Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

journal - Page 7

  • Premières plumes / 1

    Cet été, je relis le Journal de Virginia Woolf (1182-1941). Et d’abord son Journal d’adolescence 1897-1909 (The Early Journals, traduit de l’anglais par Marie-Ange Dutartre), qui précède sur l’étagère de ma bibliothèque les sept tomes de son Journal dans la collection rose du Nouveau Cabinet Cosmopolite (Stock). Aujourd’hui le Journal intégral est édité en un seul volume. (Ce livre-ci qui date de 1993 s’est complètement disloqué à la relecture, hélas.)

    woolf,virginia,stephen,journal d'adolescence,journal,récits,littérature anglaise,autobiographie,adolescence,famille,culture,écriture
    Virginia Woolf en 1902, photographiée par George Charles Beresford

    Dans la préface, Mitchell A. Leaska présente ces cahiers que Virginia Stephen a commencé à tenir la veille de ses quinze ans, à peine remise de la mort de sa mère (en 1895) et de sa première crise de démence survenue le lendemain – il y aura d’autres deuils à affronter durant ces douze années. Sa sœur aînée et son jeune frère s’y mettent aussi : « Nous avons tous commencé à consigner les événements de cette nouvelle année – Nessa, Adrian et moi. » (3 janvier 1897)

    Promenades, courses, visites, sorties, lectures, « Miss Jan », comme elle se désigne parfois, tient le registre des activités familiales, y compris les repas et le thé. S’il est tentant de chercher dans ces écrits les prémices de sa vocation littéraire, c’est d’abord une immersion dans le mode de vie d’une famille. Vanessa va à son cours de dessin, s’entraîne à valser avec son frère Thoby. Virginia emprunte des livres à son père, note le temps qu’il fait, son humeur, les bons et les mauvais moments.

    Les préparatifs du mariage de sa demi-sœur Stella vont bon train. (La mère de Virginia, veuve quand elle a épousé son père, Leslie Stephen, veuf lui aussi, avait trois enfants d’un premier mariage : George, Stella et Gérald Duckworth. Vanessa, Thoby, Virginia et Adrian Stephen avaient une autre demi-sœur handicapée mentale, Laura, née du premier mariage de leur père.)

    Musées, expositions, théâtre, concerts… Virginia note brièvement ses impressions, privilégie les faits : tante Minna leur offre un « bonheur-du-jour-en-chêne » ; Jack Hills, le fiancé de Stella, doit se reposer durant trois semaines d’une opération. Pour l’anniversaire de Virginia, son père lui offre La Vie de Scott en « 10 magnifiques petits livres reliés cuir, bleu et brun avec dorures, en gros caractères – absolument luxueux. C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait jamais fait. »

    woolf,virginia,stephen,journal d'adolescence,journal,récits,littérature anglaise,autobiographie,adolescence,famille,culture,écriture
    Julia Stephen (la mère de Virginia) et Stella Duckworth en 1894 © Smith College Libraries 

    « Nessa à son cours de dessin. Promenade en compagnie de père » : ainsi s’ouvrent de nombreuses pages de son Journal. Professeur, historien et écrivain, Leslie Stephen fait aussi la lecture à ses enfants et pousse Virginia à étudier (latin, histoire, grec…) ; contrairement à ses frères et soeur, elle ne reçoit pas d’éducation scolaire traditionnelle, mais dispose de l’énorme bibliothèque familiale.

    Les premières fleurs du printemps la réjouissent et elle en guette tous les signes – « je vais bientôt me convertir en pasteur de campagne et consigner les phénomènes observés dans Kensington Gardens que je communiquerai, en guise de défi, à d’autres gentlemen campagnards ». Stella et Jack se marient en avril ; les mondanités lui déplaisant, Virginia note : « Nous (Nessa et moi) avons résolu de rester calmes et de nous conduire avec la plus grande dignité, en faisant comme si le mariage de Stella ne nous concernait d’aucune façon. » Elle en parlera ensuite comme d’un « demi-rêve ou un cauchemar » !

    Peu de temps après son mariage, Stella tombe malade, « clouée au lit » par une péritonite. Elle ne va jamais s’en remettre pour de bon, et Virginia inquiète note les hauts et les bas. Quand Stella meurt, en juillet, le Journal qui battait déjà de l’aile devient irrégulier, les notes de plus en plus brèves.

    Autre chose prend forme alors, l’envie d’écrire une œuvre (son premier projet s’intitule « L’Eternelle Miss Jan »). Du coup, elle remplit son Journal après coup, le néglige : « Pluie. Nous sommes allés quelque part, j’imagine ; mais je ne sais plus où. » (27 août 1897) Pourtant, après avoir rangé ce premier cahier personnel – « un pan de vie assez crucial » – elle note entre parenthèses : « la première année que j’ai véritablement vécue ».

    woolf,virginia,stephen,journal d'adolescence,journal,récits,littérature anglaise,autobiographie,adolescence,famille,culture,écriture

    Pas de cahier pour 1898, mais en 1899, les vacances d’été passées dans le presbytère de Warboys poussent Virginia à rédiger un Journal différent – « dans le style comme dans la forme, son écriture apparaît plus objective et plus délibéré », note M. A. Leaska. Elle peint les paysages sous la lumière, « une vaste sphère d’azur » ; réfléchit sur le bonheur d’une vie campagnarde ; observe les gens. Son goût de l’activité intellectuelle s’affirme, et son plaisir à écrire : « je m’invente parfois un lecteur afin de varier les plaisirs quand j’écris ; ce qui m’oblige à enfiler mes beaux habits, ou ceux qui m’en tiennent lieu. »

    A partir de 1902, Virginia prend des leçons de grec avec Janet Case qui lui enseignait déjà le latin, elles seront amies pour la vie. Virginia préfère la plume de cygne à la plume d’oie, se lamente d’une plume défectueuse, se réjouit d’une plume neuve, mais a bien du mal à noter quoi que ce soit d’autre que les états de santé de son père quand celui-ci est atteint d’un cancer de l’estomac et opéré durant l’automne.

    Après coup, elle a doté son Journal de « Hyde Park Gate 1903 » d’une table des matières, les dates ayant disparu au profit des sujets abordés : une expédition, une tempête, un bal… « Le temps d’un soir, on décide d’être fou, de danser d’un cœur léger – de s’animer quand le rythme s’intensifie, devient intempestif – d’être plein d’insouciance & d’audace. Tant que les pas sont en mesure, qu’importe le reste – tant que tout le corps & l’esprit suivent le mouvement, qui pourrait y mettre fin ? » (Bal dans Queens Gate)

    (A suivre)

    Relire le Journal de Virginia Woolf – 1

  • Où sont les femmes ?

    C’est l’excellent titre lu vendredi dernier dans un dossier réalisé pour La Libre Belgique par Jean-Claude Matgen et Stéphane Tessin, consacré à une étude de l’Association des journalistes professionnels (AJP) sur « les contenus des quotidiens belges en matière de diversité (sexe, âge, origine, professions, handicap) ». 

    femmes,presse,journal,sexisme,représentation,enquête,ajp,la libre belgique,journaux belges francophones,culturehttp://www.ajp.be/telechargements/diversite/diversite2015.pdf

    Hélas, La Libre est classée journal le plus « masculin » si l’on ne tient pas compte des rubriques sportives, tandis que Nord Eclair remplace La Dernière Heure à la place du quotidien belge francophone le plus « macho ». En gros, l’analyse montre que « la presse écrite continue à attribuer un rôle mineur aux femmes et aux jeunes (…) et « zappe » complètement les handicapés. » Seul progrès, la présence plus forte des « non-blancs ».

    51% des Belges sont des femmes, mais elles ne représentent que 17% des intervenants dans les médias écrits (contre presque 37% à la télévision). Même sur le thème de l’enseignement, secteur où elles sont majoritaires, leur présence recule (37% de représentation en 2015, contre 43% en 2011).

    Un autre aspect de ce problème : les journalistes identifient mieux les hommes (nom, prénom, profession cités dans 84% des cas) que les femmes (désignées même par leur prénom seul dans 41% des cas). De plus, celles-ci apparaissent régulièrement « dans des rôles passifs ou des postures de victimes ».

    Les experts et porte-parole cités dans la presse écrite sont à 86% masculins. Pourtant, « Il y a des expertes pour tous les sujets », proteste Martine Simonis, présentée comme « l’inoxydable » secrétaire générale de l’AJP. Cette trop faible présence des femmes en tant qu’expertes la choque. Selon elle, ce n’est pas forcément dû au machisme, mais à la routine journalistique : « Lorsqu’on connaît bien quelqu’un à qui on a souvent à faire, il est plus facile et efficace de le solliciter. » Aussi l’AJP va proposer bientôt à ses membres un « annuaire des expertes » ainsi qu’une autre base de données pour des experts « issus de la diversité ». Martine Simonis se dit déçue de l’évolution observée depuis l’enquête précédente en 2011, restée sans effets notables.

    Je vous renvoie à La Libre pour les autres catégories étudiées dans cette enquête. Elle montre par ailleurs que les jeunes de 19 à 25 ans et de 26 à 30 ans sont surreprésentés par rapport à leur importance dans la population belge, et que là aussi, 70% des intervenants sont masculins.

    L’étude est disponible in extenso sur le site de l’AJP, avec ce sous-titre à propos de la représentation selon le genre (p. 14) : « On trouve moins de 18% de femmes dans l’information. Les hommes y sont surreprésentés. L’identification est différenciée selon les sexes. On est très loin de la parité. »

    J’ai observé au passage le tableau des thématiques reprises dans l’info au quotidien en 2013-2014 (p. 10) : le sport l’emporte (33%), suivi par la culture au sens très large – « Culture / art / divertissement / loisirs » (14,5% ) – et la politique (11%). Le mode de calcul est expliqué dans le document.

    En page 34, le tableau des catégories socioprofessionnelles mises en avant dans les six journaux étudiés montre des variations intéressantes : plus de cadres et dirigeants dans Le Soir et La Libre Belgique, plus de sportifs dans Nord Eclair, la DH et Le Courrier de l’Escaut, plus de professions artistiques dans Metro.

    Les commentaires qui suivent l’article en ligne dans La Libre.be sont plutôt consternants. Pour ma part, je l’ai lu avec intérêt et curiosité. La question de la visibilité des femmes dans les médias, dans la presse écrite en particulier, est trop peu souvent abordée, excepté la traditionnelle figuration qui leur est octroyée le 8 mars. L’observatoire de la parité dans la presse écrite française, édition 2014 de EDD (Européenne de Données), va dans le même sens.

    Cela montre combien le combat pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes dans notre société est loin d’être achevé. C’est l’occasion de souligner le travail de l’asbl Amazone (Bruxelles), qui a constitué la première base de données en ligne belge de femmes expertes et d’expert-e-s en genre sous le nom de VEGA (Valorisation des Expertes et de l’Approche de Genre) : les coordonnées de plus de 500 femmes francophones et néerlandophones dans divers secteurs et domaines professionnels et de plus de 200 femmes et hommes experts en genre.

  • Pionnières

    Dans La Libre du week-end dernier, j’ai eu bien du mal à choisir un sujet pour compléter ma chronique – l’embarras du choix.

     

    journal,la libre belgique,information,actualité,presse,daech,facebook,carmen herrera,cultureA la page Débats, l’opinion de Khalid Hajji, écrivain et chercheur, qui voit dans les gesticulations de Daech une fin et non un début, un texte porteur d’espoir.

     

    Dans le supplément Entreprise, une question : « Bannir Facebook des auditoires ? » (Pauvres enseignants qui ne voient devant eux désormais presque plus que des étudiants derrière leur écran.) 

     

    Enfin une double page sur la fondation « 11 lijnen » dans les polders flamands m’a donné fort envie de visiter un jour sa galerie d’art, et si possible avant le 24 janvier, pour une exposition sur trois pionnières de l’art, une Libanaise, une Iranienne et une Cubaine, Carmen Herrera, 99 ans ; celle-ci a vendu son premier tableau à 89 ans !                                                                                © Carmen Ferrera      

     

     

     

     

     

     

  • Le journal en parle

    Où parle-t-on de ces sujets qui ne focalisent pas l’attention des médias, si ce n’est dans le journal ? Avez-vous entendu parler de ceux-ci, piochés dans La Libre la semaine dernière ? 

    journal,la libre belgique,information,actualité,presse,culture
    http://www.lalibre.be/

     Lundi 17 novembre : la charia est aussi appliquée en Europe.

     

    « L’application de la charia en Grèce ou la raison d’Etat contre les femmes » : Angélique Kourounis, envoyée spéciale en Thrace, présente la situation dans cette région méconnue du nord-est de la Grèce, où vivent cent vingt mille musulmans. La charia y prime sur le droit national, « version light certes, mais charia tout de même » : mariages de mineures, enfants du divorce automatiquement à la garde du père, héritages divisés en deux pour les femmes, par exemple. Ces citoyens grecs sont turcophones et le grec, leur seconde langue d’apprentissage à l’école. Une situation régie par le traité de Lausanne de 1923.

    En complément, Jean Jaffré, correspondant à Londres, présente les nonante tribunaux islamiques en fonction au Royaume-Uni, « une justice islamique britannique soumise au droit civil ».

     

    Mardi 18 novembre : Frie Leysen a reçu le prix Erasmus.

     

    Guy Duplat a rencontré « la grande dame des scènes belges » (le Singel à Anvers, le Kunstenfestival des Arts à Bruxelles, entre autres) qui a reçu le prestigieux prix néerlandais à Amsterdam. Son discours au Palais Royal a étonné, sans langue de bois, « un vigoureux plaidoyer pour les artistes et les créateurs menacés dans l’Europe d’aujourd’hui ». Pas seulement à cause des coupes budgétaires mais aussi d’un « petit monde bourgeois et artificiel fait de glamour, d’argent, de noms connus, de prestige, d’intérêts commerciaux, de volonté de plaire avant tout, de compromis, de carriérisme et d’orgueil : un Disneyland artistique du XXIe siècle. » Décapant !

     

    Mercredi 19 novembre : l’appel de Jean Ziegler (Retournez les fusils)

     

    Régulièrement, le plus révolutionnaire des Suisses repart à l’assaut du grand capital, et il faut bien admettre avec lui, en ces temps où Finance et Multinationales se conduisent en maîtres du monde, que nos démocraties restent trop frileuses face aux dérives du capitalisme sauvage. Selon Jean Ziegler, « l’aliénation de nos démocraties est profonde ». Contre le sentiment d’impuissance devant cette « toute-puissance », il appelle à former un « front du refus » et croit dans la force potentielle d’une « société civile planétaire ». Conclusion : « ou nous gagnons maintenant, ou c’est foutu. »

     

    Jeudi 20 novembre : Au musée sans prendre de notes.

     

    Il est à présent interdit, aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, « de gêner les visiteurs ou de présenter un risque pour les œuvres en prenant des notes ou des croquis devant celles-ci. » C’est le nouveau règlement du visiteur aux MRBAB qui le précise en son article 18, point 13. Seuls les groupes qui en auront fait la demande y seront autorisés, sauf au musée Magritte. Explication à l’article 24 : « Il est interdit de prendre des notes dans le Musée Magritte et dans les expositions temporaires, en raison du manque d’espace et de mesures de sécurité plus sévères exigées par les prêteurs. »

     

    Vendredi 21 novembre : Un toit pour les réfugiés de Fukushima.

     

    Un reportage signé Quentin Weinsanto dans l’un des villages temporaires de préfabriqués à Ofunato présente une petite communauté « réunie par la catastrophe de Fukushima », qui avait obtenu du constructeur une grande salle communautaire pour favoriser les échanges. La plupart des 80 familles logées là ont déjà rejoint de nouvelles maisons, l’Etat leur a racheté leur ancien terrain en échange d’un autre prêt pour la construction, raccordé au gaz et à l’électricité. Un artisan témoigne : « Avec le tsunami j’ai eu de la chance car je n’ai perdu que ma maison. Certes cela n’a pas été facile, mais ce n’était que des biens matériels. De plus, j’ai eu de bonnes relations avec tout le monde ici. »

     

    Désolée de vous renvoyer à des articles que seuls les abonnés peuvent lire in extenso. La presse papier vit des jours difficiles, le nombre de ses abonnés diminue, les sites des journaux renoncent de plus en plus à la gratuité. Un reportage télé montrait il y a peu la salle de rédaction d’un webmagazine français pour les jeunes : la liste des mots clés les plus recherchés par ses suiveurs s’y affiche en continu, ses rubriques vont de « Célébrités » à « Télé-réalité ». Pour lire des informations de qualité, pour sortir de sa bulle,  cela vaut la peine, encore et toujours, d’ouvrir le journal, un vrai journal.

     

     

     

     

     

  • Une compagne

    « Qu’est-ce que la solitude ? Une compagne qui sert à tout.

    Elle est un baume appliqué sur les blessures. Elle fait caisse de résonance : les impressions sont décuplées quand on est seul à les faire surgir. Elle impose une responsabilité : je suis l’ambassadeur du genre humain dans la forêt vide d’hommes. Je dois jouir de ce spectacle pour ceux qui en sont privés. Elle génère des pensées puisque la seule conversation possible se tient avec soi-même. Elle lave de tous les bavardages, permet le coup de sonde en soi. Elle convoque à la mémoire le souvenir des gens aimés. Elle lie l’ermite d’amitié avec les plantes et les bêtes et parfois un petit dieu qui passerait par là. » (25 mars)

    Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie

    tesson,dans les forêts de sibérie,journal,2010,lac baïkal,ermite,solitude,russie,culture