Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

schaerbeek - Page 6

  • Caravane

    L’été dans la rue, c’était aussi, en ce premier week-end de juillet 2019, le départ du Tour de France dans les rues de Bruxelles. Une deuxième historique pour la capitale belge qui célébrait ainsi les 50 ans de la première victoire en 1969 de notre champion cycliste national, Eddy Merckx. Un peu partout en ville, des photos souvenirs de ses exploits et les affiches de l’événement.

    bruxelles,schaerbeek,tour de france,juillet 2019

    bruxelles,schaerbeek,tour de france,juillet 2019

    bruxelles,schaerbeek,tour de france,juillet 2019

    Il y avait du monde et de la bonne humeur ce dimanche 7 juillet au boulevard : avant le passage des équipes qui couraient contre la montre en direction de l’Atomium, surmonté pour l’occasion du drapeau français, la caravane publicitaire a attiré les curieux, habitants du quartier et fans du Tour. Les enfants, excités au passage des chars, ont attrapé ici une casquette, là un maillot de cycliste et d’autres gadgets – certains en avaient rempli leur chapeau de soleil ou leur besace. Ambiance !

     

  • L'été dans la rue

    En ville, les floraisons de l’été sont le plus souvent cachées à l’arrière des maisons. Schaerbeek, heureusement, soigne ses espaces verts, grands ou petits. Sur un talus où se dressaient jadis de splendides marronniers, les jardiniers communaux ont replanté quelques arbres dans le haut. De part et d’autre d’un escalier où l’on peut s’asseoir, le nouveau jardin commence à s’étoffer. Les grosses fleurs d’ail ornemental ont pâli – ici un duo –, et les verveines violettes de Buenos Aires donnent gaiement la réplique aux blancs hydrangeas Annabelle.

    L'été dans la rue (1).JPG

    L'été dans la rue (2).JPG

    L'été dans la rue (3).JPG

    L'été dans la rue (4).JPG

    Il y a longtemps que je vous ai présenté l’avenue Huart Hamoir, côté pair et côté impair. J’ai profité d’une promenade récente pour enfin photographier le haut de cette belle avenue, de part et d’autre de l’église de La Sainte Famille. Son clocher domine le square Riga dont les arbres ont gagné un été de plus avant l’abattage prévu pour une future station de métro. Côté ombre, vous apprécierez mieux les jeux de briques sur les façades en cliquant pour agrandir la photo. De l’autre côté de l’église, on remarque surtout une enfilade de façades de même inspiration néoclassique, avec leurs guirlandes au-dessus des fenêtres. La tourelle du bel immeuble d’angle sur le square a depuis longtemps perdu le lanternon qui coiffait son dôme (visible sur une vue ancienne à l’Inventaire du patrimoine architectural), dommage.

    L'été dans la rue (5).JPG

    L'été dans la rue (6).JPG

    L'été dans la rue (7).jpg

    L'été dans la rue (8).JPG

    Après l’agréable chemin ombragé du square Riga, je m’arrête près d’un platane survivant à l’angle de l’avenue Demolder où ses congénères ont disparu il y a peu. Des tilleuls prendront leur place quand les trottoirs de l’avenue auront été refaits. Pour l’instant, les roses trémières et autres vivaces y mettent encore leurs jolies notes de couleurs.

    L'été dans la rue (9).JPG

    L'été dans la rue (12).JPG

    L'été dans la rue (13).JPG

    bruxelles,schaerbeek,espaces verts,plantations,été,huart hamoir,square riga,fleurs,architecture,culture

    Vive l’été !

  • Comptoir des Talents

    Une initiative originale : à l’angle de la chaussée d’Helmet et de la rue Nestor De Tière, un magasin de textiles bien connu des Schaerbeekois prête ses vitrines au Comptoir des Talents, jusqu’au 21 juin prochain. Attirée par de jolis paniers tressés et autres objets artisanaux, j’y suis entrée par curiosité, à la recherche de l’un ou l’autre cadeau qui sorte de l’ordinaire.

    Comptoir des talents (1) carré.jpg
    Une vitrine au jeu des reflets (cliquer pour mieux voir)

    Ces paniers colorés viennent de Birmanie, où ils sont tressés à partir de rubans d’attache en plastique – recyclage de déchets du marché local et technique artisanale très soignée. C’est ce que m’explique Pascale Gonda, intéressée par l’entrepreneuriat social et l’économie locale. Il y a quelques mois, elle a lancé le Comptoir des Talents avec l’envie d’insuffler au quartier d’Helmet « une autre dynamique de commerce de proximité ».

    Ce Comptoir propose entre autres de beaux articles de papeterie parisienne, des animaux décoratifs en laine et lin fabriqués au Portugal, des objets en bois de designers allemands… Le choix des produits s’adresse aux personnes qui « aspirent à des modes de consommation plus durables et plus responsables » et apprécient des « produits de qualité fabriqués avec soin et savoir-faire ».

    Ici, exception faite des paniers birmans, on met en valeur des artisans de talent européens, une démarche complémentaire par rapport au Magasin du Monde Oxfam sur la place d’Helmet, qui défend depuis longtemps l’objectif d’« acheter équitable » (artisanat, épicerie, produits de soin, vêtements de seconde main), en partenariat avec l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud.

    « Le Comptoir des Talents est né de ce constat : répondre au besoin de qualité et de diversité par la valorisation du savoir-faire d'artisans exemplaires venus d'horizons divers. Tous les artisans présentés au Comptoir des Talents ont été sélectionnés sur base de leur savoir-faire authentique et de leur engagement sociétal. » (Pascale Gonda)

    Comptoir des talents (3) bis.jpg

    J’ai trouvé sympathique la démarche de cette « échoppe itinérante » qui met en valeur une démarche « éco-responsable », d’où ce petit coup de pouce en guise d’encouragement au Comptoir des Talents, à Helmet du 14 mai au 21 juin 2019.

  • Les magnolias du parc

    Au printemps, je ne voudrais pas rater le moment où fleurissent les cerisiers du Japon de la belle allée en berceau à l’entrée du parc Josaphat, en haut de l’avenue Louis Bertrand. C’était encore trop tôt, le vendredi 22 mars, mais d’autres arbres à grand spectacle jouaient les vedettes.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Au carrefour où nous allions traverser, en face du parc, le grand magnolia rose de l’hôtel à l’angle du boulevard Lambermont faisait déjà signe. C’était un beau repère quand je rentrais chez moi après les cours : en attendant que le feu passe au vert pour la traversée, je le contemplais à chaque floraison. Un magnolia semblable, plus grand encore, illuminait alors le jardin de l’école – il l’illumine encore, j’espère.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Au bout de l’allée pas encore en fleurs, de part et d’autre du chemin, deux magnolias blancs accueillent les promeneurs qui entrent par ce côté du parc. On les aperçoit d’abord à contre-jour et entre eux, la haute flèche du tir à l’arc. Vue de la grande pelouse, cette blancheur contraste joliment avec le vert brillant des houx près desquels ils ont été plantés.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Blanc aussi, mais avec un cœur rose, voici près de l’étang un magnolia plus jeune qui penche vers l’eau. Je ne suis pas la seule à le photographier. D’abord, il sert de gracieux avant-plan pour le pont rustique en rocaille ; ensuite, quand on arrive à sa hauteur, ses pétales jouent merveilleusement avec les étincelles de lumière à la surface de l’étang en contrebas. Un festival d’étoiles.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Emprunter le chemin qui remonte à gauche du pont permet d’admirer de loin le massif de forsythias qui sert de faire-valoir à deux superbes magnolias de couleur différente, un rose foncé, un rose clair. Chacune de leurs fleurs forme une coupe précieuse. Un promeneur n’y résiste pas, en cueille une et la dépose sur la paume de sa compagne. Un couple d’arbres harmonieux, où chacun met l’autre en valeur. Qu’ils sont beaux et de loin et de près et aussi quand on les regarde par en dessous ! Quelques personnes se sont installées sur le talus à proximité, elles ont bien choisi leur place.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Tout au bout des étangs, il ne reste que les rochers du « paysage alpestre », l’eau de l’ancienne cascade a disparu depuis belle lurette. De là, nous remontons vers les maisonnettes du parc, où s’est installé récemment un atelier de musicothérapie. Nul doute qu’on y entretient des liens de bon voisinage avec le magnolia rose sur le côté.

    parc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printempsparc josaphat,schaerbeek,promenade,magnolias,printemps

    Plus loin, voici encore un magnolia blanc, il a perdu son vis-à-vis. Les vents tempétueux ont fait des dégâts ces derniers mois dans les parcs de la capitale. Près de l’avenue des Azalées, un tronc déraciné exhibe ses racines encore pleines de terre. Il devait avoir un bel âge. Sur le chemin du retour, je lis sur le sol une inscription à la craie : « Ne tue pas la terre » – un nouveau commandement pour notre temps.