Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

balade - Page 3

  • Diptyque

    « Sur le mur, à l’entrée, opposé au rocher de l’oratoire, une mosaïque de l’artiste Jean-Michel Beulin. Ce diptyque pour le mémorial des frères de Tibhirine voudrait évoquer le fait que le monde naturel et le monde surnaturel ne font qu’un, qu’il n’y a pas de dualité et que la spiritualité chrétienne dans laquelle s’inscrit, à sa manière, la vie monastique, tend vers cette compréhension vécue de la réalité. La partie gauche évoque le massif de l’Atlas algérien. Dans cet ensemble figuratif dominé par les éléments naturels (ciel, montagnes, forêts, prairie), nous pouvons distinguer et reconnaître le monastère de Tibhirine. (…)

    Beulin mosaïque Tibhirine.JPG
    Jean-Michel Beulin, Mosaïque du Mémorial de Tibhirine, Notre-Dame d'Aiguebelle (Drôme)

    La partie droite, quant à elle, veut évoquer justement ce qui ne peut être nommé, défini : la Réalité qui n’est pas réductible à l’expérience sensible. Les tons bleus, brillants, dominent, se fondent. Là, il n’y a plus de notion d’espace et de temps... Or cet élément se retrouve au centre de la partie gauche, de même que dans le personnage (évocation de l’être humain unifié en qui le monde naturel et le monde surnaturel ne font plus qu’un). C’est pourquoi dans cet ensemble de droite, nous trouvons au centre, là aussi, cette « fenêtre » qui renvoie à la partie figurative (ciel, montagnes de l’Atlas algérien). »

    Jean-Michel Beulin, mosaïste

    Description complète à lire ici : http://abbaye-aiguebelle.cef.fr/images/media/pdf/LivreMemorial.pdf

     

  • Douce Drôme

    Les prévisions météorologiques annoncent encore des températures au-dessus de vingt degrés dans le pays de Nyons. Elle me manque déjà, cette douceur de la Drôme provençale au passage de l’été à l’automne. En voici quelques moments à partager avec vous.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    D’abord une promenade qui part de Venterol où il ne reste quasi pas de traces du tournage du film « Raoul Taburin » cet été, avec Édouard Baer et Benoît Poelvoorde, qui a laissé bien des souvenirs aux habitants. On descend entre deux murs de pierres sèches vers la Sauve, le ruisseau qu’on suit vers le bas avant de traverser la route et de remonter sur la route de Vinsobres. Près des vignes de Provensol, on monte à droite sur la crête de Serre Long, d’où on a une très belle vue sur Venterol (ci-dessus) et sur toutes les montagnes derrière, de la Lance jusqu’au Ventoux, en passant par le Corbiou.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    La fine lumière de septembre s’accrochait aux graminées le long du sentier et aussi à ces clématites sauvages dont j’ai eu tant de plaisir à regarder les aigrettes plumeuses, tantôt blanches, tantôt roses, qui enguirlandent les murs ou les haies au bord des chemins à cette saison. Quelle surprise, à mon retour, de voir une nouvelle fleur sur la clématite de mon jardin suspendu et même un autre bouton – le soleil reviendra-t-il l’aider à s’ouvrir ?

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culturedrôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Quel beau pays où marcher, se promener, se reposer. Et quel plaisir aussi de pouvoir nager dans une eau même un peu fraîche dans ce cadre enchanteur ! Ne faire qu’un avec les bleus du ciel et de l’eau, les blancs des nuages, les verts des vignes et des lavandes coupées, des oliviers, des chênes truffiers, se poser là comme une hirondelle de passage.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Près des poubelles d’un hameau, une petite troupe de chats sauvages survit grâce aux dépôts de leurs amis. De jeunes tigrés, tachetés, gris, et cette belle siamoise, moins farouche, qui semblait curieuse de ce que nous lui disions doucement, pour ne pas l’effrayer.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Un peu partout flambe là-bas l’or de ce que nous prenons pour un crocus d’automne, qui s’appelle en réalité sternbergia lutea ; ce bulbe qu’on surnomme aussi la Vendangeuse fleurit en septembre, octobre, de l’Italie à l’Iran, et ces notes jaune vif sont inattendues dans un paysage qui prend jour après jour des teintes automnales.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Septembre permettait encore de déjeuner en terrasse. Mention spéciale pour le Bistrot de Venterol : on y mange sur l’agréable place du Château ou à l’intérieur, dans un décor de brocante chaleureux, où jaime ces belles boîtes de thé anciennes. Et à Grignan, près du lavoir rond à colonnes, sur le Mail, pour Le Clair de la Plume où nous avons apprécié un midi la formule Bistro dans la véranda – toutes les tables du jardin étaient occupées.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Nous arrivions de Notre-Dame d’Aiguebelle où nous voulions voir en particulier le Mémorial de Tibhirine. L’abbaye cistercienne ne se visite pas, on peut y assister aux offices. Le site, calme et paisible, offre des endroits de contemplation et aussi des chemins de promenade balisés (brochure en vente sur place). Le Mémorial dédié aux chrétiens et aux musulmans – vous vous rappelez sans doute le film Des dieux et des hommes – comporte des photos, le rappel des faits, des textes forts comme le testament spirituel de frère Christian ou la lettre écrite à ses amis par Mohammed Bouchikhi, musulman, chauffeur et ami de Mgr Claverie.

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Et aussi des œuvres d’art : un chemin de croix sculpté par un artiste drômois, un vitrail d’un artiste polonais, une mosaïque. Je suis restée émue devant le beau Christ de l’oratoire. « Sur le rocher au fond du mémorial, comme un rappel des montagnes de l’Atlas, le Christ Ressuscitant. Il n’est plus fragile, il est solide, de la solidité de Dieu. Il sort de la nuit (d’où la couleur sombre du bas de la statue) et entre dans la lumière. Sa résurrection engendre celle de nos frères ; il est leur solide point d’appui. » (Livre du Mémorial, à consulter en ligne.)

    drôme,nyons,venterol,grignan,balade,aiguebelle,mémorial de tibhirine,paysage,culture

    Douce Drôme au couchant – plusieurs fois, nous sommes montés sur la colline pour admirer ce paysage, ces lumières, cette paix du jour qui s’éteint et de la saison qui s’achève.

  • Vers l'avenue Clays

    Le rendez-vous était donné à la place Dailly pour une promenade guidée de PatriS « Autour de l’avenue Clays » (20 août). Que de choses à voir quand on va à pied ! La caserne Dailly a été construite à la fin du XIXe siècle à l’emplacement du Tir National quand celui-ci a été transféré au boulevard Reyers ; elle est aujourd’hui reconvertie en logements et commerces.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Vue de la place Dailly à Schaerbeek

    Pour découvrir ce quartier qui conserve bien des traces du Schaerbeek 1900 et où ont vécu beaucoup d’artistes, nous avons d’abord suivi Yves Jacqmin vers la rue Thomas Vinçotte, d’après un sculpteur renommé sous le règne de Léopold II (un roi dont on reparle en cette période de contestation des statues politiquement incorrectes).

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Thomas Vinçotte, statue équestre de Léopold II (place du Trône à Ixelles)

    La rue s’appelait à lorigine rue de la Consolation (celle-ci prolonge encore l’avenue Clays), notre guide nous explique pourquoi : elle descendait vers un étang avec une roselière, en flamand « ter Roost » (près des roseaux), appellation contractée avec le temps en « Trooststraat » (traduit littéralement du néerlandais en rue de la « consolation », ce qui n’avait rien à voir) !

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Carte du quartier visité © Microsoft 2017

    Vers la droite, la rue Léon Mignon et la rue Artan portent le nom d’artistes célèbres : un sculpteur liégeois qui s’est installé à Schaerbeek – beaucoup d’autres sculpteurs y ont travaillé durant la seconde moitié du XIXe siècle – et un grand peintre de marines fasciné par la mer du Nord.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture

    Arrêt en face du 68 de la rue Vinçotte, pour deux raisons : la grille actuelle cache un intérieur d’îlot où se trouvait la boulangerie de l’Union économique, ancienne coopérative connue de tous les Bruxellois. Vous avez peut-être reconnu le « R » du Rideau de Bruxelles ? La plus ancienne compagnie théâtrale belge, qui nous a offert de si riches saisons au Palais des Beaux-Arts, en a été chassée en 2011 et abrite ici ses bureaux administratifs (on attend la rénovation complète de son futur théâtre à Ixelles).

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Maison-atelier de Georges L. de Saint-Cyr à Schaerbeek

    Voici une maison d’artiste de style éclectique, au 42, construite en 1885 pour Georges Leonard de Saint-Cyr (les amateurs d’art nouveau connaissent son autre maison, au square Ambiorix, due à Gustave Strauven). Yves Jacqmin a eu la bonne idée d’apporter de belles reproductions pour nous montrer des œuvres de ce peintre de genre : Madame boude, au milieu d’un « bric-à-brac bourgeois » de style Napoléon III (ci-dessous) et Sur la terrasse – une technique irréprochable.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Georges de Saint-Cyr, Madame boude (Source Sothebys)

    Georges Saint-Cyr était aussi grand propriétaire terrien, il possédait la moitié des terrains à l’arrière sur lesquels on tracera l’avenue Clays, alors exploitation agricole en intérieur d’îlot, avec des serres. Schaerbeek, ne l’oublions pas, était un village « jadis peuplé de nombreux fermiers et maraîchers qui vendaient leurs produits au marché de Bruxelles ».

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Herman Richir, Mlle Germaine Le Blon, 1908

    Au 44 a vécu un autre peintre, connu et reconnu à son époque comme aujourd’hui, Herman Richir. Il avait racheté le 42 dont la frise se prolonge au 44 sur la façade de 1909. Elève puis professeur et directeur à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, Richir était un portraitiste recherché des grandes dames, il a surtout peint des femmes, habillées ou nues.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Home de Latour, rue Vinçotte, Schaerbeek  © SPRB-DMS

    Sur le grand terrain du 36, le home communal Albert de Latour a pris la place d’une grande maison classique, dotée d’un parc en partie préservé. Le bâtiment actuel en U (1992) est dû à Jean-Pierre Reynders (frère de l’actuel vice-premier et ministre des Affaires étrangères). Une maison de repos chats admis, ai-je découvert sur son site !

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture

    L’art nouveau s’illustre encore au numéro 15 (ci-dessus), une maison d’architecte (Fernand Ponsart) avec loggia, mêlé à des éléments pittoresques au premier étage. Le 11 a conservé les belles consoles de ses corniches 1900. Juste en face, une grille (ci-dessous) laisse mieux apercevoir l’intérieur d’îlot où se trouvaient l’ancienne boulangerie de l’Union économique et des bâtiments agricoles du XIXe siècle.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture

    Au début de la rue Fuss, nous admirons une autre façade art nouveau au 21, avec des menuiseries d’origine « à petits-bois » et des éléments décoratifs sculptés dans la pierre bleue, avant de nous diriger par la rue de la Consolation vers la rue Van Hasselt où nous attendent de belles surprises, à la lisière de Saint-Josse-ten-Noode, la commune voisine, qui partage certaines artères avec Schaerbeek.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    A gauche : dernière maison de Marcel Mariën / A droite : maison Devalck (rue André Van Hasselt, Schaerbeek)

    La première est la dernière maison de Marcel Mariën, écrivain surréaliste et artiste polyvalent, ami de Magritte, au 39 (elle porte une plaque). La seconde est spectaculaire, de l’autre côté dans l’angle obtus, au 32 : cette façade porte sans doute les plus vitraux art nouveau conservés à Bruxelles, dont ce héron dans un décor aquatique, attribués à Raphaël Evaldre. L’architecte Gaspard Devalck a conçu les maisons du 24 au 34 en enfilade, un bel ensemble cohérent.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Vue générale de l'avenue Clays, côté pair

    Et l’avenue Clays, me direz-vous ? On y arrive, dans cette avenue tracée en 1899 sur deux grandes propriétés, celle de Saint-Cyr et celle d’une veuve. Une avenue « très attachante », dit le guide, par son unité d’ensemble qui mérite d’être protégée, une des rares à Schaerbeek à avoir conservé ses jardinets et leurs grilles devant des maisons en recul (comme l’avenue Demolder ou l’avenue Eekhoud).

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Immeuble de style paquebot à l'angle arrondi de l'avenue Clays et de la rue Alexandre Markelbach (Henri Verwacht, 1934), Schaerbeek

    Elle porte le nom d’un peintre de marines, Paul Jean Clays, réputé auprès des amateurs d’une tradition de qualité dans le dessin des bateaux. Son entrée est marquée par un bel immeuble plus récent de style paquebot (1934) dû à Henri Verwacht, près d’une maison moderne de 1954 avec une grande baie vitrée (bien visible sur la première vue générale ci-dessus).

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Quelques façades de l'avenue Clays, côté pair

    Dans l’avenue Clays, on trouve souvent plusieurs maisons conçues par le même architecte, dans ces styles qui se côtoient à Schaerbeek dans un bel esprit d’éclectisme : Art nouveau, style pittoresque, style Beaux-Arts, Art Déco.

    autour de l'avenue clays,patris,schaerbeek,estivales,2017,patrimoine,promenade guidée,architecture,rue vinçotte,rue fuss,rue van hasselt,avenue clays,culture
    Quelques façades de l'avenue Clays, côté impair

    Je ne peux que vous encourager à y flâner un jour – je compte bien y retourner pour la regarder plus à l’aise et peut-être goûter à la cuisine portugaise de la brasserie à l’angle de la rue Léon Mignon – et à y admirer ici des sgraffites, là des ferronneries ouvragées, ou bien des maisons jumelles, et même une vieille publicité murale pour La Libre Belgique. Ouvrons l’œil !

  • Soucis domestiques

    Au cours de cette balade à Renaix, j’ai aimé retrouver Les soucis domestiques de Rik Wouters au milieu d’un petit parc (place J.-B. Mouroit).

    Renaix (41).JPG

    Huiselijke Zorgen (en néerlandais), une œuvre conçue en 1913, est à la fois son dernier portrait sculpté de Nel et la représentation d’une femme au foyer qui songe à la vie quotidienne.

  • Balade à Renaix

    Avant de me rendre à Renaix (Ronse en flamand), ville de Flandre Orientale (à un peu plus d’une heure de Bruxelles en voiture), j’ignorais presque tout de cette cité des Ardennes flamandes. Notamment que le Dr Ovide Decroly (1871-1932), psycho-pédagogue novateur dont se réclame encore aujourd’hui l’école Decroly à Uccle, y était né – une plaque est apposée devant sa maison natale.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    On peut lire à Renaix des enseignes en français, des affichettes bilingues. On y entend parfois parler la langue de Molière. Renaix, proche de la Wallonie picarde, est une ville « à facilités linguistiques ». Ce régime particulier, souvent évoqué dans la périphérie bruxelloise, concerne aussi certaines communes de Flandre (avec des facilités en français) et de Wallonie (avec des facilités en néerlandais), des deux côtés de la « frontière linguistique », ainsi que la communauté germanophone.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Un autre Renaisien, Stefaan Modest Glorieux (1802-1872), fondateur des Frères puis des Sœurs de Notre-Dame de Lourdes, a laissé son nom à un centre scolaire, à divers établissements de soins ; cet ecclésiastique a œuvré toute sa vie pour les pauvres, comme en témoigne ce monument qui le montre en compagnie d’un orphelin et d’un mendiant. 

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Flanquée d’un parc archéologique, de belles arcades végétales en charme (René Pechère) et d’un jardin de buis, l’église Saint-Hermès date des XVe et XVIe siècles, l’« une des principales curiosités de la ville » selon mon Guide touristique illustré. Sa crypte exceptionnelle (XIe et XIIIe), à la fois romane et gothique, attire de nombreux visiteurs. Trente-deux colonnes monolithiques soutiennent l’église et rythment ce magnifique espace où sont exposés des trésors archéologiques (des panneaux et un audioguide fourni à l’entrée donnent des explications).  

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Sous ces voûtes de briques, j’ai appris que saint Hermès (martyr romain d’origine grecque) était réputé guérir de la folie : les malades étaient baignés dans l’eau tirée du puits de la crypte, une grande balance permettait de peser les pèlerins et de fixer le tarif pour les soins. Ils faisaient plusieurs tours dans l’église où se trouve une étonnante statue équestre du saint, au-dessus d’un reliquaire. 

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    « Ontdek Ronse » (Découvrez Renaix) offre aux curieux de nombreuses informations intéressantes pour préparer ou prolonger la visite de la ville. Le vieux centre historique, « De Vrijheid » ou « La Liberté », était un territoire indépendant ou franchise jusqu’à la Révolution française. Cette seigneurie qui appartenait entièrement au clergé, constituait comme une ville dans la ville. Les prêtres y exerçaient leurs fonctions ecclésiastiques ainsi que des fonctions administratives et juridiques.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Un peu plus loin, l’ancienne église St Martin désacralisée abrite « Le Passage », une galerie commerciale aménagée dans le respect de l’architecture, sous une charpente apparente.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Sur la place du marché, le vent secouait fort les parasols au-dessus des étals et les drapeaux de l’Hôtel de ville. Un obélisque surmonté d’un aigle à deux têtes (armoiries de Ronse) surmonté d’une couronne y orne la première fontaine publique de la ville. 

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    De belles maisons bourgeoises rappellent la prospérité de Renaix et de son industrie textile, une économie basée sur la fabrication de draps. De différents styles, souvent en briques, leurs façades travaillées, leurs tourelles, leurs grands jardins de ville privés affichaient l’aisance de leurs propriétaires.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Certaines façades paradent par rapport à leurs voisines, comme celle-ci, de style néo-Louis XVI, avec ses briques claires et ses pierres bleues très ornées, un festival d’architecture « beaux-arts » en très bel état. Le contraste est grand avec les ruelles de petites maisons ouvrières habitées par les tisserands.

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Le site de la ville invite aussi à la découverte de maisons art nouveau ou art déco, l’office du tourisme propose des brochures ad hoc. Certaines belles demeures abritent à présent des restaurants, comme la Maison D. avec ses sgraffites, une adresse que je vous recommande pour son cadre, sa cuisine et son accueil.  

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    De la Hoge Mote (Grande Motte), en travaux de restauration pour l’instant, on a une très belle vue vers le clocher de Saint-Hermès. C’est un des bâtiments anciens les mieux conservés dans le centre historique de Renaix, il abrite l’office du tourisme. Le Musée de Renaix et du folklore est situé tout près, dans l’ancienne « Maison des Espagnols », non loin du Must, musée du textile. 

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Dans un tout autre genre, j’ai apprécié la fresque murale de la bibliothèque, un clin d’œil aux félinophiles. Chaque année, la ville permet au lauréat du festival « Picturale » de décorer un mur ; en 2007, c’est l’illustratrice Kristien Aertssen qui a dessiné ce grand chat des champs. Bref, il y a beaucoup de choses à voir à Renaix, pour qui aime musarder.  

    renaix,ronse,flandre,facilités,église saint hermès,crypte,balade,culture

    Au cours de cette première balade, j’ai remarqué de nombreuses statues publiques, notamment des personnages du folklore local, De belleman (le sonneur) dû au sculpteur local Stefaan Ponette (également l’auteur d’un étonnant Saint Pierre à l’entrée de Saint-Hermès) et le petit Buunie (soit Buuntjies Neutjies, vendeur de pois et de noisettes) dont je caresserai la tête la prochaine fois, puisque j’ai lu que cela porte bonheur !