Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

estivale

  • De l'un à l'autre

    Schaerbeek en 15 tableaux (16).jpgPour bâtir le Brusilia, le plus haut immeuble résidentiel de Schaerbeek (de 1968 à 1971), on a démoli l’ancien Palais des sports.

    Certains participants à la promenade guidée se souvenaient bien de ce lieu de manifestations diverses, appelé aussi Vélodrome d’hiver : courses cyclistes, matchs de boxe, mais aussi les Chœurs de l’armée rouge, Johnny Halliday, Holiday on Ice... et même le rexiste Léon Degrelle.

    On voit bien à quoi ressemblait ce Palais sur une peinture que la guide nous a montrée : Les Allemands devant le Palais des sports en 1914.

    SCH allemands_devant_palais_sports_poreau.jpg

    « Donnée par l’artiste à la commune en 1948, cette œuvre représente une compagnie d’infanterie allemande en train de bivouaquer devant le Palais des Sports avant son départ pour le siège d’Anvers en octobre 1914. Ce bâtiment, inauguré en 1913 et détruit en 1966, a été réquisitionné par les Allemands au début de la Première Guerre mondiale. Oswald Poreau réalise cette œuvre depuis la fenêtre de l’immeuble qu’il occupe alors avenue Louis Bertrand n°121, ce qui explique l’angle de vue particulier. » ((Archive : L’art et la guerre 14-18 à Schaerbeek – 2)

    Schaerbeek en 15 tableaux (17).jpgNé à Schaerbeek, Oswald Poreau (1877-1955), peintre « impressionniste au réalisme libre », a vécu dans les années 1930 au 17, rue Vogler dont je vous ai montré le grand sgraffite dans le billet précédent. Il a peint des paysages, des fleurs et aussi des portraits comme celui d’Yvonne Vonnot-Viollet (1883-1936). Si j’ai bien lu – mes recherches pour rendre compte d’une promenade guidée me font souvent passer (avec plaisir) de l’un à l’autre sujet –, cette amie d’Oswald Poreau, petite-fille de Viollet-le-Duc, était musicienne et peintre : son Matin de mai fait partie de la collection communale.

     

    Le Brusilia vu du trottoir

    Oswald Poreau, Les Allemands devant le Palais des sports en 1914

    Remontée de l'avenue Louis Bertrand

     

  • En quinze tableaux

    Le thème de l’estivale du 19 juillet portait un titre alléchant : « Schaerbeek en quinze tableaux ». La guide du jour avait préparé un parcours à partir de l’église royale Sainte-Marie pour nous montrer la commune à travers les très nombreuses reproductions de son classeur, bien plus de quinze, une façon originale d’illustrer l’histoire et les paysages de la Cité des Anes.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Eugène Verboeckhoven (1798-1881), Les ânes schaerbeekois
    "On lui doit notamment les deux belles têtes d’ânes
    qui ornent le cabinet du Bourgmestre." (source)

    Jusqu’à la Révolution belge en 1830, Bruxelles vivait à l’intérieur de ses remparts. Ceux-ci ont été détruits pour donner accès à la première couronne, aérée et verdoyante. Sur le parvis où nous nous trouvions, ce n’étaient alors que champs, marécages, prairies, comme on peut le voir sur ce Panorama de Bruxelles vu de Schaerbeek par Frans Binjé.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Frans Binjé (1835-1900), Panorama de Bruxelles vu de Schaerbeek

    Autour de la ville, le prix des terrains était plus abordable pour des populations aux revenus divers, d’où l’installation de nombreux artistes à Schaerbeek où ils pouvaient avoir une maison avec un atelier ; de nombreuses rues schaerbeekoises portent le nom d’un peintre ou d’un sculpteur, à leur mémoire. Le repos d’Alfred Verwée illustre le temps où on y était véritablement à la campagne, en zone agricole.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Alfred Verwée (1838-1895), Le repos

    Ces artistes trouvaient facilement des acheteurs dans la bourgeoisie qui se faisait construire des maisons neuves à Schaerbeek. Dès le XIXe siècle, le conseil communal désire « mettre la beauté à la portée du peuple »  et acquérir des œuvres d’artistes résidant dans la commune ; elles seront présentées dans un musée communal, fermé dans les années 1920. Mais la collection communale continue à s’étoffer et compte environ 1700 œuvres dont certaines sont visibles en ligne sur le site 1030.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Thomas Daems, Brussels Vibes, 2011 
    in F. De Roose, Bruxelles vue par les peintres, 2

    Voici l’église royale Sainte-Marie sur une œuvre graphique de Thomas Daems, Brussels Vibes (2011), mixant photographie, pochoir et peinture : « des couleurs douces pour traduire l’ambiance de fin de soirée lors de la prise de vue » (Fabien De Roose, Bruxelles vue par les peintres 2). Cette église de style éclectique et de plan octogonal est un jalon important sur le « tracé royal » entre le Palais royal et le château de Laeken, résidence royale.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Liévin Herremans (1859-1931), Kermesse Saint-Corneille, le soir, place de la Reine
    in F. De Roose, Bruxelles vue par les peintres, 2

    La place de la Reine qui la jouxte, ainsi nommée en hommage à la première reine des Belges, Louise-Marie d’Orléans, épouse de Léopold Ier, couvre une ancienne plaine sablonneuse peinte par Camille Wollès. La guide montre aussi une belle peinture de Liévin Herremans, Kermesse Saint-Corneille, le soir, place de la Reine : au Moyen Age, un pèlerinage pour les enfants handicapés partait de cette place vers Diegem, c’était un jour de liesse populaire.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Agnès Bogaert (1955 -), La Maison des Arts, 1993
    in F. De Roose, Bruxelles vue par les peintres, 2

    Nous prenons la chaussée de Haecht (c’est plus difficile d’y respecter les distances, nous sommes les seuls à porter un masque et cela nous vaut quelques quolibets) jusqu’à la Maison des arts, dont Agnès Bogaert a joliment peint l’entrée avec trois demoiselles en robes longues. La rue de la Constitution nous fait longer les Halles de Schaerbeek, ancien marché couvert devenu lieu culturel (premier festival Couleur Café en 1990), jusqu’à la rue Royale Sainte-Marie (où j’ai pris la photo ci-dessous).

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Les Halles de Schaerbeek et l'arrière de l'église royale Sainte-Marie

    Sur la place Lehon, la guide nous présente une maison-atelier classée, mais l’arrière de l’église Saint-Servais, magnifiquement restaurée, attire mon regard : ses pierres noircies ont retrouvé leur clarté lumineuse nous verrons plus tard sa façade, en haut de l’avenue Louis Bertrand. Puis nouvel arrêt devant l’Hôtel communal, place Colignon, avec quelques peintures historiques. Paul Leduc a peint les dégâts de l’incendie qui l’a ravagé en 1911.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Le chevet de l'église Saint-Servais, vu de la place Lehon

    Je vous montre encore ce magnifique sgraffite de Privat Livemont en haut du 17, rue Vogler, qui fut la dernière maison et l’atelier du peintre Alfred Ruytinx, son neveu et élève. « Malgré une restauration en 1991, il est à nouveau en partie détérioré. Le sgraffite présente une allégorie de la peinture : une femme peignant des marronniers, accompagnée d’un enfant. » (Inventaire du patrimoine architectural) D’autres artistes ont occupé ensuite ces « ateliers Vogler ». Le vitrail d’imposte attire l’attention avec ses bateaux et moulins à vent évoquant la Hollande.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Sgraffite de Privat Livemont au 17, rue Vogler

    De là, nous sommes descendus jusqu’à la rue de Jérusalem où la guide nous a fait voir une vue panoramique avant de nous emmener vers le Brusilia, bâti sur l’ancien Palais des Sports de Schaerbeek. Notre balade assez longue s’est terminée dans l’avenue Louis Bertrand, près du vase en bronze de Godefroid Devreese. Nous nous tenions à l’emplacement du vieux Schaerbeek, un village avec quelques maisons autour d’une église qui a été détruite ; seule la cure a subsisté, un peu en retrait de cette belle avenue que Betty Scutenaire a immortalisée avec ses arbres et ses parterres fleuris.

    estivale,2020,schaerbeek,peinture,patrimoine,histoire,culture
    Vue partielle de l'avenue Louis Bertrand, dominée par l'église Saint-Servais

    Ce parcours m’a paru plus intéressant pour les non Schaerbeekois que pour les habitués des estivales, à qui il n’offre pas de vraie découverte. De plus, le micro sans oreillettes ne permettait pas toujours de bien comprendre les commentaires de la guide ni les noms des artistes, ce qui m’a laissée un peu sur ma faim. En marchant d’un bon pas d’un endroit à l’autre, tout le monde semblait néanmoins content de se balader et d’observer plus attentivement que d’habitude ce patrimoine architectural et pictural.

  • Encorbellement

    2020,estivale,schaerbeek,patrimoine,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,cultureJe n’avais jamais remarqué ces trois maisons art nouveau rue Verwée (22, 24, 26) malgré leur toiture bombée peu ordinaire : conçues par Henri Jacobs en 1903, sur des parcelles de moins d’un mètre cinquante de profondeur, elles abritaient des échoppes au rez-de-chaussée. L’encorbellement aux étages porte leur profondeur à deux mètres soixante.

     

    2020,estivale,schaerbeek,patrimoine,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture

    Discrètes et jolies, elles prouvent une fois de plus que rien ne vaut une visite guidée et à pied (merci à Geneviève van Tichelen) pour découvrir vraiment un quartier où l’on passe en voiture sans voir grand-chose.

  • Colignon & alentour

    Première des trois « estivales » où j’ai pu m’inscrire, la visite guidée de la place Colignon et de ses alentours m’a permis, dimanche dernier, de découvrir d’autres curiosités du patrimoine schaerbeekois. La guide avait donné rendez-vous devant l’Hôtel communal où le vent fort s’amusait à relever sa visière. Chaque participant (masqué) a reçu un récepteur et des oreillettes – une nouveauté qui s’est avérée très pratique pour le respect des distances et pour le confort à l’audition.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    L'Hôtel communal de Schaerbeek

    Lorsque la Belgique devient indépendante en 1830, Schaerbeek ne compte que 1.800 habitants. Rien n’est construit là où nous nous tenions, au milieu des champs, mais la perspective de la rue Royale Sainte-Marie (dans l’axe entre l’église Sainte-Marie et la gare) était déjà en projet. La population augmentant (51.000 habitants en 1870), le besoin d’un hôtel communal s’impose et on projette de l’édifier sur ces terrains communaux. Le 21 juillet 1887, le roi Léopold II inaugure le tout nouvel hôtel de ville construit d’après les plans de Jules-Jacques Van Ysendyck. La place reçoit le nom du bourgmestre de l’époque (de 1879 à 1891), Achille Hyppolite Colignon.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    La devise de Schaerbeek, en face de l'Hôtel communal

    En 1911, un incendie criminel dévaste l’hôtel communal et c’est le fils de l’architecte qui va le reconstruire et l’agrandir en passant de 40 à 70 mètres de profondeur, dans ce style néo-Renaissance flamande très prisé à l’époque pour se démarquer des styles français : jeux de briques, frises colorées, décor imposant au-dessus de l’entrée monumentale… Une vue aérienne sur le site de l’IPA vous donnera une bonne idée du volume des bâtiments si vous ne connaissez pas l’hôtel communal de Schaerbeek.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Quelques maisons dans l'ovale de la place Colignon, en face de l'Hôtel communal

    Celui-ci devient le noyau d’un nouveau quartier qu’on veut dynamique, mais les parcelles qui entourent la place tardent à trouver preneur. Alors on lance un concours d’architecture imposant un bâti de qualité pour les maisons qui y seront construites : elles auront au moins 7 mètres de large, 15 m de haut ; le rez-de-chaussée doit être au niveau du trottoir, pour favoriser l’installation de commerces ; chaque maison sera dotée d’un cartouche à son nom.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Vers la rue Royale Sainte-Marie, en face de l'Hôtel communal

    Les deux immeubles identiques avec tourelle qui font face à l’hôtel communal, de part et d’autre de la rue Royale Sainte-Marie, ouvrent une enfilade cohérente dans le style néo-Renaissance ; ils sont nommés dans les deux langues, au n° 1 « In de Boogen » côté place et « Aux Arcades » côté rue, au n° 2 « In ‘t Zicht des Gemeentehuis » et « A la vue de la Maison communale ». Un peu plus loin dans la rue, côté impair, la guide montre une série de six maisons bourgeoises de style éclectique conçues par le même architecte, et, en haut d’une maison d’inspiration néo-gothique signée Albert Dankelman, elle nous fait remarquer les chats en pierre bleue de part et d’autre d’une lucarne surmontée d’une arcade.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Lucarne aux chats, rue Royale Sainte-Marie, 241

    Sept artères partent de la place Colignon. Nous nous dirigeons d’abord vers la rue Verhas, du nom d’un des premiers peintres belges à peindre dans la nature à la fin du XIXe siècle. En face des numéros 38 et 40, elle fait remarquer côte à côte les deux styles les plus répandus dans ce quartier, alors « nouveaux » : néo-Renaissance et néo-classique. Ce dernier caractérise une enfilade de maisons rue Emmanuel Hiel, où la guide attire notre attention sur les hauteurs de porte impressionnantes.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verhas, 38 et 40

    Aux 35 et 37, l’architecte-entrepreneur Frans Van Ophem a choisi un style néogothique d’inspiration brugeoise pour sa demeure personnelle dotée d’écuries (aujourd’hui transformées en habitations). Les mascarons de la façade ont des expressions différentes, les blasons de la tourelle représentent divers métiers. N’hésitez pas à cliquer sur les liens vers l’Inventaire du patrimoine architectural (IPA), dont les notices sont bien illustrées.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Emmanuel Hiel, 35 et 37

    En passant par la rue Rubens, où une maison très soigneusement restaurée attire notre attention au numéro 79 – elle est signée Ernest Delune, dont j’avais vu de magnifiques réalisations près des étangs d’Ixelles –, nous arrivons dans la rue Renkin. Nous y admirons au 33 l’ancienne maison-atelier de Frans Van Ophem, qui opte en 1897 pour une nouvelle habitation art nouveau en grès rose. Les arts et métiers sont illustrés dans une frise de sgraffites au-dessus des fenêtres de droite du rez-de-chaussée et dans un tympan, à gauche, la sculpture, avec un bas-relief où figurent une femme allongée et la coupole de l’église Sainte-Marie. En dessous de cette fenêtre, un remarquable graphisme art nouveau pour la signature de l’architecte et la boîte aux lettres.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Renkin, 33 et 38

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture

    Rue Renkin aussi, on peut admirer une belle enfilade néo-classique de huit maisons, où une seule comporte un étage ajouté (38). A côté de l’hôtel particulier de 1910 dû à l’architecte Paul Saintenoy que nous regarderons plus loin, au 76, de style Beaux-Arts et d’inspiration Louis XV, une petite porte a gardé son fronton classique indiquant l’entrée de l’atelier d’un peintre, symbolisé par sa palette.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Gallait, Ecole communale n° 2

    Nous verrons aussi des écoles. A la rue Gallait, la façade néo-Renaissance de l’importante école communale n° 2 (1897) vaut la peine d’être détaillée, riche en ornements symboliques : lyre, globe terrestre, livre... Rue Verwée, la façade néo-classique de l’Athénée royal. Rue Rubens, Mariaschool, une école flamande, porte encore le nom de la paroisse Saint-Servais dans les deux langues, autour d’un bas-relief art déco montrant au pied de la croix un pélican nourrissant ses petits, entre alpha et oméga.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Verwée, Athénée royal Alfred Verwée

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Rubens, Mariaschool

    En laissant derrière nous la place du Pavillon, qui doit son nom au pavillon servant jadis d’embarcadère royal « implanté à l'ouest de la voie de chemin de fer en provenance de la gare du Nord » (IPA), nous empruntons la rue des Ailes, jadis petite rue du Moulin (à vent). Au 117, une des plus anciennes maisons de Schaerbeek, une ancienne étable-laiterie, est en restauration.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 117

    Un petit crochet par la rue Vondel nous fait découvrir, au 121, une maison d’architecte néo-Renaissance de 1897 qui a conservé une céramique très schaerbeekoise, un chérubin aux cerises – la griotte est comme l’âne un symbole communal. La guide nous fait remarquer que les maisons néo-classiques sont souvent dénaturées par des parements de briquettes ou par des couleurs plus marquées qu’à l’origine.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Vondel, 121

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 82

    Retour à la rue des Ailes où la maison du 82 est joliment restaurée. Au 71, l’ancien atelier du sculpteur Godefroid Devreese, « conçu en 1894 par son ami et collaborateur l'architecte Victor Horta » a été profondément transformé à partir de 1965 en style dit « brutaliste » (l’IPA montre les plans d’origine).

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue des Ailes, 71

    Nous revenons vers l’hôtel communal par la rue Maréchal Foch où trois belles maisons art nouveau d’Henri Jacobs nous retiennent : l’élégante façade du 7 est en très bel état, elle date de 1905, construite après sa voisine de 1899, au 9, qui était son habitation personnelle avec atelier. Le décor est splendide, avec un immense sgraffite végétal de Privat Livemont sous la corniche et plein d’autres ornements remarquables, comme la grille d’aération aux initiales de l’architecte. Plusieurs fois vendue, elle est en restauration. A côté, le 11 abrite un foyer pour jeunes. L’IPA vous en montre de beaux détails.

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    rue Maréchal Foch, 7, 9 et 11

    2020,estivale,schaerbeek,promenade guidée,place colignon,quartier colignon,architecte,néo-classique,néo-renaissance,art nouveau,culture
    Monument en hommage à Alfred Verwée

    Les inscriptions à l’arrière et sur le côté de l’hôtel communal vaudraient des commentaires, mais nous irons terminer notre promenade guidée autour de la place Colignon à la maison Verwée, dont l’angle intègre un monument-fontaine sculpté par Charles Van der Stappen en l’honneur du peintre animalier Alfred Verwée, décédé en 1895 dans la commune. Le roi Albert Ier et la reine Elisabeth étaient venus à son inauguration en 1904 et avaient eu droit à la drache nationale !

    (Mise à jour 11/7/2020 - merci à Cécile Dubois de m'avoir signalé quelques erreurs.)