Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écrivain belge - Page 5

  • Belgique ABC...

    C’est à Jean-Baptiste Baronian que Plon a confié la confection du Dictionnaire amoureux de la Belgique – je m’en réjouis. Non que j’aie beaucoup lu ses romans, mais bien quelques-uns de ses essais sur la littérature fantastique et tout un temps, ses chroniques de bibliophile dans le Magazine littéraire. Une bonne plume, comme a dit la libraire avant de m’indiquer le livre sur une table.

    baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture

    « Ma Belgique. Une Belgique sentimentale et buissonnière. Les multiples états d’un pays souverainement sans pareil », écrit Baronian en avant-propos. Le Dictionnaire amoureux de la Belgique sera donc mon intermède préféré entre deux lectures en ce début d’année. A peine arrivée à la lettre C – pas encore lu « C’est arrivé près de chez vous » –, j’ai déjà envie de vous en parler, aussi je me lance : ce sera le premier épisode d’une chronique.

    « Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique » est la première entrée, devant « Adamo, Salvatore ». L’Arllfb se distingue de l’Académie française dont elle n’est « ni une succursale, ni un succédané, ni un erzats », précise l’auteur, qui en est membre depuis 2002. 30 membres belges (20 pour la section littéraire, 10 pour la section philologique) et 10 étrangers – tous élus par leurs pairs. Derniers reçus : Amélie Nothomb et Xavier Hanotte. (J’ajoute que notre Académie compte actuellement dix femmes.)

    Première découverte délicieuse : « Agathopèdes ». J’ignorais tout de cette Société spécialisée dans le canular ou la mystification dont font partie aujourd’hui Philippe Geluck, Jean-Pierre Verheggen, entre autres, et bien sûr Noël Godin, « l’entarteur » célèbre et décrié. Fondée en 1846, peu après l’indépendance du pays, par l’archiviste et académicien A. G. B. Schayes, elle a pour devise « tout pour un canard » et son mot de ralliement est « amis comme cochons ». Les Agathopèdes ont tous un nom d’animal issu du Roman de Renart et leur chef s’appelle « le Pourceau ». Un article irrésistible.

    Comme le veut la collection, tous les domaines se succèdent dans ce dictionnaire, de l’art (« Agneau mystique (L’) ») à l’histoire (« Albert Ier », « Baudouin »), du music-hall (« Ancienne Belgique ») au football (« Anderlecht »), sans oublier les lettres (« Anthologie de la subversion carabinée ») et les grandes villes belges.  Cinq pages pour Anvers (ville natale de Baronian). Trois pour « Ardennes » – au pluriel parce que Baronian a toujours « entendu dire qu’il y avait deux Ardennes belges : l’Ardenne des Ardennais et l’Ardenne des touristes », à égalité de pages avec « Bastogne ». « Bruxelles » en quatre pages, c’est peu (Baronian y vit depuis l’âge de deux ans), et autant pour « Bruxellisation » !

    A la direction d’orchestre, Philippe Herreweghe précède Pierre Bartholomée grâce à l’entrée « Baroqueux » où l’auteur rappelle qu’une Belge, Suzanne Clerx-Lejeune (1910-1985), avec Le Baroque et la musique (1948), fait partie des premiers musicologues à avoir caractérisé ce « champ musical européen ». Philippe Boesmans mériterait qu’on lui érige une statue ou au moins un buste à Tongres, sa ville natale, « pour la bonne et simple raison qu’il est le premier compositeur belge moderne, dont les opéras sont entrés de plain-pied dans le répertoire international. »

    Jean-Baptiste Baronian a écrit des biographies de Baudelaire, de Verlaine et de Rimbaud, il consacre un long article à Baudelaire et à ses rapports désastreux avec la Belgique. Bien sûr, il sera question aussi des belgicismes et de la bière, du billard et de « Bob et Bobette » (« Suske et Wiske en flamand »), le sympathique duo de Willy Vandersteen. Utilisez-vous encore Le Bon Usage de Maurice Grevisse ? Baronian conclut joliment cet article : « On devrait apprendre dès l’enfance que la grammaire est une science du plaisir. »

    Pour « Borchgrave (Isabelle de) », il reprend la formule de Givenchy : une « magicienne du papier ». Lui succède « Brabançonne (La) » où Baronian ne raconte pas l’incroyable bourde d’un homme politique flamand qui a entonné la Marseillaise quand on lui a demandé de la chanter, mais nous apprend que « la première mouture de l’hymne national belge a été écrite par un Français ». Louis-Alexandre Déchet ou Dechet, chevalier né à Lyon en 1801 et acteur, se trouvait à Bruxelles en 1830 et s’était « tout de suite enflammé pour la révolution belge ».

    Jacques Brel, Marcel Broodthaers, Pieter Bruegel, Bruges et Bruges-la-Morte, le roman où Georges Rodenbach a « fait d’une ville un véritable personnage romanesque » – on se doute que Baronian ne manquait pas de riches entrées pour son Dictionnaire amoureux de la Belgique et qu’il a dû en sacrifier un grand nombre.

    Mais je reviens pour terminer sur « Bruxelles », qui m’a laissée sur ma faim, même si sans doute d’autres sujets liés seront abordés plus loin dans l’alphabet. Baronian remarque d’emblée qu’aucun écrivain ne s’impose comme « référence littéraire bruxelloise absolue » et que personnellement, c’est Odilon-Jean Périer, poète méconnu, qu’il considère comme « le plus grand chantre de Bruxelles ». Sinon, il parle de son « anticlimax » comme principale caractéristique de la capitale, où « rien n’est pareil. Tout s’y côtoie et tout s’annule – le plus strict et le plus déglingué, le plus chic et le plus sordide, le plus vétuste et le plus à la page. » N’a-t-il pas raison quand il écrit que « Bruxelles, c’est le fantôme d’une ville qui s’appelle Bruxelles et qui a traversé les âges dans jamais prendre la peine de se faire une beauté » ou encore quand il parle d’un « Meccano pharaonique » ?

    « Jean-Baptiste Baronian occupe une situation particulière dans la Belgique littéraire. En effet, c’est un écrivain de profession, qui entend vivre de sa plume. D’où la diversité de ses activités littéraires : essayiste, romancier, critique, préfacier, anthologiste, – et l’éclectisme de ses goûts : il passe dans une même année du roman « littéraire » au polar signé Alexandre Lous. » (Jean Muno & Alain Bertrand, 1988) Edmond Morrel lui a tendu son micro en déclarant qu’il a écrit là selon lui une « sorte d’autobiographie ». Le Dictionnaire amoureux de la Belgique est en effet très personnel – Baronian le reconnaît : « c’est mon Brel, c’est ma Justine, et c’est mon Rubens » – et très éloigné des lieux communs, comme le remarque Frédéric Saenen qui en fait un « coup de cœur » pour Le Carnet et les Instants.

    (A suivre)

  • Amélie à l'Académie

    nothomb,amélie,académie royale de langue et de littérature françaises de belgiq,réception,2015,écrivain belge,cultureComment ? Pas un titre d’Amélie Nothomb sur ce blog ? Alors que j’ai tant ri en lisant Stupeur et tremblements !

    Eh bien, elle m’épate, Amélie, reçue ce 19 décembre 2015 à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, au fauteuil de Simon Leys.

    Elle a confié son stress au micro de la RTBF : « Ne pas décevoir, c’est l’angoisse de ma vie. »

    Sa notice devrait paraître bientôt sur le site de l’Arllf, ainsi que tout ce qu’il faut savoir sur la réception de la nouvelle académicienne et baronne Amélie Nothomb.

  • Destin

    neuhuys,paul,on a beau dire,poésie,destin,anthologie,littérature française de belgique,écrivain belge,cultureNous avons tous notre destin

    Que laisserai-je à mes enfants
                       et à mes frères ?
    Que laisserai-je du festin
    que fut ma vie ? Un vieux carquois
    qui servit à je ne sais quoi
                       de téméraire
    deux exemplaires défraîchis
    d'anciens poètes d'aujourd'hui
                       
    le mal d'écrire
    et le tourment d'avoir aimé
    tant pour de bon que pour de rire 
                       le monde entier

    Paul Neuhuys, Octavie (1977)

    Portrait de Paul Neuhuys, gravure xylographique de Luc Boudens (2000) d'après un dessin de Floris Jespers (1921)





     

  • Neuhuys à nouveau

    Beaucoup d’entre vous ont aimé les poèmes de Paul Neuhuys que j’avais tirés du recueil On a beau dire en novembre dernier. Pour traverser ces jours sombres, je laisse à nouveau la parole au poète belge : une prière, cette fois, et puis des couleurs – à la vie, à la mort. 

    Marie de Bièvre Roses (2).jpg
    Marie de Bièvre (1865-1940),
    Roses
     

    SEIGNEUR

     

    Seigneur, ayez pitié des hommes d’aujourd’hui.

    Ils ont déplacé les frontières de l’esprit

    Il y a beaucoup de poètes, en ce moment, à Paris

    Leur esprit est orné comme un arbre de Noël.

    L’âme de l’homme flotte comme du liège

    l’âme de l’homme brille comme du sel.

    Seigneur, ayez pitié des hommes d’aujourd’hui.

    Le bruit des voix a remplacé le sens des mots.

    Le samovar bout dans l’isba du moujik.

    Les jeunes ne vivront plus selon les vieilles lois

    Ils peignent des formes neuves avec des couleurs fraîches
    Ils étaient las d’attendre et si las d’espérer

    Et de regarder la vie à travers un vitrail décoloré.

     

    Paul Neuhuys, Le canari et la cerise (1921)

     

                ~   ~   ~   ~   ~   ~   ~

     

    BOITE A COULEURS

     

    Marronnier, carrousel d'oiseau

    Boire le thé
    avec des jeunes filles de qualité

    Pactole, Léthé

    Extraire l'opium de la vie

    Tirer le radium de l'esprit

    Rotation des zones

    Poésie, aliment complet

    coup d'œil à l'atterrissage

    Ah, mes petits lapins et mes petites chèvres

    Mourir, ne plus être

    dire qu'on ne peut rien contre ça

    Décor violemment colorié

    un ibis rouge dans le micocoulier

     

    Paul Neuhuys, Le zèbre handicapé (1923)

    ~   ~   ~   ~   ~   ~   ~

     

    CLAIR-OBSCUR

     

    Mi-ombre, mi-lumière,

    muy hombre, muy mujer,

    sourde rose assombrie

    dont le goût de folie,

    de folie et de mort,

    n'a décidément rien

    de pareil sur la terre.

     

    Je songe qu'elle seule,

    soleil de pauvreté,

    corolle de clarté

    et rose épanouie

    de mon coeur vieillissant

    me donne encore envie,

    envie d'être vivant. 

    Paul Neuhuys, Septentrion (1967)

  • Style

    Percuteur  caillou  nucléaire
    expression  juste  de la pensée
    le style  coupé  de  La Bruyère
    le style  tranchant,  le style  zéro
    neuhuys,paul,on a beau dire,poésie,anthologie,littérature française de belgique,écrivain belge,culturele parler  coquillard  du curé de Meudon
    le charabia  des cachots

    le style  qui sévit,  après Sévigné

    le style  roche tarpéienne
    près du style  Capitole
    le style  « allo qui est à l’appareil »
    le style  « je ne supporterai pas
    d’être  tripotée par cet homme »
    le style  inondation
    océanique,  bilboquet
    haletant,  constipé
    le style  cliquetis de pivert
    le style  cavalcade historique
    le style  phylactère
    photographique,  automatique
    pied de nez,  poum par terre
    La poésie  oblige  à ramasser son style
    style de vie,  style de rien
    un style  en  mille  morceaux

     

    Paul Neuhuys, La Draisienne de l’Incroyable, 1959 (On a beau dire)