Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique - Page 2

  • Salle de lecture

    lisez-vous le belge?,2023,promotion des lettres belges de langue française,poésie,lecture,culture,jean-pierre verheggenIl y a salle et salle, n’est-ce pas ?

    Il y a la salle de bain ou salle d’eau
    qui est le propre de l’homme

    La salle des pas perdus
    où l’on poireaute dans l’attente
    qu’entre en gare un tortillard
    sempiternellement en retard

    La salle du trône qui
    dans le parler populaire
    n’est autre que le w.c.

    La salle de billard ou
    salle d’op’ (c’est kif kif)
    puisqu’on entre dans l’une
    comme dans l’autre
    avec la boule au ventre

    lisez-vous le belge?,2023,promotion des lettres belges de langue française,poésie,lecture,culture,jean-pierre verheggenLa salle d’audience où il vaut
    mieux ne pas devoir se faire
    entendre ni être interpellé

    La salle des fêtes
    où quelques museaux avinés
    dansent sur des airs de bal musette

    La salle des ventes où ça vintage
    ferme pour quelques verroteries

    Puis la salle de lecture où trouver
    Barbara Abel, Adeline Dieudonné, Myriam Leroy,
    Nadine Monfils, Caroline Lamarche, Isabelle Wéry…

    Jean-Pierre Verheggen (1942-2023) in Lisez-vous le belge ?

    Deux illustrateurs de l'édition 2022 : Eléonore Scardoni, A vive allure / Nicolas Mayné, Manneke pendu

    Ici une autre invite : "Continue ce poème en citant des autrices de Belgique francophone.
    Tu peux essayer de trouver des noms qui riment, des autrices connues ou inconnues, qui publient des essais, de la poésie ou des bandes dessinées..."

    Allons-y :

    Verena Hanf, Catherine Demaiffe,
    Liliane Wouters, Marie Gevers,
    Suzanne Lilar, Dominique Rolin, 
    Françoise Mallet-Joris, Colette Nys-Mazure,
    Andrée Sodenkamp, 
    Nathalie Skowronek...

    N'hésitez pas à poursuivre !

  • Lire le belge 2023

    La quatrième édition de « Lisez-vous le belge ? » s’est déroulée en novembre dernier, une campagne de promotion pour mettre à l’honneur « le livre belge francophone à travers une série de contenus et d’événements, en Wallonie, à Bruxelles et en ligne, que ce soit dans les librairies, les bibliothèques, les écoles et d’autres lieux culturels. »

    Lisez-vous le belge?,2023,promotion des lettres belges de langue française,poésie,lecture,culture

    Il restait à la bibliothèque Sésame un petit cahier de poésie fort sympathique, dans lequel quatre poètes et quatre poétesses ont écrit un texte poétique, chaque fois accompagné d’une invite à « jouer avec les mots, rêver, cogiter ». En voici un d’Isabelle Bielecki (°1947) qui a inventé un nouveau genre de poème court : « Le stichou est un genre de poésie brève inédit qui se compose de cinq vers. Il crée des liens entre la banalité du quotidien et l’imaginaire de chacun. » Les règles sont expliquées ici.

    A saute-stichou


    Dans les prairies du Laerbeek
    Photographier des iris jaunes
    Et se dire :
    Le soleil s’est amouraché
    D’un marécage

    Se promener dans le bois de Halle
    Parmi les jacinthes et les anémones
    Et se dire :
    Cette nuit le ciel et la lune
    Ont secoué leurs pinceaux

    Donner rendez-vous
    À la bibliothèque
    Et se dire :
    Le livre ? Le seul de mes amours
    Qui ose passer de main en main

    Feuilleter
    Le journal
    Et lui dire :
    Comment redonner vie
    À ton arbre ?

    Écrire
    Liberté dans la buée d’une vitre
    Et se dire :
    Même dans le froid
    Elle marche sur l’eau

    Ouvrir
    Un livre de poésie
    Et lui dire :
    Nous effeuillerons ensemble
    Tes bouquets de mots

    Isabelle Bielecki

    Et puis jouer le jeu :

    Lever les yeux
    Du livre en cours
    Et se dire :
    La musique à la radio
    Déroule un texte sans parole

    Tania

    Et encore : 

    Observer un gros nuage sombre
    Qui vogue vers la montagne
    Et me demander
    S'il deviendra dentelle ou pluie
    Avant de mettre les voiles

    Colo

    Et encore : 

    Feuilleter
    le journal
    Et leur dire à tous ces laids bêtes et méchants
    Essayez la bonté essayez la pensée
    Essayez essayez

    Ariane

    Et encore : 

    Butiner
    de blog en blog
    et me réjouir :
    même en hiver
    les mots fleurissent.

    Anne Le Maître

    Et maintenant, à vous ! Un stichou ?

  • Rêves éveillés

    Graverol Rêve.jpg« Graverol s’apparente aux plus grandes que sont Leonora Carrington, Leonor Fini, Kay Sage, Toyen, Dorothea Tanning... Par le biais d’une technique aussi lisse que précise, Graverol bouleverse les perceptions du réel, initiant des sentiments répondant tant au domaine de l'étrange qu’à celui de la poésie. Elle avouera « mes toiles sont des rêves éveillés, des rêves conscients ». »

    Galerie Agnès Thiebault, Paris

    © Jane Graverol, "Rêve" (Fleur, œil et hippocampe), 1974, aquarelle et gouache, 36 x 48 cm,
    œuvre réalisée pour l'exposition, "Le Mariage du Ciel et de l'Enfer" à la Galerie Albert 1er en 1974

  • Jane Graverol

    Quand de temps à autre, assez rarement, je vois une peinture de Jane Graverol comme celle-ci, Le don de la Parole, qui figure au catalogue d’une vente aux enchères d’art belge aujourd’hui même, je me dis chaque fois que cette peintre associée au mouvement surréaliste est trop méconnue. Son nom vous est-il familier ?

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, Le don de la parole, 1961, huile et velours sur panneau, 54 x 45 cm

    Interpréter une composition de ce genre est difficile : dans un parallélipipède lumineux entre deux pans de couleur sombre, une rose unique se dresse sur un rosier feuillu devant un paysage de montagne. On pourrait y voir une vue sur un jardin depuis une fenêtre, dans l’embrasure des rideaux. Trois gouttes d’eau ovales sont accrochées à ses pétales roses, onze gouttes rondes que ne relie aucun fil lui font comme un collier autour du cou. Le titre encourage une vision anthropomorphique :  la rose évoque-t-elle ici une femme aux boucles d’oreilles et collier de perles ?

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    Monographie de René de Solier

    L’ouverture des rideaux crée une sorte de faisceau lumineux, comme on éclaire une personne qui prend la parole sur scène devant un micro. (« Parole » et « perle », voilà qui me rappelle un poème de René-Guy Cadou.) Tout cela est ambigu : allusion au langage des fleurs – la rose est assurément chargée de connotations – ou à la féminité ? Qu’en pensez-vous ?

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, Jeune femme assise, 1927

    Le Dictionnaire des peintres belges présente Jane Graverol (née à Bruxelles en 1905 et décédée à Fontainebleau en 1984) comme une artiste qui a réalisé des collages et des pastels pour des compositions « surréalistes et oniriques ». Elève de Montald et de Delville, elle a peint dans les années trente des paysages et des natures mortes. Elle a exposé ses œuvres dans diverses galeries bruxelloises, puis à Paris. Sur la Toile, j’ai trouvé ce portrait de jeunesse, Jeune femme assise, qui date de 1927, l’année de sa première exposition à Bruxelles.

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, Le trait de lumière, 1959, huile sur isorel; 80 x 60 cm (Bonhams)

    Avant même sa rencontre avec Magritte et les surréalistes en 1949, sa peinture est « surréaliste ». Wikipedia résume dans sa biographie les rencontres, influences, mariages et liaisons de Jane Graverol. L’artiste est très active dans le monde artistique, créant Temps mêlés, une revue d’avant-garde, avec André Blavier en 1952, puis une autre, Les lèvres nues, avec Marcel Mariën et Paul Nougé en 1954. Dans La goutte d’eau, œuvre conservée à Liège (La Boverie), Graverol a représenté les principaux surréalistes belges. Elle aimait aussi l’art de Chirico.

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, La goutte d'eau, 1964 (source)
    "Au sein de cet authentique portrait de famille, on reconnaît Marcel Mariën, Louis Scutenaire, René Magritte, Paul Nougé, Achille Chavée, Camille Goemans, André Souris, Paul Colinet, Marcel Lecomte, Irène Hamoir, E.L.T. Mesens, Geert van Bruaene.
    En haut de la toile, dominant l’assemblée, Graverol s’est autoportraiturée parmi ceux qui sont désormais ses pairs."
    (Extrait du catalogue du musée des Beaux-Arts de Liège) 

    « Où sont les femmes au musée ? » Dans La Libre du 1er décembre, Aurore Vaucelle reprend le titre d’une exposition en cours au Palais des Beaux-Arts de Lille, une « enquête sur les artistes femmes du musée » qui part d’un constat : sur 3000 œuvres exposées, 12 sont signées par des femmes. Dans l’ensemble des collections du Palais, 135 sur 60000, soit 0,25 %.

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, Lolita, 1960, huile sur unalit, 32,5 x 40 cm; 
    Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles / photo : J. Geleyns - Art Photography

    Le XXIe siècle se montre tout de même plus encourageant envers les femmes artistes, même si je me souviens de la mise en garde de Siri Hustvedt sur le machisme du marché de l’art dans son magnifique roman Un monde flamboyant. En 2017, le centre d’art du Rouge Cloître a consacré une exposition à Jane Graverol, hélas manquée. Grâce au legs d’Irène Hamoir en 1996 – avec son mari, Louis Scutenaire, elle fréquentait le groupe surréaliste bruxellois –, les Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles possèdent quelques œuvres de Graverol, dont une Lolita aux cheveux noués par un étonnant papillon.

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, Nu dans les rochers

    En 1959, l’artiste peint à l’huile Le trait de lumière (ill. 4), une de ses toiles proches de l’univers de Magritte : une découpe en forme de silhouette féminine entre des rochers évoque un paysage marin au couchant. Dans L’Esprit saint (1964), au titre impertinent,  la peintre joue encore plus audacieusement sur la rencontre de deux espaces contraires, l’intérieur et l’extérieur. La chute de Babylone, un collage de 1967, reprend le même procédé.

    jane graverol,surréalisme,art,peinture,belgique,femme artiste,culture
    © Jane Graverol, L’École de la Vanité, 1967. Photo: Renaud Schrobiltgen (source : Historiek)

    A la Biennale de Venise de 2022, on pouvait voir L’Ecole de la Vanité (1967) de Jane Graverol, « entrelacement de mythologie et de technologie », « une figure féminine qui peut modeler son propre destin en transformant les parties de son corps en armes d’émancipation sociale », selon Stefano Mudu. Remarquez que cette sphinge tient une rose entre ses pattes. Eliane Van den Ende a commenté cette peinture sur le site Historiek. Enfin, cette année, le musée de Montmartre a choisi Le sacre du printemps de Jane Graverol pour l’affiche de son exposition « Surréalisme au féminin ? »

  • Billet de saison

    IMG_20231016_110033.jpgA la mi-octobre, il arrivait encore à la terrasse en bois de sécher – c’était tellement plus agréable pour sortir et faire le tour des plantes, ramasser les samares du sycomore voisin (ces ailettes qui se déposent partout en abondance), suivies des premières feuilles mortes.

     

    IMG_20231016_110048.jpg

     

     

    Les asters fleurissaient gaiement en face de mon bureau.

    Mina la chatte en profitait pour s’installer près du pot où la clématite avait même refleuri sous un soleil caressant.

     

     

    Puis le ciel s’est couvert davantage, laissant passer encore assez de lumière pour aviver les couleurs des arbres de l’îlot avant la chute de leurs feuilles. Enfin le vent s’est mis à souffler davantage, renversant les pots trop légers, jusque dans les cimetières parés pour la Toussaint.

    IMG_20231101_081229.jpg

    Ce sont les mésanges qui sont venues les premières aux nouvelles : quoi ? pas encore de graines ? On a raccroché le silo sous une plante en boule et le lendemain, elles y étaient, les charbonnières, les bleues, à picorer un coup tout en tournant la tête pour surveiller autour d’elles, toujours sur le qui-vive.

    saison,automne,nature,mésanges,geais,nourrissage,pluie,lumière,ciel,bruxellesPendant de longues semaines, la lumière du jour s’est ternie, la pluie s’est installée.  Jour après jour, les feuilles s’abandonnaient, s’envolaient sous les rafales, se posaient. Impossibles à photographier derrière les vitres perlées, les mésanges prennent leur temps pour manger quand il pleut, comme si elles se sentaient davantage en sécurité.

     

    saison,automne,nature,mésanges,geais,nourrissage,pluie,lumière,ciel,bruxelles

    Bientôt un geai, puis un autre, sont venus voir si par hasard il n’y aurait pas quelque chose pour eux. Allons-y pour suspendre des boules de graisse, entre lesquelles insérer quelques arachides en coque.

    C’est le rituel du matin : il n’y a qu’à attendre en s’éloignant des fenêtres pour terminer le thé du petit déjeuner. Et d’un, et de deux, et de trois…

    Un geai glouton va jusqu’à s’enfoncer une coque entière dans le gosier pour en attraper une deuxième avant de s’envoler.

    Désormais, une fois les allées et venues des geais terminées, les mésanges viennent à deux, à trois ; nous leur offrons les graines, elles nous offrent leurs voltiges. Un ramier opportuniste ramasse aussitôt les miettes, surtout après que les geais, faute d’arachides, reviennent piquer dans les boules à graisse en attendant mieux.

    Après avoir revêtu de jour tous les gris de sa palette, il n’est pas encore cinq heures quand un ciel qui s’est déshabillé pour la nuit fait place aux couleurs du couchant. Le temps des nuits froides revient. La terrasse ne sèche plus.

    IMG_20231122_164955.jpg

    Alors que je cherche quelques photos pour illustrer ce billet de saison, une merveille : un coin de ciel bleu s’élargit, les nuages s’écartent. Ce mardi midi, tout, l’îlot avec ses arbres et ses jardins, ses oiseaux, la terrasse et l’appartement prennent un fantastique bain de lumière qui réchauffe les yeux et réjouit le cœur. A seize heures, le soleil se cache derrière les nuages qui regagnent du terrain. C’est de saison.