Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Midi

devenir matisse,exposition,musée matisse,le cateau cambrésis,peinture,sculpture,art,culture,apprentissage« Lorsque, le 12 juillet 1904, Henri Matisse arrive à Saint-Tropez, loue une maison que lui a trouvée Signac et qu’il occupera jusqu’au 15 septembre, Matisse est d’abord plus jeune que ces néo-impressionnistes ; de la même génération que Marquet et Manguin, il est né en 1869, alors que Signac est de 1863, et Cross de 1856. Il connaît à peine le midi, a passé cinq mois en Corse mais en 1898, a lu D’Eugène Delacroix au Néo-impressionnisme, et depuis quatre ans hésite sur la voie à suivre.

Henri-Edmond Cross, Etude pour le Cap Layet, 1904,
aquarelle sur papier (Collection particulière)

devenir matisse,exposition,musée matisse,le cateau cambrésis,peinture,sculpture,art,culture,apprentissage

Il se sent un peu seul, car il trouve Signac dogmatique, mais se rapproche de Cross, dont il partage les mêmes inquiétudes. Ensemble ils vont peindre des aquarelles et c’est de Cross que Matisse apprend la méthode « pointilliste ». Résultats ? D’abord une grande amitié, qui ne se démentira jamais, même quand leurs voies vont diverger. »

Henri Matisse, Collioure, rue du soleil, été 1905,
huile sur toile (Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis)

Jacques-Louis Binet : Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse (Canal Académie).

 

 

Commentaires

  • Merci, Tania, pour cette riche ouverture sur Matisse!
    Toute ma gratitude aussi pour m'avoir signalé le blog de Lali , je suis friande de ces blog sur les arts qui sont autant de partages que d'initiations ! Des "passeurs" en somme ...

  • Avec plaisir, Béatrice, j'aime partager mes coups de coeur.

  • J'aime lorsque les tableaux ont leur cadre d'époque ! Et ce que tu nous apprend sur Matisse.
    Le soleil baigne mon salon; je sors: bon Week-end!

  • Le lien que j'avais mis un jour vers un texte sur les cadres anciens n'est plus disponible, mais je reprends pour te répondre cette citation de Pierre Loze qui en prenait la défense : "Et si ces cadres apparemment envahissants avaient bel et bien une fonction ? Celle de nous faire entrer dans une longue contemplation qui éloigne la contamination du contexte, d’organiser une sorte d’effort de concentration pour se vouer exclusivement à l’œuvre ?"
    Ciel gris et atmosphère venteuse ici, mais je vais sortir aussi ;-). Bon week-end, Anne.

  • A voir à St Tropez le magnifique Musée de l'Annonciade où se côtoient Matisse, Signac et tous les autres....
    Bon dimanche !

  • J'ai un très bon souvenir du musée (moins des embouteillages sur la route) et je vois qu'on y annonce une exposition sur Matisse et... les Inuits ! Bon dimanche, Marie.

  • J'ai lu ta réponse; je suis bien d'accord. Ce concentrer sur l'essentiel.
    Une amie récemment a acheté un Nabi; le cadre est fait par le peintre, incroyablement mise en valeur de sa peinture dont il renforce la luminosité. C'est un ensemble!

  • Je peux l'imaginer. Un Nabi, waouh ! (J'ai une prédilection pour le Nabi japonard.) Les toiles contemporaines se passent volontiers de cadre, surtout les grandes. Bon dimanche, Anne.

  • Merci Tania pour cette réflexion pertinente sur "le cadre". Quelle richesse ces discutions !
    Belle journée à toi, froide et grise ici !

  • Merci, Claudie. (Grand ciel bleu ce matin sur Bruxelles, encore du vent mais moins fort.) Bonne journée.

Écrire un commentaire

Optionnel