Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blason

assouline,pierre,le dernier des camondo,récit,biographie,musée nissim de camondo,paris,juifs,rue de monceau,famille,histoire,société,collections,xviiie,art,culture« Les Camondo étaient fiers de leurs blason et armoiries, même s’ils savaient combien c’était dérisoire pour prouver l’ancienneté de leur famille. Finalement, qu’est-ce qui les distinguait des grands bourgeois fortunés ? Qu’est-ce qui leur permettait d’échapper au fameux jugement de La Bruyère, pour qui le bourgeois est noble par imitation et peuple par caractère ? Un titre, une particule, un mode de vie, la fréquentation d’une société, une haute idée de soi et des siens… Et l’impérieuse nécessité, l’irrépressible volonté, l’insondable désir de se différencier de leurs coreligionnaires. Comme si, en appartenant à « une grande famille », ils inventaient une autre manière d’être juifs. Car pour rien au monde ils n’auraient voulu être les égaux de leurs frères. »

Blason de la famille Camondo © MAD, Paris

assouline,pierre,le dernier des camondo,récit,biographie,musée nissim de camondo,paris,juifs,rue de monceau,famille,histoire,société,collections,xviiie,art,culture

 

« Aussi exténué qu’exalté par l’atmosphère guerrière dans laquelle il survivait, il n’aimait rien tant que se rassembler à la campagne, soit du côté des Camondo, soit du côté des Cahen d’Anvers. Des photos prises au cours de l’été 2016 montrent Moïse et Nissim bavardant dans le jardin de la rue de Monceau enfoncés dans des fauteuils en osier, et le père si fier de son fils. »

Pierre Assouline, Le dernier des Camondo

 

Commentaires

  • Oui, je connais ça aussi. :) Mais c'est humain et finalement il suffit de voir à quelle vitesse la "noblesse d'Empire" s'est ruée sur titres et blasons après avoir décapité les nobles qui les avaient précédés :)

  • Assouline en parle très bien, dans ce récit comme dans d'autres.

  • Tout cela se passe, existe dans un monde qui m'est parfaitement étranger, d'où l’intérêt d'une lecture attentive!
    Bonne journée Tania.

  • Merci, Colo. J'ai admiré cette volonté de transmettre un patrimoine, des collections. Dommage que la famille Stoclet n'en ait pas fait de même à Bruxelles.

  • Assouline analyse très bien l'orgueil des hommes, leur jalousie et leur besoin de rabaisser les autres pour se sentir supérieurs, C'est ce qui a empêché toute utopie de réussir !

  • Beaucoup d'orgueil chez ces aristocrates, certes.

  • Bonne et Heureuse Année, Tania !!
    Merci pour toutes les belles découvertes que tu nous proposes !

  • Merci, Fifi, bonne année à toi aussi.

Écrire un commentaire

Optionnel