Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jardin - Page 4

  • Fenêtres

    Fenêtre (3).JPG

    Dedans, dehors.

    Les fenêtres sont à la fois frontières et passerelles.

    Elles laissent entrer la lumière.

    Elles ouvrent l’espace.

     

    Fenêtre (1).JPG

    Quelqu’un m’a dit un jour :

    un tableau doit être une fenêtre,

    le regard doit pouvoir y entrer.

    Parfois la fenêtre est un tableau.

      

    Fenêtre (4).JPG

     

    Près de la fenêtre, on écrit, on coud,

    on travaille, on lit

    – ou bien sous la lampe.

    Lumière du jour.

    Lumière du soir.

     

     

     

    Fenêtre (2).JPG

     

    Je lève les yeux vers la fenêtre :

    je suis ici,

    je suis ailleurs.

     

    Photos prises à La Granja (mai 2016)

  • La Granja d'Esporles

    De Puigpunyent, c’est par une belle route montagneuse qu’on arrive à Esporles (à quinze kilomètres de Palma) et au superbe domaine de La Granja. Au cœur de la Serra de Tramuntana (paysage culturel classé au Patrimoine mondial de l’Unesco), La Granja (la ferme) est aujourd’hui le musée de la tradition et de l’histoire de Majorque.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    A hauteur des ginkgos bilobas de l’entrée, le regard cherche à cerner les bâtiments dont on aperçoit de loin une élégante galerie couverte aux fines arcades, mais d’ici ce sont les jardins et les arbres qui dominent le décor, en particulier deux araucarias superbes, la pointe d’un cyprès dans le ciel, ou encore, se découpant sur la montagne, un magnifique pin parasol.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culturela granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Un bouc et des chèvres, des ânes, des moutons, des lapins, une basse-cour… Les animaux de la ferme accueillent les visiteurs dans cette ancienne exploitation agricole, tant ceux qui servaient pour le travail de la laine, la fabrication du fromage, que ceux destinés à l’alimentation.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Lieu privilégié grâce à une source locale, La Granja a connu divers occupants : des Maures (Arabes) se servaient de son eau pour irriguer et alimenter les moulins, des moines cisterciens y ont construit un couvent et cultivé les terres, puis une famille aristocratique s’y est installée. Cette ferme, je l’ai découvert en préparant ce billet, sert même de support à un jeu de société !  

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Dans une cour pas encore ombragée par les platanes, une visite guidée commence, mais nous ne sommes pas trop nombreux à l’heure de l’ouverture et c’est bien à l’aise que nous visitons les ateliers extérieurs (un numéro permet de les identifier, une soixantaine de points à voir sur le parcours) : coupe de paille, moulin de potier, buanderie, etc. Les outils anciens y sont rassemblés, la façon de travailler évoquée d’une manière ou d’une autre, tout un trésor de savoir-faire ancestral.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Un bel escalier d’eau couvert de céramiques descend entre deux murs de pierres sèches, bordé de terres cuites. L’eau est ici magnifiée, et aussi les jeux d’ombre et de lumière, au milieu d’une végétation abondante, de plantes en pots. Plus loin on verra de magnifiques cascades moussues, des grottes, l’eau est partout à La Granja – richesse du lieu et bonheur des visiteurs.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culturela granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    L’atelier de teinturerie montre pigments et écheveaux colorés, pilons et mortiers, pochoirs anciens, et illustre la teinture traditionnelle pour la fabrication des tissus majorquins qu’on reconnaîtra plus loin sur le métier à tisser. Juste avant d’entrer dans la résidence seigneuriale, voici un joli motif de coquillages sur un muret, non loin d’une grotte en rocaille et coquillages dans le goût du XVIIIe siècle.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture
    Le salon à fresques (source)

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    A l’intérieur, après un salon où une grande fresque murale reprend une vue de La Granja en pleine verdure, les pièces de réception sont décorées de meubles, tentures et objets témoignant de modes de vie anciens. Il y a tant de choses à regarder, comme cette nappe aux broderies typiquement majorquines ou une jolie lampe suspendue, les coiffes en dentelle des tenues traditionnelles.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culturela granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Sur le parcours, la lingerie, l’ermitage des moines, des chambres, une salle de bain avec un sèche-cheveux assez effrayant (on dirait un instrument de torture, il y en a de véritables dans une inattendue salle de torture au sous-sol), une bibliothèque, une salle de jeux, et j’en passe. Bien sûr, une salle à manger, une cuisine majorquine avec four, et toutes sortes d’ateliers pour les préparations traditionnelles – olives, huile, vin, liqueurs – et l’artisanat – menuiserie, tannerie, bijouterie, tissage, entre autres.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culturela granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Le portique de style florentin entre patio et jardins, bien plus large qu’une galerie, qu’on admire de loin en arrivant à La Granja, est une merveille : l’endroit idéal pour s’asseoir dans les fauteuils d’osier, écouter de la musique, lire, rêver en s’appuyant à la balustrade, observer le jet d’eau qui fuse à proximité. Au plafond, de jolies guirlandes peintes entourent les lanternes.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    Au jardin, les deux araucarias sont tout aussi impressionnants de près que de loin. Allées de roses, allées couvertes, plantes grasses fleuries, vieux arbres, que c’est beau ! La prochaine fois, il faudra se promener plus longuement, suivre la rivière, explorer la forêt même.

    la granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culturela granja,esporles,mallorca,majorque,balade,musée,tradition,ferme,manoir,jardin,eau,culture

    J’imagine qu’en été, il passe ici beaucoup de monde. Visiter La Granja avec une amie par une belle journée de printemps a été un des temps forts de mon séjour.

  • Au fil de l'eau

    Un sentier « au fil de l’eau »,  voilà de quoi tenter sous un ciel d’azur parfait : en route pour La Valette-du-Var, près de Toulon. « Autrefois, La Valette a bâti sa prospérité sur une activité maraîchère et horticole intense, elle-même rendue possible par l’eau qui abondait et abonde encore au pied du Coudon. » (Citations tirées du prospectus de la mairie, disponible à l’entrée de l’Hôtel de Ville). La promenade est aussi présentée dans la brochure Escale à Toulon Provence Méditerranée (Office du tourisme). 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    Nous laissons la voiture au parking souterrain Jean Jaurès (gratuit) : de la place Charles de Gaulle, nous empruntons la rue du Char Verdun pour commencer le parcours à la fontaine de la Convention, près de l’église Saint Jean. Une baignoire enveloppée dans un drap y sert de fonts baptismaux ! Les terrasses, les platanes, c’est un endroit très agréable pour prendre un café au soleil par ce matin frais d’avril. 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    De la fontaine aux robinets sculptés, une ruelle nous mène à une autre, très moderne avec son plan d’eau à fleur de pierre, où les pigeons qui s’abreuvaient s’envolent quand je m’empare de l’appareil photo – soit, ce sera sans eux. La rue de la Résistance remonte vers un ancien lavoir devenu salle d’exposition où l’eau s’écoule le long de murs moussus.

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    Plus haut, nous voici au pont Sainte-Cécile (XVe siècle) qui « reçoit sous son arche l’eau descendue de la Foux », une belle cascade fleurie. Le sentier suit le ruisseau à partir du square de l’Europe – à partir de là son sympathique glouglou accompagne la promenade, ce qui nous rappelle l’ambiance d’un tout autre pays, celui des bisses.

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    C’est « le sentier de desserte des domaines riverains » : les propriétaires y détournaient les eaux du ruisseau pour arroser leurs cultures de fruits et de fleurs. Avant de traverser l’avenue de la Libération, un coup d’œil à la superbe grille d’entrée de la résidence des Volubilis, puis nous suivons « la serve des Icards » dont le grand bassin de rétention a été consolidé au fil des ans par des contreforts, grâce aux Amis du Coudon qui les ont restaurés ainsi que les canaux d’irrigation. 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    En haut, la fontaine Jeanne, installée sans doute bien avant 1661 (date gravée sur la pierre) par la reine Jeanne, « comtesse de Provence et reine de Naples », servait d’abreuvoir aux animaux, « notamment aux moutons qui partaient en transhumance ». Je reviendrais volontiers pour une balade guidée le long du « ruisseau chantant », seule manière d’accéder à « la Maïre des eaux », la source abritée dans un caveau du XVIIe siècle.

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    Mais une autre récompense attend là les promeneurs (on peut aussi y arriver en voiture) : un jardin remarquable, celui du domaine de Baudouvin (deux euros l’entrée). Depuis la Saint Valentin et jusqu’au 10 juin prochain, il décline le thème du « Jardin Romantique » – des cœurs en veux-tu en voilà et même une petite exposition dédiée aux romans d’amour les plus célèbres, à l’intérieur de la bastide en restauration dans la partie haute du domaine. 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    « Les hautes grilles s’ouvrent sur un monde réellement merveilleux, alternant carrés potagers traditionnels et vergers d’agrumes », le long d’une magnifique allée de platanes, puis de terrasses déclinant divers décors et ambiances, « multipliant les points de vue sur le lieu » (Prospectus Parcs, squares et jardins valettois). Près du jardin japonais, la sono est assurée par les grenouilles en pleine période de reproduction : elles sont partout près des bassins animés par une fontaine aux arrosoirs, des passerelles, des sculptures en métal.

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    Le blason du jardinier André Le Nôtre, rappelle un écriteau, portait trois limaçons, censés rappeler au roi Louis XIV que la lenteur dont il se plaignait était une loi de la nature. On retrouvera des limaçons parmi les sculptures de ce grand jardin de Provence (la plupart contemporaines), plus vaste qu’il ne paraît à l’entrée. Les terrasses se succèdent et mènent à un bosquet : des dessins de Peynet sont accrochés le long d’une allée, variations sur le thème amoureux. 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    Baudouvin offre toutes sortes de recoins à découvrir : une prairie de pâquerettes près d’un hôtel à insectes, un solarium garni de chaises longues d’où l’on peut goûter pleinement l’esprit du lieu au pied de la montagne, et des fauteuils suspendus, des « toi et moi », une petite bambouseraie… 

    la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

    En ce mois d’avril, les iris, les strelitzias, les églantiers fleurissent déjà, mais c’est surtout la diversité des décors, le site et la fantaisie bon enfant qui m’ont charmée. 

  • Bascule

    otte,l'amour au jardin,littérature française,belgique,france,nature,plantes,insectes,reproduction,sexualité,amour,jardin,culture

     

     

    « Le ciel tombe bas, bouleversé, barbouillé de bleu, avec des nuages d’écume épaisse, des traînées à larges coups de pinceau, qui se terminent en stries. Puis ce ciel vire au gris sombre, où se détachent des nuages d’un gris plus sombre encore. Le vent revient dans les arbres et le ciel bascule de nouveau dans une embellie, sans qu’il y ait eu un orage. »

    Jean-Pierre Otte, Le serpent de verre (L’Amour au jardin)

  • Approches amoureuses

    Comment présenter Jean-Pierre Otte ? Dans la préface de L’Amour au jardin (1995), Jacques Lacarrière le décrit comme « un homme profondément et patiemment instruit du secret des sens et des saisons, un homme qui serait et qui est en fait un jardinier d’amour. » Otte dédie ce livre à sa « femme-jardin, ce fruit dans lequel on distingue encore la fleur. » 

    otte,l'amour au jardin,littérature française,belgique,france,nature,plantes,insectes,reproduction,sexualité,amour,jardin,culture

    « L’étonnante tromperie de l’orchidée-abeille » est le premier d’une vingtaine de textes – en prose, oui, mais ciselée, musicale, sensuelle – autant d’approches amoureuses au plus près de l’intimité des plantes, des insectes et autres bestioles résidant au jardin que l’écrivain a observés au jeu de la reproduction. Le joueur, c’est lui : tour à tour faux bourdon, fleur, papillon, escargot, il s’insinue dans les organes si raffinés du microcosmique. « Est-ce bien raisonnable ? Peut-être pas, mais c’est sournoisement enivrant. » (Claude Roy, Le Nouvel Observateur)

    « L’orchidée-abeille s’est donc attachée, dans ses laboratoires minces et secrets, à distiller un parfum d’une composition toujours plus complexe, jusqu’à réussir à produire et reproduire à volonté l’odeur forte de l’abeille en ses jours amoureux. La confusion est totale pour le faux bourdon : il répond à l’attraction olfactive, reconnaît la forme à l’orée de la fleur, et subit un dernier stimulus, tactile cette fois, en s’enfonçant convulsivement dans la fourrure brune et douce du labelle. »

    Violette, primevère, muscari, passiflore, iris, arum… « Dans l’espace du jardin, tout devient vibrations, allégresses, impatiences. » Au printemps, écrit Jean-Pierre Otte, « le jardin n’est plus qu’un champ de copulation, un lieu de débauche, une chorégraphie de l’amour prompt ou, au contraire, délicat, étiré, subtil. » Il y a du Flaubert chez cet écrivain patient, précis, un véritable styliste.

    L’été, lorsque « la clameur serrée des cigales est à son comble », il s’interroge : « Cette exaltation sonore, qui n’aurait de sens qu’en elle-même, nous plaît. Faut-il une utilité, une explication à tout ? Pourquoi la Nature n’aurait-elle pas le goût de la gratuité, des élans d’esthétisme, des dépenses désintéressées de musiques, de couleurs et de rites ? »

    L’Amour au jardin nous invite au spectacle : « noces d’écume » des escargots, limaces amoureuses ajustant leur dard, assauts en apparence anarchiques des crapauds, « enlacements », « entrelacs subtils » des orvets qui s’accouplent. Otte ne cherche pas la concision mais la justesse dans la description, l’action même, et son audace anthropomorphique offre le plaisir des mots aux parades du désir.

    Amour et sexualité s’affichent dans presque tous les titres de cet écrivain belge, né en 1949, installé en France depuis trente ans. Jean-Pierre Otte, aussi conteur et peintre, et sa femme Myette Ronday proposent sur leur site, « Plaisir d’exister »,  spectacles et conférences, retraite ou atelier d’écriture au mas d’Arnal (Lot). 

    Dans Strogoff, paru l’an dernier, Otte revient sur sa jeunesse et parle avec tendresse de « sa grand-mère, férue de botanique », et de « son grand-père, libre penseur passionné d'étymologie » (fiche de l’éditeur) – une autobiographie où j’irais volontiers butiner un peu.

    * * *

    En partance pour le Midi, je vous ai préparé quelques billets de lecture. Pas sûre de pouvoir là-bas répondre à vos commentaires, mais j'aurai certainement du plaisir à les lire.
    A bientôt,

    Tania