui aimante les ramures.

    ciel,bleu,étangs,tervueren,promenade,lumière,forêt de soignes

    Lumière d’un arbre échevelé, solitaire.

    Lumière aussi dans l’ombre, à légers coups de pinceau.

    ciel,bleu,étangs,tervueren,promenade,lumière,forêt de soignes

    S’arrêter pour regarder.

    S’arrêter pour s’imprégner.

    ciel,bleu,étangs,tervueren,promenade,lumière,forêt de soignes

    Comme l’eau des étangs, se remplir de ciel.

  • Jours d'été

    Après le quinze août, l’atmosphère change souvent et c’est encore bien le cas cette année : un dimanche radieux, suivi de jours pluvieux et du retour de températures en dessous des vingt degrés. Il n’y a pas là matière à se plaindre ; tant de gens souffrent de chaleur excessive, d’inondations désastreuses, de tremblements de terre ou de ces terribles maux que certains hommes infligent à d’autres.

    ETE dans le ciel.jpg

    L’azur du ciel m’a un peu manqué, je l’avoue, cet été, mais les martinets sont bien revenus avec leurs cris et leurs courses folles parfois très haut au-dessus des toits. Et aussi des moineaux, à plusieurs endroits du quartier, à notre grand plaisir – cela fait plusieurs années qu’on n’en voyait plus ici. Quant aux ballets des nuages, comment s’en lasser, pourvu tout de même qu’ils laissent un peu de place à la lumière.

    ETE Middelkerke (7).jpg
    ETE Middelkerke (5).jpg

    Une journée vraiment estivale à la mer du Nord, quel plaisir ! On comprend le succès des appartements sur la digue quand on contemple le large spectacle renouvelé du sable et de la mer qui roule ses ourlets d’écume. On suit des yeux les cerfs-volants. Assis sur la plage ou les pieds dans l’eau, on accueille les souvenirs d’enfance qui se mêlent au moment présent.

    ETE Hibiscus.jpg

    Passer l’été chez soi permet de suivre toutes les floraisons : le laurier-rose fleurit dès juillet, mais l’hibiscus, le dipladénia, les rudbeckias en pot attendent en général le mois d’août pour exhiber leurs couleurs. Fidèles aussi, les bourdons visitent la sarriette de fleur en fleur.
    Lire au vert du jardin suspendu Le consentement de Vanessa Springora et constater qu’elle a parfaitement réussi à « prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre ».

    ETE Rouge-Cloître en août (1).jpg

    Au Rouge-Cloître, la grande rénovation du prieuré touche à sa fin. Dès cet automne, peut-être, les barrières du chantier auront disparu et l’on pourra, j’espère, se réinstaller sur la grande terrasse et admirer les jardins restaurés. Sur le côté, le potager a belle allure avec ses soleils en fleurs. Bonne idée d’avoir installé une guinguette dans la cour d’entrée !

    ETE Mina.JPG
    ETE Horta (2).jpg

    Un des endroits préférés de Mina la noiraude, c’est le grand coussin jaune sur le coin du bureau où dormir tout son saoul. Elle y a une bonne vue vers l’intérieur et vers l’extérieur. Cet été, une musaraigne a fait de courtes apparitions sur la terrasse puis disparu, mystère. La chatte veille, surveille, inspecte tous les recoins quand elle sort. Mais pas aujourd’hui, il pleut. Et quand je rentre de chez une autre chatte aux magnifiques yeux bleus qui se languit de sa maîtresse, Mina flaire bien sûr des odeurs d’ailleurs et se frotte à moi pour retrouver sa place de favorite – rien à craindre, elle est la préférée.