Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Textes & prétextes - Page 5

  • Colignon & alentour

    Première des trois « estivales » où j’ai pu m’inscrire, la visite guidée de la place Colignon et de ses alentours m’a permis, dimanche dernier, de découvrir d’autres curiosités du patrimoine schaerbeekois. La guide avait donné rendez-vous devant l’Hôtel communal où le vent fort s’amusait à relever sa visière. Chaque participant (masqué) a reçu un récepteur et des oreillettes – une nouveauté qui s’est avérée très pratique pour le respect des distances et pour le confort à l’audition.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    L'Hôtel communal de Schaerbeek

    Lorsque la Belgique devient indépendante en 1830, Schaerbeek ne compte que 1.800 habitants. Rien n’est construit là où nous nous tenions, au milieu des champs, mais la perspective de la rue Royale Sainte-Marie (dans l’axe entre l’église Sainte-Marie et la gare) était déjà en projet. La population augmentant (51.000 habitants en 1870), le besoin d’un hôtel communal s’impose et on projette de l’édifier sur ces terrains communaux. Le 21 juillet 1887, le roi Léopold II inaugure le tout nouvel hôtel de ville construit d’après les plans de Jules-Jacques Van Ysendyck. La place reçoit le nom du bourgmestre de l’époque (de 1879 à 1891), Achille Hyppolite Colignon.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    La devise de Schaerbeek, en face de l'Hôtel communal

    En 1911, un incendie criminel dévaste l’hôtel communal et c’est le fils de l’architecte qui va le reconstruire et l’agrandir en passant de 40 à 70 mètres de profondeur, dans ce style néo-Renaissance flamande très prisé à l’époque pour se démarquer des styles français : jeux de briques, frises colorées, décor imposant au-dessus de l’entrée monumentale… Une vue aérienne sur le site de l’IPA vous donnera une bonne idée du volume des bâtiments si vous ne connaissez pas l’hôtel communal de Schaerbeek.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Quelques maisons dans l'ovale de la place Colignon, en face de l'Hôtel communal

    Celui-ci devient le noyau d’un nouveau quartier qu’on veut dynamique, mais les parcelles qui entourent la place tardent à trouver preneur. Alors on lance un concours d’architecture imposant un bâti de qualité pour les maisons qui y seront construites : elles auront au moins 7 mètres de large, 15 m de haut ; le rez-de-chaussée doit être au niveau du trottoir, pour favoriser l’installation de commerces ; chaque maison sera dotée d’un cartouche à son nom.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Vers la rue Royale Sainte-Marie, en face de l'Hôtel communal

    Les deux immeubles identiques avec tourelle qui font face à l’hôtel communal, de part et d’autre de la rue Royale Sainte-Marie, ouvrent une enfilade cohérente dans le style néo-Renaissance ; ils sont nommés dans les deux langues, au n° 1 « In de Boogen » côté place et « Aux Arcades » côté rue, au n° 2 « In ‘t Zicht des Gemeentehuis » et « A la vue de la Maison communale ». Un peu plus loin dans la rue, côté impair, la guide montre une série de six maisons bourgeoises de style éclectique conçues par le même architecte, et, en haut d’une maison d’inspiration néo-gothique signée Albert Dankelman, elle nous fait remarquer les chats en pierre bleue de part et d’autre d’une lucarne surmontée d’une arcade.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Lucarne aux chats, rue Royale Sainte-Marie, 241

    Sept artères partent de la place Colignon. Nous nous dirigeons d’abord vers la rue Verhas, du nom d’un des premiers peintres belges à peindre dans la nature à la fin du XIXe siècle. En face des numéros 38 et 40, elle fait remarquer côte à côte les deux styles les plus répandus dans ce quartier, alors « nouveaux » : néo-Renaissance et néo-classique. Ce dernier caractérise une enfilade de maisons rue Emmanuel Hiel, où la guide attire notre attention sur les hauteurs de porte impressionnantes.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verhas, 38 et 40

    Aux 35 et 37, l’architecte-entrepreneur Frans Van Ophem a choisi un style néogothique d’inspiration brugeoise pour sa demeure personnelle dotée d’écuries (aujourd’hui transformées en habitations). Les mascarons de la façade ont des expressions différentes, les blasons de la tourelle représentent divers métiers. N’hésitez pas à cliquer sur les liens vers l’Inventaire du patrimoine architectural (IPA), dont les notices sont bien illustrées.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Emmanuel Hiel, 35 et 37

    En passant par la rue Rubens, où une maison très soigneusement restaurée attire notre attention au numéro 79 – elle est signée Ernest Delune, dont j’avais vu de magnifiques réalisations près des étangs d’Ixelles –, nous arrivons dans la rue Renkin. Nous y admirons au 33 l’ancienne maison-atelier de Frans Van Ophem, qui opte en 1897 pour une nouvelle habitation art nouveau en grès rose. Les arts et métiers sont illustrés dans une frise de sgraffites au-dessus des fenêtres de droite du rez-de-chaussée et dans un tympan, à gauche, la sculpture, avec un bas-relief où figurent une femme allongée et la coupole de l’église Sainte-Marie. En dessous de cette fenêtre, un remarquable graphisme art nouveau pour la signature de l’architecte et la boîte aux lettres.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Renkin, 33 et 38

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture

    Rue Renkin aussi, on peut admirer une belle enfilade néo-classique de huit maisons, où une seule comporte un étage ajouté (38). A côté de l’hôtel particulier de 1910 dû à l’architecte Paul Saintenoy que nous regarderons plus loin, au 76, de style Beaux-Arts et d’inspiration Louis XV, une petite porte a gardé son fronton classique indiquant l’entrée de l’atelier d’un peintre, symbolisé par sa palette.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Gallait, Ecole communale n° 2

    Nous verrons aussi des écoles. A la rue Gallait, la façade néo-Renaissance de l’importante école communale n° 2 (1897) vaut la peine d’être détaillée, riche en ornements symboliques : lyre, globe terrestre, livre... Rue Verwée, la façade néo-classique de l’Athénée royal. Rue Rubens, Mariaschool, une école flamande, porte encore le nom de la paroisse Saint-Servais dans les deux langues, autour d’un bas-relief art déco montrant au pied de la croix un pélican nourrissant ses petits, entre alpha et oméga.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verwée, Athénée royal Alfred Verwée

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Rubens, Mariaschool

    En laissant derrière nous la place du Pavillon, qui doit son nom au pavillon servant jadis d’embarcadère royal « implanté à l'ouest de la voie de chemin de fer en provenance de la gare du Nord » (IPA), nous empruntons la rue des Ailes, jadis petite rue du Moulin (à vent). Au 117, une des plus anciennes maisons de Schaerbeek, une ancienne étable-laiterie, est en restauration.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 117

    Un petit crochet par la rue Vondel nous fait découvrir, au 121, une maison d’architecte néo-Renaissance de 1897 qui a conservé une céramique très schaerbeekoise, un chérubin aux cerises – la griotte est comme l’âne un symbole communal. La guide nous fait remarquer que les maisons néo-classiques sont souvent dénaturées par des parements de briquettes ou par des couleurs plus marquées qu’à l’origine.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Vondel, 121

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 82

    Retour à la rue des Ailes où la maison du 82 est joliment restaurée. Au 71, l’ancien atelier du sculpteur Godefroid Devreese, « conçu en 1894 par son ami et collaborateur l'architecte Victor Horta » a été profondément transformé à partir de 1965 en style dit « brutaliste » (l’IPA montre les plans d’origine).

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 71

    Nous revenons vers l’hôtel communal par la rue Maréchal Foch où trois belles maisons art nouveau d’Henri Jacobs nous retiennent : l’élégante façade du 7 est en très bel état, elle date de 1905, construite après sa voisine de 1899, au 9, qui était son habitation personnelle avec atelier. Le décor est splendide, avec un immense sgraffite végétal de Privat Livemont sous la corniche et plein d’autres ornements remarquables, comme la grille d’aération aux initiales de l’architecte. Plusieurs fois vendue, elle est en restauration. A côté, le 11 abrite un foyer pour jeunes. L’IPA vous en montre de beaux détails.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Maréchal Foch, 7, 9 et 11

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Monument en hommage à Alfred Verwée

    Les inscriptions à l’arrière et sur le côté de l’hôtel communal vaudraient des commentaires, mais nous irons terminer notre promenade guidée autour de la place Colignon à la maison Verwée, dont l’angle intègre un monument-fontaine sculpté par Charles Van der Stappen en l’honneur du peintre animalier Alfred Verwée, décédé en 1895 dans la commune. Le roi Albert Ier et la reine Elisabeth étaient venus à son inauguration en 1904 et avaient eu droit à la drache nationale !

    (Mise à jour 11/7/2020 - merci à Cécile Dubois de m'avoir signalé quelques erreurs.)

  • Sauvageonnes

    Coquelicots.jpgSemées ou dispersées par le vent, les sauvageonnes de l’été se glissent en ville aussi, pour peu qu’on leur laisse un peu de place. Fini le temps des « mauvaises herbes » ?

    « Dans les villes, à côté de la végétation des parcs et jardins, se développe une flore anthropique spontanée sur différents biotopes : bas de mur (milieu le plus favorable car à l’abri du piétinement et pourvu d'un microsol grâce à l’apport de débris organiques de la rue ou de l’urine animale voire humaine), trottoir (anfractuosité, fissure, jointement altéré), tour d’arbre (lui aussi pourvu d’un microsol), caniveau (apports organiques et minéraux entraînés par le ruissellement des eaux). L’inventaire de cette flore rudérale (comme l’inventaire faunistique) permet aux écologues urbains de déterminer le coefficient de présence des espèces, la répartition des groupements végétaux, et d’établir un suivi de la biodiversité urbaine. » (Wikipedia)

  • Belles indésirables

    bernache du canada,parc josaphat,schaerbeek,espèce invasive,biodiversité,natureAu parc Josaphat, ce sont des habituées : on les laisse traverser l’allée, on les regarde monter sur la pelouse le bec au sol, sauf la meneuse chargée de surveiller le parcours ; on les retrouve au retour, en file indienne sur l’étang.

    bernache du canada,parc josaphat,schaerbeek,espèce invasive,biodiversité,natureLes bernaches du Canada, « espèce réintroduite devenue sédentaire » en Europe, sont de plus en plus nombreuses dans nos espaces verts. Elles s’y sentent chez elles, visiblement. « Les liens familiaux sont forts chez la Bernache du Canada : les oisons demeurent avec leurs parents une année entière et retournent avec eux dans les aires de reproduction après leur premier hiver. » (Canada, Faune et Flore du pays)

    bernache du canada,parc josaphat,schaerbeek,espèce invasive,biodiversité,nature

    Mais ces oies sauvages sont ici de belles indésirables, inscrites comme les plantes allergisantes, le frelon asiatique, le raton laveur, sur la liste « des espèces invasives et envahissantes dont la prolifération chronique bouleverse nos écosystèmes et présente parfois une grave menace pour la biodiversité » (Natagora). 

    Photos T&P 30/6/2020

  • Rare

    bobin,la dame blanche,essai,littérature française,emily dickinson,poésie,vie,littérature anglaise,etats-unis,création,maison,art,foi,culturebobin,la dame blanche,essai,littérature française,emily dickinson,poésie,vie,littérature anglaise,etats-unis,création,maison,art,foi,culture« En 1882 Wadsworth* meurt et son âme tombe sur la petite balance d’un Dieu diamantaire. Il n’y a pas de plus grande joie que de connaître quelqu’un qui voit le même monde que nous. C’est comme apprendre que l’on n’était pas fou. « Sur les sujets dont au fond nous ignorons tout, tous les deux nous croyons et doutons cent fois par heure – ce qui laisse à notre foi toute sa souplesse. » Parler sans fin de ce qui se dérobe sans fin est une jouissance en regard de laquelle toutes les autres ne sont rien. Rencontrer quelqu’un, le rencontrer vraiment – et non simplement bavarder comme si personne ne devait mourir un jour –, est une chose infiniment rare. La substance inaltérable de l’amour est l’intelligence partagée de la vie. En perdant Wadsworth, Emily perd la moitié du ciel. Apprenant sa mort elle confie à des amis : « Il était mon berger. »

    Christian Bobin, La dame blanche

    *[un pasteur presbytérien rencontré à Philadelphie et devenu son « plus cher ami sur terre »

  • Bobin chez Emily D.

    La dame blanche de Christian Bobin raconte, à sa façon non linéaire, la vie d’Emily Dickinson (1830-1886), résumée en dix lignes par Eduardo Galeano dans Mujeres (à lire sur Espaces, instants). Sortant peu de sa chambre d’Amherst, dans le Massachussetts, « Emily écrit des textes dont la grâce saccadée n’a d’égale que celle des proses cristallines de Rimbaud ».

    bobin,la dame blanche,essai,littérature française,emily dickinson,poésie,vie,littérature anglaise,etats-unis,création,solitude,art,foi,culture
    Couverture de la première édition de Poèmes, publié en 1890

    Pour évoquer son existence et son œuvre, il commence par la mort d’Emily Dickinson, à cinquante-cinq ans. Susan, sa belle-sœur chérie, n’assiste pas à l’enterrement – parce que « son mari, Austin, frère d’Emily, y a invité sa maîtresse, Mabel Todd » – mais c’est elle qui l’a revêtue de la robe mortuaire « fraîchement repassée », « son ultime armure blanche ».

    Millicent, la fille de Mabel, six ans, qui « se souvient d’une mystérieuse dame en blanc aux cheveux roux qui ne sortait jamais », assure la transition vers la petite Emily de deux ans et demi confiée à la tante Lavinia quand sa mère va accoucher de Vinnie, la petite sœur. Emily voudrait rentrer chez elle, sa mère lui manque. Plus que son père, Edward Dickinson, trésorier du collège local, avocat, sénateur, dont les yeux noirs « vous fouillent, vous jugent, vous condamnent et finalement ne vous ont jamais regardé ».

    Dans les années 1850, la mort prend à Emily, vingt ans, plusieurs amies de son âge, puis Benjamin Newton, le secrétaire de son père qu’elle appelait « maître », qui lui prêtait des livres et l’encourageait à écrire. Cette année-là, le père triomphe : Amherst est reliée par le chemin de fer aux autres villes de la région, grâce à sa ténacité. « Mon père ne voit rien de mieux que « la vie réelle » - et sa « vie réelle » et « la mienne » entrent parfois en collision », écrit-elle.

    Heurtée par ses exigences, sa violence quand il fouette un cheval jusqu’au sang, elle cherche à ouvrir son cœur : elle joue du piano, elle fait le pain de la maison. Le père d’Emily mourra en 1874, sa mère aura une attaque de paralysie l’année suivante. « Les parents voient leurs enfants, jamais leurs âmes. Celle d’Emily tient dans une goutte de rosée. L’infime est son royaume. Elle contemple le ciel à travers le vitrail des ailes d’une libellule, et s’aménage un béguinage à l’intérieur d’une clochette de muguet. » Autour d’elle, « chacun veut être quelque chose, elle fait le rêve souverain de n’être rien et de mourir inconnue. L’humilité est son orgueil, l’effacement son triomphe. »

    De dix à vingt-quatre ans, la famille habite dans une maison toute en bois près du cimetière, pour Emily, « sa » maison d’où elle contemple les tombes. Puis on  retourne dans la première maison rachetée en 1855, la maison de son père, celle où elle est née et où elle mourra, entre la rue principale et un verger avec une serre.

    « Un  poète, c’est joli quand un siècle a passé, que c’est mort dans la terre et vivant dans les textes. Mais quand c’est chez vous, un enfant épris d’absolu, bouclé dans sa chambre avec ses livres, comme un jeune fauve dans sa tanière enfumée par Dieu, comment l’élever ? Les enfants savent tout du ciel jusqu’au jour où ils commencent à apprendre des choses. Les poètes sont des enfants ininterrompus, des regardeurs de ciel, impossibles à élever. »

    Austin, devenu à son tour trésorier du collège d’Amherst, est un conquérant, « cassant avec tous, sauf avec Emily ». Celle-ci sera la « petite mère » de son frère et de sa sœur qui nourrit les chats, « petits courtisans aux yeux d’or d’une dame en cachemire noir », balaie, fait les courses et assume son rôle : « Mon frère avait Amherst – et Emily avait la pensée. » Au collège, on la surnommait « Socrate ». Quand on veut convertir les élèves à la « nouvelle Eglise », Emily Dickinson est la seule à refuser. Le retour de son père après quelques mois d’absence signe la fin de ses études, « la maison se referme sur elle comme une huître sur sa perle. »

    « Quand nous avons tout perdu, quelque chose nous en prévient au creux du ventre, une meule de deux cents tonnes tombée du ciel dans nos entrailles » : sa mère qui dépendait d’elle meurt en 1882. « Emily sait quelque chose que les autres ne savent pas. Elle sait que nous n’aimerons jamais plus d’une poignée de personnes et que cette poignée peut à tout moment être dispersée, comme les aigrettes du pissenlit, par le souffle innocent de la mort. Elle sait aussi que l’écriture est l’ange de la résurrection. »

    Son jardin, son amour des fleurs, la robe blanche portée chaque jour après la mort de son père, les lys blancs, Higginson, « ancien pasteur, militaire luttant pour l’abolition de l’esclavage, homme de lettres curieux des écritures nouvelles » les découvre chez les Dickinson en août 1870. Emily lui soumet quelques poèmes, il est « soufflé ». Au retour, il écrit « ce qu’il vient d’entendre » de celle pour qui la poésie est une « affaire vitale », bouleversé par Emily, la « femme du dedans », la contemplative : la poète.