Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carl norac

  • Un espoir virulent

    Un espoir virulent est le deuxième poème de Carl Norac en tant que Poète National belge, mis en ligne le 17 mars dernier, veille du confinement pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 en Belgique.

    A Bruxelles, hier, la Première ministre Sophie Wilmès a commémoré le quatrième anniversaire des attentats du 22 mars 2016 en Belgique dans un cercle restreint au monument à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme.

    Je dédie ce billet à tous leurs proches et à tous ceux et celles qui leur ont porté secours. En même temps, je pense à tous ceux et celles qui souffrent aujourdhui de la pandémie et à tous les soignants qui portent secours aux malades et aux personnes âgées privées de visites.

    carl norac,poète national,littérature française,belgique,écrivain belge,un espoir virulent,culture

    Un espoir virulent

     

    J’ai attrapé la poésie.

    Je crois que j’ai serré la main

    à une phrase qui s’éloignait déjà

    ou à une inconnue qui avait une étoile dans la poche.

    J’ai dû embrasser les lèvres d’un hasard

    qui ne s’était jamais retourné vers moi.

    J’ai attrapé la poésie, cet espoir virulent.

     

    Voilà un moment que ce clair symptôme de jeter

    les instants devant soi était devenu une chanson.

    Ne plus être confiné dans un langage étudié,

    s’emparer du mot libre, exister, résister

    et prendre garde à ceux qui parlent d’un pays mort

    alors que ce pays aujourd’hui nous regarde.

     

    À présent, on m’interroge, c’était écrit :

    « Votre langue maternelle ? »  Le souffle.

    « Votre permis de séjour ? »  La parole.

    « Vous avez chopé ça où ? »  Derrière votre miroir.

    « C’est quoi alors votre dessein, étranger ? »

    Que les mots soient au monde,

    même quand le monde se tait.

     

    J’ai attrapé la poésie.

    Avec, sous les doigts, une légère fièvre,

    je crève d’envie de vous la refiler,

    comme ça, du bout des lèvres.

     

    Une des missions de Carl Norac en tant que Poète National est d’écrire, durant son mandat, douze poèmes liés à l’actualité ou l’histoire de notre pays. Voici quelques vers du premier, que vous pouvez lire en entier sur le site officiel.

     

    Poème pour l’enfant au bord d’une page

     

    [...] 

    Un poème ne t’attend pas.

    Il est là, même où tu l’ignores.

    Il ne se veut pas forcément plus brillant

    qu’une bruine qui s’amuse ou un soleil qui tombe.

    Un poème ne fait pas pousser les fleurs :

    c’est une parole entre deux lèvres

    qui ne sauvera peut-être pas la Terre,

    mais qui s’entendra,

    se fendra d’un aveu, d’un amour, d’un combat.

    [...]