Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Silence social

« C’est tout de même étrange qu’il ne me sorte pas de la tête. Depuis mon silence social, j’essaie d’éviter de penser trop longtemps aux gens que je croise dans la rue, dans les magasins ou chez le coiffeur, même si nous échangeons quelques mots. Cela aide à garder la distance, ma liberté, pas de liens, mon indépendance. J’ai déjà assez à faire pour bannir les fantômes du passé, les effacer sans les fuir. Fuir, c’est perdre. Rompre, c’est gagner. »

Verena Hanf, Tango tranquille

hanf,tango tranquille,roman,littérature française,belgique,rencontre,solitude,société,culture


Commentaires

  • Magnifique image, parfaitement correspondante au texte... à nouveau terrible ! Cet extrait-ci n'annonce rien qui vaille, pas de question, pas de sortie, juste la constatation amère que l'indépendance totale est la seule solution.
    Alors, mes questions sont : Violette, comment en est-elle arrivée là ? Qu'a-t-elle vécu ? Qu'est ce qu'on lui a fait ?

  • A lire tes questions, MH, j'imagine que tu en chercheras les réponses dans "Tango tranquille".
    En copiant cet extrait, j'ai tout de suite pensé à cette photo que j'avais prise un jour : bulles de couleurs dans le gris.

  • L'inverse de Jean-Claude Pirotte :
    - "On est tellement seul qu'on ne peut compter que sur l'autre..."

    NB : si ce n'est indiscret, des nouvelles du ou des distributeurs de Colo ?

  • L'inverse, mais Violette en est moins loin que vous ne le pensez.
    (Encore quelques jours de patience pour Colo, semble-t-il.)

  • "Personne ne nous apprend que l'individualité est le nom courtois de la solitude" (Jérôme Ferrari- L'aleph zéro).
    Lu ces mots il y a un instant, je les glisse à côté de ce Tango tranquille.

    Bonne soirée.

  • @ La bacchante : à chaque personne, non, mais à personne, non plus.

    @ Christw : Merci pour la citation, à méditer.

  • J’ai retenu la suggestion et lu «Tango tranquille».
    C’est la première fois que je vois ce thème de silence social analysé avec une telle lucidité et limpidité.
    Le problème, c’est que si on a choisi le repli, il est malaisé d’en sortir car on a perdu ses aptitudes de communication facile.

  • Bonjour, Cécile. Je suis heureuse que vous me rameniez à ce roman de Verena Hanf, dont je suis en train de lire le nouveau roman. Oui, elle a une perception très juste des situations. Je vais lire avec intérêt ce que vous en dites.

Écrire un commentaire

Optionnel