Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mrbab - Page 3

  • Berlin 1912-1932

    Il reste une quinzaine de jours pour visiter « Berlin 1912-1932 » aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles. « L’exposition dirigée par Inga Rossi-Schrimpf innove en insistant sur les liens noués entre les artistes belges d’alors et Berlin. Elle s’ouvre en 1912 déjà, parce que c’est l’année de l’ouverture de la galerie Der Sturm à Berlin, lieu essentiel pour toute l’avant-garde et d’abord celle du mouvement Die Brücke. Elle y exposa Ensor et Rik Wouters et, en 1928, Victor Servranckx, le premier abstrait belge. Jozef Peeters un des premiers abstraits belges, était tout autant fasciné par Berlin : « Dans une ville cosmopolite comme Berlin, même les plus grands extrêmes peuvent coexister. Une activité inouïe s’y déploie malgré la brièveté de la vie. » (Guy Duplat dans La Libre Belgique)

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
    Ernst Ludwig Kirchner, Femmes dans la rue, 1915, Von der Heydt-Museum Wuppertal, Allemagne

    Cette exposition foisonnante est introduite par une chronologie année par année, qui rend compte et de l’effervescence artistique dans la métropole berlinoise et des événements sociaux et politiques, de la première guerre mondiale aux prémices de la seconde. Dès le début du parcours, on rencontre de grands noms de la peinture allemande expressionniste comme Kirchner (1880-1938) avec Femmes dans la rue. L’exposition rassemble des peintures, des sculptures – magnifique Vengeur de Barlach (1870-1930), des dessins, des photographies, des films et des éléments d’architecture.

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture

    Ernst Barlach, Le Vengeur, 1914, Ernest Barlach Haus-Stiftung Hermann F. Reemstma, Hambourg

    Parmi les 200 œuvres exposées, j’ai choisi de vous montrer d’abord des œuvres d’artistes allemandes que j’y ai découvertes. Plusieurs affiches et gravures de Käthe Kollwitz (1867-1945), peintre, dessinatrice et sculptrice, illustrent son engagement pacifiste. L’artiste, qui enseignait à Berlin, a perdu un fils de dix-huit ans au front en 1914. Nie wieder Krieg ! (Plus jamais de guerre !) montre avec force, dix ans plus tard, le refus et la révolte contre la guerre. Helen Ernst (1904-1948) s’engage elle aussi en appelant les ouvriers à l’action antifasciste ou en s’insurgeant contre les lois d’urgence, en 1930.

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
    © Käthe Kollwitz, Nie wieder Krieg !, 1924, Käthe Kollwitz Museum, Cologne
    © Helen Ernst, Contre les lois d'urgence et la dictature militaire, vers 1930,
    Stiftung Deutsches Historisches Museum, Berlin

    Plus loin, dans une section intitulée « New [Wo]man », plusieurs œuvres de Jeanne Mammen (1890-1976) ont retenu mon regard. Cette Berlinoise qui a grandi à Paris, formée aussi à Bruxelles et à Rome, a dû rentrer dans sa ville natale en 1914. Sans ressources, elle travaille comme illustratrice et peint entre autres le milieu des cabarets, le Carnaval à Berlin, les homosexuelles. Sans titre (Mercredi des cendres, scène de carnaval), vers 1926, montre une jeune fêtarde affalée, cigarette à la main, en rupture avec les conventions. La silhouette du chat vient d’un jeu sur le nom de son modèle (pas noté). Jeanne Mammen a peint Die Schöne Frau (La belle femme) choisie pour l’affiche de « Berlin 1912-1932 »

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
     © Jeanne Mammen, sans titre ( mercredi des Cendres, scène de carnaval), vers 1926

    La fameuse photographie d’une femme qui enjambe une flaque, A la station Zoo (1930), de Friedrich Seidenstücker, jouxte des vues de Berlin par Germaine Krull, comme celle du Romanisches Café.

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
    © Friedrich Seidenstücker, A la station Zoo, 1930

    Plus loin, je me suis attardée devant un saisissant photomontage de Herbert Bayer intitulé Habitant solitaire d’une métropole.

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
    © Herbert Bayer, Habitant solitaire d’une métropole, 1932, Cologne, Musée Ludwig

    Il y a de quoi titiller la curiosité et l’imagination à cette exposition des Musées royaux des Beaux-Arts, je vous laisse observer cette Fuite de Hanna Höch (1889-1978), une œuvre dadaïste pleine d’humour, non ?

    berlin 1912-1932,exposition,bruxelles,mrbab,peinture,dessin,sculpture,photographie,architecture,cinéma,guerre 14-18,berlin,artistes belges,artistes allemands,expressionnisme,dadaïsme,bauhaus,culture
    © Hanna Höch, Fuite, 1931, Institut für Auslandsbeziehungen e.V., Stuttgart
     (désolée pour les reflets des spots)

    La commissaire de l’exposition, Inga Rossi-Schrimpf, avait déjà conçu ici même, il y a deux ans, l’exposition « 14-18. Rupture ou Continuité ? » On lui est reconnaissante d’avoir retenu de nombreuses signatures féminines parmi les artistes sélectionnés pour « Berlin 1912-1932 ». L’exposition reste visible à Bruxelles jusqu’au 27 janvier prochain.

  • A la plume

    wouters,rik,exposition,bruxelles,mrbab,2017,peinture,sculpture,dessin,art,belgique,culture« A l’instar d’Hokusaï, Rik Wouters est fou de dessin. Il dessinait toujours et partout. Nel en savait quelque chose : « Pendant mon sommeil, à ma toilette, durant mes repas, Rik était là, la plume à la main, comme la sentinelle vigilante de ma vie. » Et Rik de s’exclamer parfois : « Je ne fais que dessiner à la plume depuis trois semaines, quel merveilleux instrument ! »

    Roger Avermaete, Rik Wouters, Jacques Antoine, Bruxelles, 1986.

    Rik Wouters, Exposition rétrospective, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 10.03 > 02.07.2017

    Rik Wouters, Femme à la table ronde (source non identifiée)

     

  • Dame en bleu

    RIK-WOUTERS_Lady in blue before a mirror.jpg
    Rik Wouters, Dame en bleu devant une glace, (1914), huile sur toile, 121 x 123 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique,
    inv. 8660, legs de Mme Delporte-Livrauw et du Dr Franz Delporte, Bruxelles, 1973–1976
    © Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles / photo : J. Geleyns - Ro scan

    « Assignant à la couleur une valeur expressive dégagée de la seule notation impressionniste, Wouters contribue à un mouvement général d’émancipation de la représentation inféodée à l’observation. Ainsi, lorsqu’il peint La Dame en bleu, il lie l’assomption jubilatoire de l’instant amoureux à l’atomisation de la représentation. De là son goût pour le motif du tableau dans le tableau qui lui permet – sans devoir se frotter à la délicate question de la mort du sujet – de laisser sa peinture esquisser le terme même de sa recherche : paysage ou figure, l’image accrochée au mur et captée dans le reflet du miroir se dénoue en pur jeu plastique. »

    Dossier de presse

    Rik Wouters, Exposition rétrospective, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 10.03 > 02.07.2017

  • Artiste du quotidien

    RIK-WOUTERS_Woman in the sun.jpg« Artiste du quotidien, il transfigure le geste d’habitude, les attitudes, par un surplus de vie, intérieure et extérieure, qu’attendrissent ou dynamisent des jeux de couleurs et de lignes s’accordant au rayonnement des êtres et des chromatismes au-delà des limites du tableau, de la sculpture, du dessin. »

    Roger Pierre Turine, Rik Wouters en toute humilité, La Libre Belgique, 13/3/2017

    Rik Wouters, Exposition rétrospective, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 10.03 > 02.07.2017

    Rik Wouters, Femme au soleil [Au soleil], (1911), bronze, 62,5 x 45,5 x 44,5 cm, Bruxelles,
    Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. 4746
    © Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles / photo : J. Geleyns - Ro scan

  • Allégresse

    wouters,rik,exposition,bruxelles,mrbab,2017,peinture,sculpture,dessin,art,belgique,culture
    Rik Wouters, Femme à la mantille, (1913), pastel sur carton, 760 x 555 mm, Liège,
    Musée des Beaux-Arts de La Boverie, AW 2190 © Liège, Musée des Beaux-Arts de La Boverie

    « Son art s’imposa très tôt, malgré les goûts nettement conservateurs du milieu. C’est que son art, malgré de prétendues outrances, sut vaincre les résistances et triompha par ses accents d’allégresse. Outrances au reste illusoires, car avant qu’elles se fussent manifestées, fauves, futuristes et cubistes s’en étaient déjà donné à cœur joie. »

    Roger Avermaete, Rik Wouters, Jacques Antoine, Bruxelles, 1986.

    Rik Wouters, Exposition rétrospective, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 10.03 > 02.07.2017