Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeanne benameur

  • Profanes de Benameur

    Jeanne Benameur, dans Profanes, sème ici et là les éléments qui éclairent le titre de son roman. « Ils sont là, derrière la porte. Il ne faut pas que je rate mon entrée. Maintenant que je les ai trouvés, tous les quatre, que je les ai rassemblés, il va falloir que je les réunisse. » Ces premiers mots du texte sont d’Octave Lassalle, l’ancien chirurgien qui, à quatre-vingt-dix ans, a besoin à nouveau « d’une équipe ». Comme un auteur de théâtre – comme l’auteure – qui convoque ses personnages.

    jeanne benameur,profanes,roman,littérature française,culture

    Octave Lassalle a soigneusement choisi les quatre personnes à qui il va donner les clés de sa maison – chacune y aura sa propre chambre pour y dormir à l’occasion – pour vivre encore. « Pas en attendant. Pleinement. » Il lui a fallu presque un an pour les trouver, parmi ceux qui ont répondu à sa « drôle d’annonce » : trois femmes, « la petite Béatrice », Yolande, Hélène et un homme, Marc.

    Ça ne plaît pas trop à son notaire, qu’il ouvre ainsi sa maison pleine de choses précieuses, ni à sa gouvernante, Mme Lemaire, qui s’en occupe depuis des années. Vu son grand âge, même s’ils viendront chez lui à des heures différentes, il a voulu les rassembler pour qu’ils se connaissent un peu ; ils se croiseront, un jour peut-être ils devront communiquer entre eux sur la meilleure façon de prendre soin de lui, s’il perd le contrôle.

    La journée commencera avec Marc, dès sept heures, qui le rasera à l’ancienne et s’occupera du jardin. Hélène arrivera à quatorze heures, elle est peintre et il lui a passé une commande, elle lui lira aussi les journaux. Yolande lui préparera le dîner et mettra de l’ordre dans les placards de la maison, Béatrice, étudiante infirmière, restera pour la nuit.

    Ainsi s’enclenche l’intrigue de Profanes qui va lentement dévoiler la personnalité d’Octave Lassalle  et celle des autres protagonistes : leurs motivations, leur vie privée, leurs réactions au contact de la maison et du propriétaire. Chacun a un passé, des blessures, chacun vit ses propres démêlés avec le présent et leur relation particulière avec le vieil homme agira comme un révélateur.

    « Le roman est tissé de ces vies qui se cherchent et se touchent, des vies trébuchantes, traversées d’élans et de doutes qui trouvent parfois, magnifiquement, la justesse. » (Jeanne Benameur, sur le site de l’éditeur). La vie, l’amour, la mort, la romancière aborde ces grands thèmes d’une façon originale dans ce beau roman (prix RTL Lire 2013) qui offre aussi, comme l’annonce le titre, une réflexion sur le sens du sacré et du profane pour chacun des personnages.

    Octave Lassalle sait qu’en ouvrant sa maison à d’autres, il prend des risques, mais c’est justement cela, la vie. « J’ai écrit ce roman, comme Hélène, la femme peintre, en passant par les ombres de chacun pour qu’ils apparaissent peu à peu, dans la lumière. » (Jeanne Benameur)